Problématique de la santé au Mali : La nouvelle ministre de la santé est interpellée

6
Mme le ministre de la Santé,Marie M. TOGO

La constitution du Mali du 25 Février 1992 garantit  le droit à la santé pour tous dans son article 17 en ces termes : «l’éducation, l’instruction, la formation, le travail, le logement, les loisirs, la santé, et la protection sociale constituent des droits ». Et dans son article 15 « toute personne a droit à un environnement sain. La protection, la défense de l’environnement  et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour tous »,

Mais hélas  les pratiques que nous observons aujourd’hui  dans nos hôpitaux  sont plus que alarmantes.  Depuis  l’avènement de la démocratie  dans notre pays, les gouvernements se changent et les Ministres de la Santé se succèdent ; mais les pratiques  néfastes  s’augmentent de jours en jours.

Selon une étude menée  à la demande du Mali par H.Henry Balen de l’unité de recherche et d’enseignement en santé publique en Belgique, il ressort  que « les  services de soins de santé primaires sont insuffisamment ou inadéquatement utilisées judicieusement pour atteindre l’objectif santé ». Si auparavant  dans  les années passées, nos hôpitaux  étaient  une  référence en Afrique et faisaient la fierté du peuple Malien. Aujourd’hui nous assistons à la transformation de nos hôpitaux  en véritable mouroir   au vue et au su de tout le monde, sans qu’aucune mesure  draconienne  ne soit  prise.

Les  pauvres  Maliens  ne savent  plus sur quel saint  se vouer, ils sont angoissés, perturbés et touchés dans leurs âmes. Ses pauvres citoyens étant malades hésitent entre aller se soigner dans les mouroirs pardon, j’allais dire hôpitaux  ou aller chez les tradi-thérapeutes,  ou restés à la maison et attendre la mort tranquillement.

A travers tout ceux-ci, force est de constater que nos hôpitaux  sont devenus des mouroirs, des entreprises commerciales.  Des infirmiers qui jouent le rôle de médecin. C’est dans les hôpitaux maliens que  nous avons du mal à faire la différence entre un interne et un médecin confirmé.

Ils sont devenus des mouroirs, en ce sens où nous assistons en longueur de journée des malades mourir dans les  services d’urgences faute de premier soin. D’aucuns disent que certains médecins refusent même de  diagnostiquer ses malades tant  qu’ils n’ont pas déboursés de sous. Dans les autres départements, à chaque heure à son ordonnance, au  lieu que les médecins et  les personnels accueillent les malades avec les mots doux, c’est tout le contraire que l’on voit, ils crient sur les patients et même  sur  ceux qui les accompagnent.

Ils sont devenus  une entreprise commerciale, dans la  mesure où la majeure partie des personnels dans nos hôpitaux  ne cherchent que leur 10%. De ce fait, ils n’hésitent pas  à dénigrer le service rendu par  les hôpitaux  publics afin d’orienter les patients sur certaines de leur clinique.

« Les matériels de radiographie, d’écographie, de scanner,  j’en passe sont en panne; il faut aller  dans telle ou telle clinique là-bas  c’est en bon  état et il y a des bons médecins, tels sont les propos des médecins et personnels de mauvaises foi. La vente des médicaments  par ses médecins ni foi, ni  sentiment est devenue  monnaie courante. L’agent de santé vous  propose ses services à accepter ou à rejeter.

Pour se rendre compte, il  vous suffit d’avoir un proche ou un membre de votre famille hospitalisé. Le pire peut vous arriver au cas où un membre de votre famille ne répondait  pas au moment de l’appel.

Il n’est pas rare qu’un médecin avec un tel  caractère vous demande votre profession ou celle de votre conjoint avant de vous prescrire une ordonnance. Ainsi, des ordonnances pleuvent comme de la pluie.  Parlant des infirmiers qui jouent le rôle  de médecin, difficile de faire la distinction entre  eux. Aujourd’hui il est bon de savoir qu’une fois le malade hospitalisé, il  se retrouve entre les mains des infirmiers, et bonjour les dégâts.

Les hôpitaux sont aujourd’hui les  lieux  propices  où l’on attrape des maladies. La porte, la cour, les salles d’hospitalisation, les lits ne répondent en aucune  norme élémentaire  en matière de santé. Quand on rentre dans la cour, on voit les ordures et l’eau circule partout à l’intérieur des salles d’hospitalisation. On  n’est ébahit  d’abord par la vétusté  de certaines installations, puis par le manque d’entretien des salles. Toute personne qui y passe une nuit constate avec frayeur des cafards, des souris et d’autres insectes devenus par la force des choses des colocataires des malades. Comment peuvent ils être  guéries dans ces conditions. Les accompagnateurs des malades n’entendent que leurs tours pour être hospitaliser  par ce qu’ils mangent, dorment fait tout dans çà donc plus exposés qu’à jamais.

