Construction d’un hôpital ultra moderne par une famille Sarakolé du Canada : Le pied de nez de la diaspora malienne à ceux qui pillent le pays

11

Pendant que certains Maliens, ayant pignon sur rue, se font concurrence dans le pillage du pays pour investir dans d’autres pays, de dignes fils du pays investissent lourdement dans nos villes et villages permettant ainsi au pays d’avoir la tête hors de l’eau.

Une famille Sarakolé, les Traoré de Dagassanou (région de Kayes) installés au Canada, vient de construire un hôpital ultra moderne à Bongourou, ville située à 70 km de la ville de Kayes. L’eau potable du château d’eau de l’hôpital  alimente aussi  le  village de Bongourou. Et par reconnaissance à Maraka Balla, dans le passé l’hôte leur père, la famille Traoré du Canada a confié la gestion à sa famille. Coût d’investissement : plus de 4 milliards de franc CFA.

Ces expatriés  ont la modestie de dire simplement qu’ils font cela pour soulager la souffrance de leurs parents, et apporter leur contribution au développement de leur terroir.

Pourquoi ont-ils évité de confier aux autorités locales officielles ?

Cet évènement qu’on aurait pu ranger dans le registre des faits divers, ouvre la voie à une réflexion globale sur ce télescopage économique entre les Maliens qui apportent au pays, à l’exemple de cette famille Sarakolé, et ceux qui pillent sans état d’âme.

En effet, il demeure que dans le même temps, d’autres Maliens, souvent fonctionnaires ou opérateurs économiques sulfureux, engoncés dans leur vision nombriliste, non pas simplement de prédateurs, mais de fossoyeurs, happent le denier public avec une avidité morbide pour faire bombance au Mali et à l’étranger. Leur fierté est de parader avec l’argent volé au pays.

Certains construisent l’édifice, d’autres s’acharnent à le saper ou ouvrir des brèches dans lesquelles s’engouffrent des ennemis. Ces ennemis ont compris qu’ils peuvent être difficilement mis en accusation lorsque des locaux se font complices des basses besognes, les idiots utiles.

Il est établi selon les données du  réseau de l’entreprise en Afrique de l’Ouest (REAO-Mali), publié dans “L’Essor” ce qui suit :

” Le taux de déperdition est de 49% au Mali en moyenne, à cause de la surfacturation, des problèmes de gouvernance, a-t-il ajouté. Pour sa part, l’expert-comptable Moussa Mara a confirmé qu’une majeure partie des fonds bi et multilatéraux vont dans les poches des travailleurs publics ou leurs partenaires.”

Selon le représentant résident du FMI au Mali, René Tapsoba, la moyenne de la déperdition pour l’Afrique est de 40%.

Moralité, notre pays fait partie des champions toutes catégories confondues pour les détournements de deniers publics et de l’impunité des acteurs. Dans ce bal des gros voleurs, certains ont réussi le tour de force de piller plus vite que leurs ombres: j’appelle Karim Keïta, son frère, sa maman Ami Maïga et tout cet aréopage de Rapetou, ces personnages de fiction formant une bande de voleurs organisés appartenant à une même famille,  qui gravitaient autour d’eux.

Encore plus terrible pour notre pays, l’apport de la Diaspora malienne dépasse l’aide publique au développement dont bénéficie le pays.

Sous la plume de Paul Lorgerie le 15 décembre 2019, voilà ce que rapportait “Lemonde” :

 “La diaspora contribuait, en 2018, par ses envois d’argent, à près de 7 % du PIB malien. Une manne qui permet de maintenir la consommation et un taux de croissance de près de 5 %, malgré l’insécurité qui persiste depuis 2012.”

Avec ces paramètres, il devient une évidence que le Mali peut se passer du larbinisme  qu’impose la posture du quémandeur.

Si les impôts et autres taxes sont normalement perçus et utilisés, conjugués aux  transferts de la diaspora, le Mali n’aura plus besoin de jouer dans la catégorie des mendiants de la planète instrumentalisés par les grandes structures financières inféodés et appartenant aux “maîtres du monde”.

L’âme du malien est la générosité, sa fierté est d’avoir et de faire pour soi et les autres dans le cadre le plus strict de la notion de respect. Ces bases de la culture malienne sont allées à vau-l’eau avec la décrépitude de tout le système éducatif dans les écoles et surtout dans les familles.

Yamadou Traoré

Analyste politique

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. Apparemment vivre de l’état et de l’argent public aurait un gout particulier pour les flagorneurs de IBK … sinon pourquoi tout cet acharnement contre la RÉVOLUTION (changement) de la part de gens déchus comme Sankingba etc.. …lol….???

  2. Un bon exemple de contribution personnelle. Félicitations!

    Il y a toujours deux sorte de maliens: les MALIENS SANGSUES et les MALIENS VACHES :

    1. Les premiers en general sont ceux qui vont aux ecoles (formelles) pour apprendre a parler et écrire Français…et dès qu’ils maitrisent cela ils deviennent a leur propre idée supérieur au reste des maliens… du coup c’est eux qui méritent les bureaux climatisés, les 4×4 et carburant de l’État…. OK cela ne serait pas grave s’ils travaillaient honnêtement pour le service public ….mais hélas! Ils veulent s’enrichir sur l’argent public comme des princes alors qu’ils n’ont jamais de leur vie travaillé pour produire la moindre richesse personnelle de leur propre sueur!

