Clôture de la 1ère session 2018 de la Cour d’assises de Bamako : Plus de 92% des affaires jugées

1
Idrissa Arizo Maïga, procureur général près la cour d’appel de Bamako
Idrissa Arizo Maïga, procureur général près la cour d’appel de Bamako

Le Procureur Général  près la Cour d’Appel de Bamako Idrissa Arizo  Maiga a présidé,  le vendredi  1er juin  dernier, la clôture de la première  session  de la Cour d’assises de Bamako pour l’année  2018.

Selon   le Procureur Général, l’examen  des affaires enrôlées a donné  les décisions suivantes : 21 condamnations  à l’emprisonnement  ferme,  7 emprisonnements avec sursis, 47 réclusions  à temps, 4 réclusions  à perpétuité par contumace,  2 réclusions  à perpétuité  contradictoire, 5 peines de mort, 6 peines  de mort par contumace, 23 acquittements  prononcés, 2 actions publiques éteintes ,  6 renvois à une prochaine session, 9 condamnations  par contumace. D’après lui, les amendes prononcées font 43.705.000 FCFA, tandis que les condamnations aux dommages et intérêts  font 137.503.000 FCFA et  les condamnations au remboursement font 118.131.500  FCFA.

Pour le Procureur Idrissa Arizo Maiga, 92 ,68% des  affaires ont été jugées. A en croire M. Maiga, un regard même furtif  sur les  décisions permet de constater le nombre  élevé  des condamnations à mort contradictoires au nombre de cinq et des condamnations à temps.

« Le parquet  se réjoui  particulièrement  de la sévérité  des peines, qualifiée comme telle  par  certains, mais qui en réalité  n’est que la juste rétribution et la réponse appropriée  aux crimes très graves commis…… », a déclaré Idrissa Arizo Maiga.

Adiarra  Coulibaly

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. L’Etat français remue ciel et terre pour extrader leurs terroristes dijhadistes d’Irak

    https://www.rtl.fr/actu/international/irak-un-quatrieme-francais-condamne-a-mort-pour-appartenance-a-l-ei-7797718703

    Et se remue peu pour ceux condamné à mort en Indonésie et qui ne sont pas des djihadistes!

    “Pas d’ingérence
    L’élu précise toutefois qu’il réagit sur la forme et non sur le fond du dossier. “Je ne ferai pas d’ingérence sur cette affaire, je ne vais pas minimiser les faits dont il est question”. Tout en espérant que le jeune homme “a eu un procès équitable”

    Félix Dorfin, 35 ans, rejoint un autre Français dans le couloir de la mort en Indonésie, Serge Atlaoui, condamné en 2007 également pour trafic de drogue et toujours incarcéré.

Comments are closed.