Sit-in du personnel au CHU Gabriel Touré : La tête du DG, Dr Lancéni Konaté réclamée par les manifestants

2

Le lundi dernier dans la matinée, une partie du personnel du CHU Gabriel Touré a observé un sit-in dans la cour de l’établissement pour réclamer la tête du DG Lancéni Konaté accusé ” de mauvaise gestion, de népotisme et de mépris envers les travailleurs “.

 

Les membres du  syndicat CH GT
Les membres du syndicat CH GT

C’est, en effet, la énième manifestation du personnel du CHU Gabriel Touré mécontent de la gestion de Lancéni Konaté, nommé à la tête de cet établissement il y a de cela un an. Hier dans la matinée, des femmes, du personnel subalterne et certains cadres de l’hôpital ont exprimé dans la cour leur ras-le bol devant une situation que tous qualifient de catastrophique. ” Nous demandons le départ de Lancéni Konaté et de son équipe composée de ses proches parmi lesquels son propre fils et son neveu ” ne cessaient de vociférer des femmes devant les éléments des forces de l’ordre venus en grand nombre.

Il n’y a rien de résolu depuis qu’il est là. Pas de médicaments à la pharmacie ; l’urgence n’a pas de personnel ni de matériels ; l’aide sociale est coupée ; six mois de retard dans le paiement des ristournes ; pas de gants, pas d’alcool ; pas de film pour faire fonctionner la radio ; les appareils des labos sont en panne… “. La liste des récriminations contre l’équipe dirigeante de l’hôpital n’est pas exhaustive. Pire, il est reproché à Dr Lancéni Konaté une gestion familiale de la boîte : son fils serait le véritable gestionnaire du nouveau logiciel installé dans les guichets à son arrivée par  l’ANTIM. Selon le secrétaire aux revendications du syndicat qui était parmi les manifestants, Mama Boubacar Bamani, depuis l’arrivée de Dr Lanceni Konaté à la tête de cette structure ” on assiste à une mauvaise gestion globalisée “.

Le dossier des 10 millions FCFA…classé

Il y a de cela quelques mois, 10 millions FCFA ont disparu de la caisse. Dans un premier temps, les soupçons étaient portés sur des agents des guichets. Mais au fil du temps, il semble que ce soit celui qui a le code du logiciel qui est au cœur des suspicions. Ce dernier, n’est, selon le personnel qui manifestait, que le propre fils du Directeur général. Vrai ou faux ?

Toujours selon le syndicaliste Bamani, ” le nouveau logiciel est loin d’être fiable. Il a été sous-traité par l’ANTIM et est géré par le fils de Lancéni Konaté qui n’est pas un informaticien mais un médecin. Ce logiciel est lourd d’où des queues interminables devant les guichets “. D’autre part, il n’y a plus de quittance alors que c’est avec ça que les majors peuvent savoir combien de sous sont entrés dans la caisse. Le dossier des 10 millions FCFA disparus aurait été classé comme étant…une erreur.

S’agissant des services d’urgence installés à coup de centaines de millions FCFA sous ATT, il serait aujourd’hui, d’après les manifestants, dans un état lamentable. Aux dires de ces derniers, seuls deux médecins, le chef dudit service, Pr. Django Djibo et le Dr Cissé travaillent actuellement dans cette unité qui employait auparavant une vingtaine de médecins.  Quant à la pharmacie hospitalière, en dépit des déclarations officielles, elle serait vide. Le personnel nous a même conviés à aller la visiter. Les nouveaux bâtiments qui ont couté cher à l’Etat sont toujours inoccupés et à l’abandon.

 

 

Selon des parents des malades qui ont assisté à ce sit-in, le scanner également manquerait de film. Tout cela au moment où le rapport du Vérificateur général faisait état de plus de 300 millions FCFA investis dans les films. C’est vrai que c’était au temps de l’ancienne direction.

 

 

Compte tenu de tout cela, les femmes et les manœuvres de cet établissement, le plus grand de la capitale, compte manifester jusqu’au départ de Dr Lancéni Konaté accusé ” de mauvaise gestion, de népotisme et de mépris des travailleurs “.Le patron de l’établissement avait invité les forces de l’ordre pour dégager les lieux. Celles-ci venues en grand nombre ont lancé un ultimatum aux femmes, assises sur des nattes face à l’entrée officielle, de ” dégager dans les cinq minutes “. Ces dernières n’ont pas obtempéré et l’une d’entre elles a menacé ” de se mettre nue pour maudire les policiers et les gendarmes ” présents sur les lieux. Après quelques échauffourées, les forces de l’ordre ont vite reculé. Ayant certainement compris que ces femmes étaient réellement décidées à défendre leurs droits.

Mamadou FOFANA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. On le maintien parcequ’il es efficace, tout le monde crie changement mais personne ne veut que ca commence par lui, et je suis étonné qu’il n y ai pas bcoup de soutien a ce monsieur Propre, intègre et professionnel, du courage et que Dieu te préserve pour le bonheur des pauvres citoyens, Amen

  2. CE Monsieur porte la poisse depuis qu’il est SEGAL; JE NE SAIS PAS POURQUOI ON MAINTIENT DES VILLAGEOIS MECHANTS COMME CA;

Comments are closed.