Hygiène : La cacophonie bamakoise

7

La question de l’hygiène à Bamako est aujourd’hui très préoccupante. A tous les niveaux, elle pose problème. La majorité des Maliens ignorent complètement que le premier remède contre les maladies est la propreté. La vente des aliments est faite n’importe comment et n’ importe où.

Les mauvaises habitudes ont la vie dure ? Quand elles s’installent, c’est pour de bon. Surtout pour des villageois qui n’ont pas appris à vivre urbain. Un des maux : l’hygiène. Elle n’est pas la valeur la plus partagée au Mali surtout dans les villes. Tout est permis partout : vendre des biens ou des aliments, cuisiner, faire ses besoins, salir avec toutes sortes d’ordures dont les vomissures, cracher, etc. Le laisser aller est total et nul ne se reproche quelque chose.

Même les habitudes les plus répugnantes en public dans les villages sont admises à Bamako, la capitale à telle enseigne que tout étranger a de la peine : les gens parlent fort, regardent et fixent les passants sans pudeur, crient aux voisins, se battent méchamment, plaisantent banalement sans discontinuer, parlent tout le temps, mangent en public et…

Tout est bon pour exposer de surcroit la méchanceté, la jalousie, l’égoïsme, bref l’animosité. Espérons que le ministère de l’Instruction civique nous apportera ce que les familles et les écoles ne nous apportent plus : l’éducation et le savoir vivre dans la tolérance.

Ben Dao

 

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Cette saleté est partout,dans la zone aci2000 sur dix familles huit ont un puisard devant leur porte.En sortant de chez soit il faut soulever ses habits l’eau sale des voisins stagne devant les portes.Les égouts débordent avec tout cela on nous parlent de chômage des jeunes.Pourquoi ne pas constituer des brigades de lutte contre la saleté les rats et les cafards du frigidaire .Aujourd’hui nous sommes tous malades.

  2. Nous ne pouvons pas être propres au milieu de la saleté. Propre voisin d’un malpropre, tu deviens forcement dégueulasse. On a l’impression que si tu ne prenais pas du thé à proximité d’un égout à ciel ouvert, le goût ne serait pas bon. Nos réguliers convives sont les mouches à Bamako. Au village, il y a des endroits plus propres que certains milieux de la capitale. Poursuivons la sensibilisation qui peut porter !

  3. c vrai! pourquoi les animateurs de radio ne font pas l’éducation civique des maliens sur la propreté

  4. 🙄 “ADAB” (en arabe), “LADABOU” en Bamanan. Ne dit t-on pas : ” celui qui n’a pas honte qu’il fasse ce qu’il veut” ❓ … malheureusement tel est le cas au Mali 🙁

  5. En tout cas il connait Bamako :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    💡 L’Education Civique…il en faut vraiment ❗

  6. Merci M. Dao, de nous rappeler notre manque d’hygiène. En fait, au Mali, la saleté est tellement ancrée dans nos modes de vie que très peu de Maliens sont conscients des dangers du manque d’hygiène. D’autre part, je suis d’accord avec vous que beaucoup d’étrangers dans notre pays sont “choqués” par certains de nos comportements. Et malheureusement, les Maliens convaincus qu’ils sont des gens très “civilisés” se comportent comme décrit dans votre article partout où ils vont; pas facile de voyager dans un avion avec un nombre important de Maliens là-dedans: de l’indiscipline à l’impolitesse, tout y passe! Espérons que tous les problèmes que nous vivons maintenant nous ferons prendre conscience de nos défauts et autres tares.

Comments are closed.