Bisbilles et malentendus entre leaders religieux : les fondations du monde musulman malien restent indemnes

2

Du mélodrame sécuritaire au marasme du climat socio-politique, un malheureux épisode de querelle entre leaders religieux allait s’inviter sans prévenance dans la sinistrose malienne, bonté divine, qu’il a été éludé le lundi 16 aout 2021 ! Si l’incident – sur fond de quiproquo selon toute vraisemblance – a pu trouver une issue para-judiciaire adéquate, nous serons dans une dialectique mesurée et une abstention bienséante de ne pas refaire les tumultueux épisodes de l’évènement ayant débouché sur l’esquisse d’un affrontement entre deux des plus grands courants de pensée du monde islamique malien: Ançar Dine de Cherif Ousmane Madane Haidara et le Sunnisme avec comme figure de proue l’imam Mahmoud Dicko.

Il convient cependant de signaler, avec une note béatifique, que ces deux érudits, disons-le, en islam tout court se sont empressés d’appeler les uns et les autres au calme et à la retenue pour éviter que l’incompréhension ne prenne une tournure dont nul ne pouvait prédire l’issue. Toutes choses qui dénotent que le Mali, vitrine du monde musulman sous-régional, semble être imprégné contre toute guerre à caractère religieux.

Par ailleurs, si l’intarissable sagesse des grands manitous musulmans de notre pays a toujours évité que les les fondations de l’islam au Mali croulent au moindre souffle de tempête, il n’en demeure pas moins impérieux de colmater toutes les brèches susceptibles d’être exploitées par les djihadistes tapis centre et le Nord du Mali au profit de leur dessein criminel en total déphasage avec l’islam authentique, religion de paix par excellence.

N’en déplaise donc à beaucoup de malveillants de l’intérieur comme de l’extérieur, le Mali ne sera jamais ce pays ou les divergences de convictions religieuses s’envenimeront au point d’entrainer une guerre inter-religieuse et fratricide.

 

Ousmane Tiemoko Diakité

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Mon frère Aziza Niamkoko, tu es parmi les maliens qui sont en avance, je ne sais pas, de combien de temps?. Combien de temps il reste pour que nous regardions l’histoire et surtout le présent pour comprendre qu’il vaut que nous soyons nous-mêmes. Selon, des estimations, les guerres menées les djihads ont coûté la vie à 280 millions de personnes dont 80 millions en Inde. En ce qui concerne le présent, ce qui se passe dans le sahel et au Nigeria est effroyable. La morale quitté quelqu’un pourqu’il continue à adhérer à un tel système de valeurs. Le journalisme, soit ne comprend pas ou est entrain d’épouser le vocabulaire des Wahabites en disant ceci: “Ançar Dine de Cherif Ousmane Madane Haidara et le Sunnisme avec comme figure de proue l’imam Mahmoud Dicko.” Mais Ançar Dine est aussi Sunnite. Il deux grandes tendances en islam: Les Sunnites et les Shïtes. Les Wahbites n’aiment pas qu’on les appelle par ce nom. Ils veulent qu’on appelle des sunnites. Mais ils ne sont pas les seuls sunnites. Il ya plusieurs dénominations qui sont du Sunnisme, à l’opposé de Chiisme.

  2. Monsieur le journaliste, cultivez-vous. Hamdallaye, la capitale de l’empire peul du Macina a été rasé de la carte par d’autres musulmans. Sortons donc de nos bondieuseries imbéciles. Tous ce que nous croyions impossible (en mal) au Mali ont déjà est déjà effectif. Le Mali, une vitrine de l’islam en Afrique ? Mort de rire !!! Car j’aurais voulu que notre pays soit autre chose, une vitrine de nous-même, de nos richesses spirituelles et culturelles plurielles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here