Production d'huile frelatée : Des unités de production épinglées

0

Après analyse de 92 échantillons d’huile provenant des huileries de 13 localités et du marché, le Laboratoire national de la santé (LNS) a incriminé une vingtaine d’entreprises dont les produits ne sont pas conformes aux normes requises.

Après avoir visité une vingtaine d’huilerie, prélevé et analysé 92 échantillons, des agents du département de l’Industrie et du Commerce et du Laboratoire national de la santé viennent de déposer un rapport accablant.

L’analyse des échantillons d’huile et l’évaluation de la chaîne de production de chacune des huileries ont porté essentiellement sur les paramètres physico-chimiques suivants : les indices de saponification, de peroxyde, d’acide, l’humidité et la teneur en savon.

Les résultats des analyses effectuées font état d’énormes irrégularités dans la chaîne de production d’huile et de savon. A titre d’exemple, 7 huileries ne sont pas conformes à la norme de l’indice acide (Société des oléagineux Moribabougou, Société malienne des produits oléagineux Bamako, Huilerie Ba Mariama Ségou, Huilerie Koutialaise Fantamadi Kéita Koutiala, Oléagineux et raffineries du Kénédougou Sikasso, Huilerie Kénédougou Lamizana Sikasso, Société des oléagineux du Mali Sikasso).

Trois autres ne sont pas conformes à la norme humidité : Unité de production de Messieurs Issa Traoré et Yacouba Sangaré San, Société Doumbia matériels et graines San, Huilerie Alima Théra Aliou Industrie Banankoro et 6 à la norme en teneur en savon. Il s’agit de Oléagineux et raffineries du Kénédougou Sikasso, Huilerie Kénédougou Lamizana Sikasso, Société des oléagineux du Mali Sikasso, Société malienne des oléagineux Koutiala, Huilerie de la Société Sow-Lait Sikasso, Huilerie cotonnière Alimata Koné Ségou.

Les enquêtes ont révélé que sept huileries ne disposent d’aucune autorisation d’exercice, 29 huileries utilisent comme matières premières les graines de coton, 6 huileries produisent de l’huile brute, c’est-à-dire, de l’huile pressée n’ayant subi aucune opération de neutralisation, donc impropre à la consommation, 20 huileries produisent de l’huile neutre, une huile ayant subi seulement des opérations de neutralisation, de lavage et de filtration, donc impropre à la consommation, 3 huileries disposent d’un système de raffinage permettant la production d’huile raffinée à partir des opérations suivantes : neutralisation, lavage, séchage, décoloration, désodorisation et filtration. Toutefois, les équipements d’une de ces huileries ne sont pas en matériaux adéquats et la production d’une autre a une teneur élevée en savon.

Au regard de ces conclusions, il a été formulé des recommandations. Il s’agit, entre autres, de procéder à la fermeture des huileries ne disposant d’aucune autorisation d’exercice jusqu’à la régularisation complète de leur situation administrative, procéder à la fermeture des unités produisant de l’huile brute jusqu’à l’installation d’équipements complets de production d’huile raffinée, procéder à l’arrêt temporaire des unités produisant de l’huile neutre pour compléter leur chaîne de fabrication par des équipements permettant de produire de l’huile raffinée, mettre en demeure les huileries disposant d’une chaîne de production d’huile raffinée à corriger les anomalies constatées notamment la teneur en savon et l’acquisition de matériaux adéquats et d’informer et sensibiliser les populations sur les dangers liés à la consommation d’huiles de coton non raffinées.

Sidiki Y. Dembélé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER