Audiences de l’Association des éditeurs de presse privée (ASSEP) : Ousmane Dao et son équipe reçus au BVG et au CGSP

0

Le nouveau bureau de l’Association des éditeurs de la presse privée (Assep) dirigé par Ousmane Dao poursuit ses séries d’audiences avec certaines structures. C’est dans ce cadre qu’il a été reçu respectivement par le Vérificateur général, Samba A. Baby et le Contrôleur général des services publics, Mohamed Sidda Dicko.

Le 23 Août 2022, le président de l’Association des éditeurs de la presse privée (Assep), Ousmane Dao, à la tête d’une délégation de son bureau, a été reçu en audience par le Vérificateur général, Samba Alhamdou Baby.  Cette rencontre entre dans le cadre de prises de contact de l’Assep avec des partenaires. Les échanges ont porté sur les missions du Bureau du Vérificateur général (BVG) et l’ébauche d’un cadre de partenariat stratégique entre les deux parties. Tout en souhaitant la cordiale bienvenue à Ousmane Dao et à sa délégation, le Vérificateur général s’est dit à la fois très honoré et flatté de cette visite de courtoisie et de considération.

Le président de l’Assep, à son tour, a loué les remarquables efforts consentis par le BVG, dans le cadre de l’instauration d’une gouvernance vertueuse au Mali. Après avoir présenté l’Assep, Ousmane Dao a précisé : “Les objectifs de notre faitière sont, entre autres, la défense et la promotion de la liberté d’expression et de presse, l’amélioration des conditions de vie et de travail de ses membres…”

Le Vérificateur général, Samba Alhamdou Baby, dans son intervention, a rappelé les missions de son Bureau et les rapports avec les autres institutions évoluant dans le même cadre général. Samba Baby a fait mention de la prépondérance du rôle et de la place de l’information et de la communication dans le meilleur accomplissement des missions de son Bureau. Ainsi, il a exprimé sa volonté de concrétiser une convention de partenariat stratégique BVG/Assep dans un cadre bien formalisé. L’un des objectifs de ce partenariat sera d’amener les journalistes à mieux exploiter les rapports du Vérificateur et s’intéresser à bien d’innovations entreprises dans les missions de vérifications.

Une séance de photo de famille, une visite guidée dans les bureaux de la cellule de la communication du BVG, ainsi que de la bibliothèque ont mis fin à la rencontre.

Le 31 août 2022, le président de l’Association des éditeurs de presse privée, Ousmane Dao, a été reçu avec une délégation de son bureau en audience par le Contrôleur général des services publics, Mohamed Sidda Dicko.

Dans son intervention, le président de l’Assep a remercié le magistrat Mohamed Sidda Dicko pour sa disponibilité et pour l’accueil qui lui a été réservé et à sa délégation. Il a ensuite décliné l’objet de la visite au Contrôleur général des services publics qui est la présentation de son bureau, élu il y a trois mois. Ousmane Dao a également rappelé à son hôte que l’Assep est une organisation des patrons de journaux. Son objectif est de défendre et de sauvegarder la liberté d’expression et de presse, améliorer les conditions de vie et de travail de ses membres…

Selon Ousmane Dao, la presse écrite représentée par l’Assep et le Contrôle général des services publics visent la même finalité pour le travail qu’ils font de différentes manières à savoir l’amélioration de la gouvernance, la promotion de l’Etat de droit et de la justice sociale. C’est ainsi que le président de l’Assep a exprimé, à M. Dicko, la disponibilité de son organisation à accompagner le Contrôle général des services publics dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

Quant à Mohamed Sidda Dicko, il s’est dit heureux et honoré de cette visite, avant de féliciter le Président Dao et son équipe pour la confiance placée en eux. Après avoir rappelé que la presse joue un rôle d’alerte et de prévention, le Contrôleur général des services publics a précisé que le contrôle est comme une science qui demande de la pédagogie et de la communication.

Pour lui, la lutte contre la corruption exige également l’exemplarité et la transparence. Et pour cela, selon le Contrôleur général des services publics, la presse, particulièrement celle écrite, a un rôle essentiel à jouer, dans ce sens qu’un journal est susceptible d’être lu jusqu’au niveau village, contrairement à l’administration qui se limite très souvent dans les chefs-lieux des Communes. Ce qui fera dire le magistrat Mohamed Sidda Dicko que la presse a la force de l’argument et l’Etat a l’argument de la force.

Avant de se quitter, les deux parties ont convenu d’explorer des pistes de partenariat dynamique profitable aux deux structures.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here