    2. Les MALIENS VACHES (laitières) sont ceux maliens honnêtes en general commerçants, cultivateurs, éleveurs, prêcheurs, femmes vendeuses de banane, artisans, émigrants etc.. qui travaillent de leur sueur pour nourrir, soigner et assister des million de maliens, payer des taxes et les impôts a l’état duquel les SANGSUES vivent entièrement! Voila le cercle d’injustice qui perdure au Mali depuis les indépendances….quelqu’un travaille honnêtement et durement pour produire du lait dans ses seins et quelqu’un d’autre malin s’y accroche et s’y allaite jusqu’au sang!

    ça doit s’arrêter il faut que les travailleurs honnêtes voient clairement 100% où va leur argent de leur sueur; il faut que des politiciens et des administrateurs publics cessent d’être des sangsues vive de l’argent haram (illicite) de la sueur des autres! Seule façon de faire avancer le Mali! A titre d’exemple ils faut simplement voir récemment comment ces fonctionnaires ont continué sans honte a garder les véhicules de l’état alors même qu’il n y avait plus de gouvernement..etc..
    heureusement que le CNSP a vite su recuperer ces véhicules!

  3. Cette famille est fait plus Boua Ibk et ses 7 gouvernements successifs !
    Félicitations, que le Tout Puissant vous soulage !

  4. Pour sa part, l’expert-comptable Moussa Mara a confirmé qu’une majeure partie des fonds bi et multilatéraux vont dans les poches des travailleurs publics ou leurs partenaires.

    C’est pourtant celui-là même, alors premier ministre, qui a contribué à la dissimulation du plus grand coup de surfacturation dans notre pays. Pour rappel, il n’avait même pas été capable de communiquer à l’Assemblée nationale le prix réel d’achat du scandaleux Boeing présidentiel : 17 à 20 milliards… Et plus loin encore, l’opération “taxini” chez l’ancienne BRS aujourd’hui devenue Orabank. Eh bien c’est le même quidam de Mara qui certifiait les comptes en camouflant la mauvaise gestion et les détournement au sein de cette défunte banque pendant que celle-ci descendait en enfer. Résultat : faillite de ladite banque puis rachat par Orabank. Alors ce Monsieur n’a vraiment pas voix au chapitre pour parler de corruption, car il est mouillé jusqu’au cou. Il n’a absolument aucun crédit sur le sujet.

    (…) le Mali n’aura plus besoin de jouer dans la catégorie des mendiants de la planète instrumentalisés par les grandes structures financières inféodés et appartenant aux “maîtres du monde”.

    Le chauvinisme n’a jamais construit un seul pays du monde. Monsieur fonde toute la crédibilité de son analyse sur les chiffres données par ces institutions, notamment le FMI qu’il cite nommément, et ensuite il veut cracher dans la soupe en faisant passer celles-ci pour le diable absolu. Mais il doit juste comprendre que ces institutions n’interviennent dans un pays, que lorsque ce pays aura lui-même failli. D’ailleurs, sans les efforts de ces institutions décriées, le scandale du Boeing (organisé par Mara, que l’auteur cite fièrement, et sa bande) allait passer comme une lettre à la poste.

    Il faut vraiment arrêter le populisme nauséabond en voulant justifier tous nos échecs par le seul discrédit des autres. Le Mali est mal géré depuis belle lurette, et nul besoin d’élucubrations pour le constater.

    Pensées rebelles.

  5. Merci a cette famille soninké pour leur patriotisme qui doit un exemple pour toute la diaspora malienne et africaine C est pourquoi je dis que la diaspora mérite d avoir des députés dans la futur assemblée nationale malienne parcaque avec leur apport financier au pays elle constitue un facteur de stabilité sociale et économique C est une leçon pour la cma voyez ces gens eux ne détruisent pas leur terroir ne poussent pas aussi leurs communauté ou population dans les camp de réfugiés mais au contraire ils développent leur zones Ayez pitié de vos communauté qui ne veulent que la paix la stabilité le vivre ensemble qui garantissent le développement dans un mali unis dans la diversité. Vive la paix et la stabilité

  6. Les ressortissants de la région de Kayes ils ont fait beaucoup des choses leur région,mais les autorités de Kayes ils ne sont pas de honnêtes et ils sont incompétents pour développer dans cette région, ils sont à Kayes uniquement la corruption magouille crime économique et dinjustice la cour d’appel de Kayes elle est devenue une cour d’enchère.

    • Tout ce est bien est à l’honneur des autorités publiques qui créent les conditions pour les réalisations d’infrastructures à tous les niveaux. Nous avons pris trop l’habitude de critiquer sans savoir qu’il est de notre devoir d’agir. Si les autorités sont corrompus, qui sont les corrupteurs ? Et pour corrompre il faut être productif, ce qui est loin d’être le cas de certains maîtres de critique.

      • Kone keni, tu racontes ta vie, tu as entendu Boua le ventru IBK vendre des places de Senateurs aux Deputes spolies de leur victoire alors qu’il n’ ya a meme pas de Senat au Mali! Et tu oses demander qui est corrupteur au Mali? ce sons les memes corrompus qui sont en meme temps les gros corrupteurs, honte a toi!

      • La ville de Kayes est bien placée elle est proche de trois pays, les autorités sont incompétents !!! Pour la corruption oui mais le développement de la région de Kayes incompétents, Mr Siaka Koné regardez bien comment l’état de la ville de Kayes si vous êtes kayesien ou vous êtes ressortissant de la région la corruption qui a tué l’économie de cette région, notre cour d’appel est devenue la cour d’enchère .

  7. Il faudra confier la gestion a des bons gestionnaire qui voleront pas et vous verrez comme ceux de l hôpital du Mali ou de la clinique Pasteur

    Un hôpital ultra moderne doit être géré de manière ultramoderne sinon il deviendra un Gabriel Toure bis

    Envoyer des auditeurs canadiens de temps en temps pour contrôler la manière dont l hôpital est géré une fois chaque trois mois

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here