Administration Territoriale : Les syndicats maintiennent la grève illimitée et communiquent

1

Ce samedi 28 novembre 2020, s’est tenue, à partir de 10h30, une assemblée générale de la Plateforme d’action commune dans la Salle de réunion du Gouvernorat du District de Bamako. Y étaient présents : des membres des cabinets des Gouverneurs ; des préfets, préfets adjoints et sous-préfets; -des militants et responsables des quatre syndicats de la Plateforme; et des travailleurs retraités du MATD.
L’ordre du jour a porté sur:
1. La poursuite ou non de la grève illimitée ;
2. L’examen de la nomination massive de militaires aux postes de gouverneur.
La méthodologie adoptée a consisté à donner d’emblée la parole aux participants, afin d’éviter d’influencer leurs avis, pour qu’ils se prononcent sur la poursuite ou non du mot d’ordre de grève à durée illimitée.
A l’issue des débats, fructueux, libres et très contributifs, suivis d’explications, de restitution des démarches menées, de l’état des négociations et des perspectives, les décisions suivantes ont été retenues:
1. Par rapport à la poursuite ou non de la grève :
À l’unanimité, les participants ont décidé de maintenir la poursuite de la grève illimitée jusqu’à l’aboutissement total de toutes les revendications.
2. Par rapport à la nomination massive des militaires aux postes de gouverneur:
L’assemblée, après avoir noté la légalité de ces nominations, a jugé celles-ci comme méprisantes, insultantes et provocatrices dans la mesure où nul n’ignore que la priorisation des administrateurs à ces postes est une de leurs plus fortes demandes. Le préavis de grève du 24 janvier 2019 a justement été déposé dans ce sens.
Enfin, l’assemblée générale a donné quitus aux bureaux de nouer des partenariats avec toutes autres structures partageant les points de vue de la Plateforme pour faire aboutir sa lutte dans l’intérêt des militants et du Mali, menacé par l’irresponsabilité et le mépris des autorités.
Bamako, le 28/11/2020
Les secrétaires généraux

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. SYSTÈME NATIONAL INTELLIGENT DE DÉFENSE ET SÉCURITÉ DU TERRITOIRE POUR UNE REFONDATION INTELLIGENTE DU MALI : Aller au delà de la loi 04-051 du 23 novembre 2004.

    Bonjour,

    L’ONU a-t-elle confirmé que le Général Keba Sangaré a été un obstacle à l’application de l’accord de paix ? En tout cas, il n’a pas encore été frappé par les sanctions de ONU (attachées au pacte pour la paix) même si le rapport de l’ONU (qui avait fait l’objet d’une fuite) le soupsonnait
    en août 2020 de faire obstacle à l’accord de paix.

    Contrairement à ce que dit Dr Aboubacar Sidick Fomba (Président du parti ADEPM et des forces patriotiques pour la refondation du Mali) les niveaux tactique et stratégique apportés par Maliko ne sont pas inappropriés, en effet, Maliko les ajoute à juste titre pour pallier les insuffisances de la loi 04-051 du 23 novembre 2004 qui ne se focalise que sur le niveau opérationnel (stratégie DOT) : pour le détail, voir ci-dessous.

    Une architecture de défense nationale du territoire doit avoir plusieurs niveaux : le niveau opérationnel (court terme), le niveau tactique (moyen terme) et le niveau stratégique (long terme). Il y a une planification, une stratégie et des informations sécuritaires associées à chaque niveau.

    Le niveau stratégique s’appuie sur le niveau tactique. Ce dernier s’appuie sur le niveau opérationnel. Ce qui n’empêche pas le niveau stratégique d’utiliser le niveau opérationnel et ses informations sécuritaires.

    L’architecture de Défense nationale du territoire exige une architecture de défense nationale au niveau stratégique (niveau Gouvernance), une architecture de défense nationale au niveau tactique (niveau Gestion tactique) et une architecture de défense nationale au niveau opérationnel (Gestion opérationnelle).

    La stratégie DOT (Défense Opérationnelle du Territoire) s’applique au niveau opérationnel.

    L’architecture opérationnelle est constituée de noeuds qui peuvent être des villages et des hameaux.

    Il doit exister une stratégie au niveau tactique (Défense Tactique du Territoire) et une stratégie au niveau stratégique (Défense Stratégique du Territoire).
    C’est Dommage que la loi 04-051 du 23 novembre 2004 ne s’intéresse qu’au niveau opérationnel avec sa stratégie DOT.

    Les niveaux tactiques et stratégique ne sont pas pris en compte.

    Maliko apporte en plus les niveaux tactique et stratégique qui sont indispensables.

    Contrairement à ce que dit Dr Aboubacar Sidick Fomba (ADEPM), ces niveaux ne sont pas inappropriés. Maliko les ajoute à juste titre pour pallier les insuffisances de la loi 04-051 du 23 novembre 2004.

    En termes de management (gouvernance et gestion), pour disposer d’une gouvernance, d’une gestion, d’un contrôle, d’une surveillance et d’une maintenance complets, on doit gérer des bases d’informations sécuritaires à tous les trois niveaux en utilisant des bases d’informations de gestion sécuritaires (Security Management Informations bases).

    Ce qui est indispensable pour lutter efficacement contre le terrorisme et pour sécuriser et protéger efficacement les citoyens, les communautés, les collectivités territoriales et l’État (gouvernance, gestion et contrôle/surveillance en temps réel de tout ce qui se passe).
    Un système d’intelligence stratégique (avec des bases de renseignements stratégiques alimentées à tous les niveaux) pourra être créé.

    Il est indispensable de disposer d’une tel management et d’un tel système d’intelligence stratégique au Mali et dans la zone Sahel, en particulier au G5 Sahel via une coopération entre ces systèmes d’intelligence stratégique aux niveaux local, régional et international en impliquant et s’appuyant, entre autres, sur les citoyens et les communautés.

    Le management de l’architecture (système) de Défense nationale exige ces bases pour être efficace et complet.

    En termes de ressources humaines, le management, à tous les niveaux, peut être assuré par tout profil (civil ou militaire) ayant les connaissances requises.

    Les nouvelles technologies d’informations et communication utiliseront ces bases pour créer un système national de défense stratégique garantissant une défense et une sécurité optimales des citoyens, des communautés, des collectivités territoriales et de l’État tout entier.

    Œuvrons TOUS/TOUTES dans ce sens pour la refondation intelligente du Mali mettant les citoyens, les communautés, les collectivités et l’État, donc le Mali, au centre des préoccupations.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here