L’obstruction tubaire : Cause principale d’infertilité

0

L’obstruction tubaire communément appelée les “trompes bouchées”peut être provoquée par divers troubles, voire dans certains rares cas, être présente dès la naissance sans provoquer de symptômes jusqu’à la volonté de concevoir un enfant. Elle est très souvent impliquée dans les cas d’infertilité féminine.

Il existe de nombreuses causes d’infertilité au sein d’un couple. Mais l’une des plus fréquentes et que l’on retrouve chez la femme, c’est l’obstruction tubaire : trompes bouchées. En effet, lorsque les trompes sont bouchées, le mouvement de l’ovule et des spermatozoïdes est gêné par cet obstacle, ce qui complique la fécondation.

Les femmes en souffrent, non seulement car non seulement il leur faut affronter la rigueur du traitement médical, mais aussi et surtout, il faut faire face aux préjugés sociaux. Le témoignage de Djénèba Sogodogo, patiente guérie de l’obstruction tubaire en dit long. “J’ai souffert de cette maladie pendant quatre ans, sans le savoir. J’avais mes menstrues régulièrement, je n’utilisais aucune méthode de planning familial et il y avait de l’intimité entre moi et mon époux tout le temps. J’ai suivi toutes sortes de traitements qui m’ont fatiguée, en plus de l’humiliation de ma belle-famille qui me traitait de tous les noms. Tout le monde sait que, sur le plan social, quand une épouse n’arrive pas à avoir d’enfant, c’est compliqué. Après six mois de suivi par un gynécologue et une intervention chirurgicale, aujourd’hui Dieu merci je suis mère de deux enfants”, relate-t-elle.

Selon Dr Souma Kodio, gynécologue-obstétricien au Centre de santé de référence de la commune III, il y a beaucoup de causes d’obstruction des trompes. “La première, c’est les infections à répétition, à savoir les mycoplasmes qui sont à la base de l’obstruction tubaire. Il peut aussi y avoir des malformations au niveau tubaire. La trompe est très mobile, alors qu’une trompe qui ne bouge pas est une trompe malade parce que cette mobilité tubaire va faire en sorte que, s’il y a ovulation, l’œuf va se mouvoir au sein de la trompe pour venir s’implanter au niveau de la cavité utérine. Mais lorsque la trompe est malade (immobile), même s’il y a ovulation, le spermatozoïde ne peut pas passer pour qu’il y ait une fécondation. Le spermatozoïde doit passer dans le vagin, pour monter ensuite vers la trompe pour féconder et l’ovaire va donner l’ovule. Après, il doit aller au niveau de la cavité utérine pour nidation. Quelle que soit le niveau de la trompe, s’il y a un obstacle, l’ovule ne peut pas passer, les spermatozoïdes également et c’est l’infertilité parce qu’il faut que les spermatozoïdes et l’ovule se rencontrent”, explique le gynécologue-obstétricien.

Aujourd’hui, on parle de 15 à 20% de cas d’infertilité au Mali. Une obstruction des trompes est totalement asymptomatique et pourtant elle peut causer une infertilité. C’est souvent à l’occasion d’un projet de grossesse que l’obstruction est découverte, nous signale le spécialiste. “Les femmes qui viennent en consultation alors qu’elles n’ont pas de symptômes de maladies, le plus souvent c’est pour le désir de grossesse. Ça trouve qu’elles ont trois à cinq ans de mariage et elles ne parviennent pas à concevoir. Pour les cas pareils, on procède d’abord à l’hystérosalpingographie qui est l’exploration radiographique de l’utérus et des trompes pour se rassurer d’une  perméabilité tubaire. Sinon, quand on voit une femme, en aucune façon on ne saura qu’elle souffre de cette maladie, c’est seulement à travers cet examen qu’on peut être édifié”, indique Dr Souma Kodio.

A entendre, le Dr Souma Kodio, avant il était conseillé aux femmes de faire cette analyse si elles ne parvenaient pas à concevoir après 18 mois de mariage. Mais aujourd’hui, c’est une année seulement. “Si la femme ne pratique aucune méthode de planification familiale et que le couple vive ensemble, il lui est demandé de faire des analyses pour avoir une idée de la cause de son infertilité. L’examen consiste à placer une sonde, faire balancer un produit contrasté et faire des clichés à répétition pour voir comment ce produit de contraste se manifeste au niveau de la trompe et si la trompe est perméable le liquide va passer et s’il y a un obstacle, ça ne passe pas”, poursuit Dr Souma Kodio, gynécologue-obstétricien au Centre de santé de référence de la commune III.

Pour le traitement, aux dires du spécialiste, une vieille méthode très utilisée auparavant a été abandonnée. Il s’agit de l’insufflation qui consistait à faire pousser l’obstacle par une grosse seringue pour dilater les trompes, mais actuellement cette technique est abandonnée. La méthode utilisée aujourd’hui consiste soit à ouvrir l’extrémité de la trompe et à enlever les adhérences, soit à enlever la zone malade et à recoller les deux bouts sains. Il y a aussi la plastie tubaire.

Pour prévenir l’obstruction tubaire, il faut lutter de façon drastique contre les infections sexuellement transmissible (IST). Il faut extrêmement faire attention, à défaut de ne pas s’abstenir jusqu’au mariage, c’est mieux d’utiliser les préservatifs pour prévenir les infections pendant la jeunesse et ne pas avoir plusieurs partenaires parce qu’il y a beaucoup d’IST.

Dr Souma Kodio appelle les femmes à venir consulter les gynécologues lorsqu’elles ont des infections pour prévenir l’obstruction tubaire et par conséquent l’infertilité. “La femme a la chance de concevoir après une désobstruction tubaire, mais quand on fait la plastie tubaire, le risque est qu’elle peut faire une grossesse extra-utérine, l’œuf va se développer au niveau de la trompe. Dans ce cas, on procède à la césarienne tubaire pour enlever la grossesse et préserver la trompe. Il y a aussi le traitement médical pour détruire la grossesse sans césarienne”, conclut-il.

Les tradithérapeutes ne sont restés en marge de cette préoccupation. Il y a la solution buvable, selon certains, il s’agit d’une potion à ingérer matin et soir, du premier au dernier jour des règles. Elle est censée nettoyer les trompes pour faciliter la conception du bébé.

 Marie DEMBELE

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here