Que dire  des malades atteintes des infections, ce n’est pas avec ses toilettes  et toutes ses conditions là qu’ils seront guéris.

Un vieux enseignant à la retraite  disait un jour que tant que «le président de la république, les présidents des institutions, les ministres, les cadres civiles et militaires  ne se soignent pas dans nos hôpitaux, ses problèmes ne seront jamais résolus ».

Les revendications  des syndicats ne concernent que leur propre personne, sinon c’est le moment ou  jamais de monter sur le créneau   afin de mettre fin à ses pratiques qui n’ont  que trop durées. « L’éthique et la déontologie sont pour les personnes  qui ne veulent pas devenir riche en peu de temps » selon leur jargon. Les médecins qui  refusent de s’apprêter  à ce jeu sont traités de tous les noms d’oiseaux.

Nul ne doute de la qualité de nos médecins et de la qualité d’enseignement dans notre  faculté de médecine, qui est même  l’une des  meilleures dans la sous région. La connaissance de nos médecins et chercheurs ne sont pas mises  en causes ici, mais plutôt  la mauvaises foi de ceux parmi eux  qui sont attirés par le gain facile et faire la belle vie.

Aujourd’hui force est de constater que notre pays est en avance dans le domaine de la santé publique. Nos médecins  sont sollicités dans le pays de l’oncle Sam pour des interventions chirurgicales  et autres services.

La nouvelle Ministre de la santé, les directeurs des hôpitaux, centre de référence et les CSCOM sont  plus que jamais interpelés  pour mettre  fin définitivement à  ses pratiques mafieuses.

Boubacar Diam Wagué

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Mr le journaliste depuis quand tu as vu que les USA sollicitent un médecin du Mali pour des interventions chirurgicales?
    Je pense que vous fumez grave.
    Le médecin qui vous aurait dit ça, dis n’importe quoi ou c’est vous même qui fabulez .

  2. “La nouvelle ministre de la santé est interpellée”

    INTERPELLEE? 😯 😯 😯 😯 😯
    ELLE A PRIS SES FONCTION IL N’Y A MEME PAS UN MOIS! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  3. Madame la ministre dis nous ce que tu as fait par rapport
    à la mauvaise gestion et au vol orchestrés par la directrice régionale de la
    santé de koulikoro et son complice de médecin chef en l’occurrence Mr GUINDO
    Il y a un rapport connu de tout le monde à koulikoro écrit par le gérant du CCRF
    qui affirme que lui même et Guindo sont des voleurs et la directrice régionale est aussi
    impliquée comme guindo.
    SVP chercher à savoir de quoi il s’agit car dans ce rapport votre nom également apparait
    Merci

    • salif
      “Madame la ministre dis nous ce que tu as fait par rapport à la mauvaise gestion et au vol orchestrés par la directrice régionale de la santé de koulikoro” 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

      “Dis nous ce que tu as fait…” 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄
      Elle vient tout juste d’être nommée! 🙄 🙄 🙄 🙄

      Soyons sérieux! 8) 🙄

  4. Merci a toi cheick,
    Ces sans dessein, requins, crocodiles, coyotes, loups, rapaces, anacondas et vampires ne pensent pas du tout a la majorité ecrasante qui souffre comme pas possible.
    Les hopitaux publics au Mali sont là merde totale, la queue de l’ane maudit. Ce fleau est la faute au gouvernement et a nos porteurs de blouses (medecins, infirmiers (es), techniciens(nes) de nos labs Bref tout le systeme de santé quoi. Un vrai reseau de mafia de ventes des produits de santé de premières necessités d’ailleurs gratuits pour la population. La merde totale 👿 .
    Regardons l’hopital G.T, du Point G, de Kati etc. …nos clinics privés et centres de santé communautaire sont la risée totale.
    Qui de ces racailles de IBK alias zonkeba bourama woloni kabakoh et sa racaille de merdeux de clans se font soigner dans Un de nos hopitaux ❓ .
    Ils partent tous et toutes a exterieur soit en Afrique, en Europe, Asie ou Ameriques. Ces actes en disent trop, beaucoup trop.
    Il est grand temps al nouvelle Ministre si vous avez une petite conscience de soulager le bas peuple malien, la majorité souffrante.
    👿 👿 👿 .

  5. De toutes les façons , pour faire avancer ce pays il faut combattre les impunités institutionnalisées par les dirigeants inconscients de la gravité du hors jeu du développement de notre pays depuis l’indépendance ou remettre ces fonctionnaires voyous au peuple Malien pour les infliger des corrections exemplaires car certaines personnes n’ont aucune éducation patriotique et aucun esprit d’émulation pour le développement de notre pays face aux autres sur le continent où le respect d’un pays dépend de ses œuvres.

Comments are closed.