2020, une année difficile pour le Mali

1
L’année a commencé par des attentats terroristes ciblant des soldats et des civils maliens, notamment dans le nord du pays, mais aussi par des affrontements intercommunautaires, en plus de l’apparition du covid-19, en mars.

Malgré tout, les élections législatives, retardées plusieurs fois au cours des années précédentes, ont été organisées au mois de mars. Elle seront, toutefois, perturbées par l’enlèvement de Soumaïla Cissé, président du parti d’opposition, Union pour la République et la démocratie. Plusieurs chef de bureaux de vote seront également enlevés.

Au mois de mai, lorsque les résultats du deuxième tour des élections sont annoncés des manifestations éclatent à Bamako, capitale du pays.

Des électeurs s’étaient insurgés contre l’attribution de sièges supplémentaires au parti au pouvoir, le Rassemblement pour le Mali (RPM), par rapport aux résultats provisoires. Une dizaine de sièges en tout ont été raflés par le RPM.

A Sikasso, grande ville du sud du pays, un important rassemblement a été tenu par des Maliens en colère. Des marches de protestation sont signalées dans les villes de Kati, à 15 kilomètres au nord de Bamako, à Sévaré (centre du pays) et à Kayes (ouest).

Les manifestations contestant les résultats des élections se transforment en mouvement réclamant le départ du président malien également chef de file du parti au pouvoir, RPM.

Le 10 juillet, la troisième grande manifestation contre le pouvoir a dégénéré en trois jours de troubles meurtriers à Bamako, les pires dans la capitale depuis 2012.

Face à cette situation de crise, les membres de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) proposent, le 27 juillet, une solution consistant à la mise en place rapide d’un gouvernement d’union nationale et à la tenue d’élections législatives partielles.

Quinze chef d’Etats membres de la Cédéao ont décidé de mettre au point un régime de sanctions contre ceux qui feront obstacle à cette solution. Le président malien a annoncé, quelques heures plus tard, qu’il acceptait cette proposition, faisant part de son intention de mettre en place un gouvernement de six membres autour du Premier ministre, Boubou Cissé et de lui confier la mission de négocier la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Le 10 août dernier, Boubacar Keïta supervise l’installation de neuf nouveaux membres de la Cour constitutionnelle, entité en charge de valider les élections, un geste à travers lequel, le président malien souhaitait calmer les contestataires.

Une semaine plus tard, le 18 août, des officiers de l’armée renversent Keïta. Le coup d’Etat démarre du camp militaire Soundiata-Keïta, dans la région de Kati. Le jour même, les militaires arrêtent le président après 7 années passées au pouvoir. Il sera libéré une dizaine de jours plus tard et placé en résidence surveillée.

L’accord d’Alger toujours d’actualité

Au lendemain de ces événements, l’Algérie a réagi officiellement exprimant son refus de tout changement en dehors du cadre constitutionnel.

“L’Algérie suit de près la situation délicate au Mali et aspire à un retour rapide à l’ordre constitutionnel à travers une période de transition consensuelle consacrant la volonté du peuple malien”, avait indiqué le président, Abdelmadjid Tebboune quelques semaines plus tard.

“Mon pays reste convaincu que l’Accord de paix et de réconciliation nationale, issu du processus d’Alger, demeure le cadre idoine pour relever les défis de la gouvernance politique et du développement économique dans ce pays frère, avec un accompagnement sage et sincère de la communauté internationale”, avait-il également soutenu.

L’accord en question a été signé, après une médiation algérienne, par la République du Mali et la Coordination du mouvement Azawad, une alliance de groupes rebelles maliens.

Les acteurs politiques et militaires au Mali ont décidé dans leur charte de transition, adoptée en septembre, de respecter les termes de l’accord d’Alger qui conserve sa place centrale dans le dénouement de la crise malienne . La Transition s’est engagé à renouveler la dynamique de sa mise en œuvre afin de soutenir la paix ce pays sahélien et dans la sous-région.

La Cédéao a décidé d’imposer des sanctions économiques et commerciales au Mali (fermeture des frontières, embargo sur les échanges financiers et commerciaux) exigeant la désignation d’un président civil de transition au plus tard au 15 septembre sous peine de maintenir le blocus.

Début octobre, un gouvernement de transition composé de 25 membres est mis en place avec comme Premier ministre, le diplomate Moctar Ouane.

Les membres du gouvernement disposent d’un délai de 18 mois pour assurer la transition. Après cette annonce, la Cédéao fait part, le 6 octobre, de sa décision de lever les sanctions décidées contre le Mali.

Au mois de novembre de nouvelles manifestations éclatent, menées principalement par le Mouvement dit du 5-Juin (formé d’activistes politiques, de leaders religieux et d’acteurs de la société civile), le même mouvement qui a coordonné les actions de contestation engagées contre le président déchu.

Les participants aux manifestations de novembre ont dénoncé “l’ascendant des militaires” sur la transition, exigeant de remettre le pouvoir à de vrais civils.

Le 5 décembre courant, un Conseil national de transition est mis en place. Composé de 121 membres, cet organe aux fonctions législatives devra s’assurer de créer les conditions d’un retour à la normale au Mali.

La lutte contre les groupes terroristes au nord, une présence de plus en plus décriée des troupes françaises, présentes au Mali, sont d’autres préoccupations qui accompagneront les Maliens au cours des mois à venir.

Publié le jeudi 31 décembre 2020  |  APS

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Une Année Très Facile ! Qui ne dépendra que des Maliens ou qu’il soit a quelque niveau qu’il soit
    Que les Fonctionnaires et tout agents publics de l’Etat soient dignes en acceptant de travailler normalement.
    Que tout Fonctionnaire et agents publics de l’Etat acceptent poliment qu’il soit contrôler autant qu’il contrôle lui même.
    Que cette Jeunesse en Chômage cesse dès qu’elle trouve une opportunité de “brimer” les autres chômeurs.
    Qu’un contractuel chargé d’enrôler des gens au RAVEC, NINA ou autres cesse de s’enrichir sur le dos de ses collègues “étudiants et collègues chômeurs”
    Conscience professionnelle, intégrité sinon ces jeunes chômeurs ne pourront rien demander aux aînés !
    Ils sont pire que les anciens et le comble ils le font a des jeunes qui sont dans les mêmes situations de précarité !
    Que le Soldat, que le Gendarme, que le député etc se laisse contrôler par l’agent de police sans polémique ni traffic d’influence ! Là les Citoyens ne se deroberont pas et a acceptent sans problème. Savez vous la Tenue, votre statut de député ou de gendarmes ne vous sort pas du “monde des citoyens qui payent et doivent payer et se conformer a certaines règles’. L’Etat ou l’Agent de l’Etat qui se croit privilégié, est un destructeur de l’Etat et de son autorité !
    Tu paye, je paye sauf dérogations speciales!!!!!
    Quand un militaire fait la bagarre a un policier qui le contrôle, il n’est pas prêt, il ne peut pas être un bon soldat car indiscipliné vers incapable de respecter les lois de la République.
    Le ministre, le député, ou autres commis de l’Etat qui s’y refuse Est l’ennemi du Pays!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here