Denrées de première nécessité au carême 2021 : Des mesures pour baisser les prix

0

Afin d’assurer aux populations un mois de carême sans grandes difficultés, le Gouvernement de la république du Mali va vite en besogne. Il explore les voies et moyens pour faire flancher les prix des denrées de première nécessité qui connaissent une certaine nervosité sur le marché.

Conscient que le mois de carême est celui des dépenses, le Gouvernement de la république du Mali se bat comme il peut afin de faire baisser les prix des denrées de première nécessité. C’est ce qui ressort comme information principale du compte-rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 mars 2021. Elle a été donnée au Centre d’information gouvernemental du Mali (Cigma).

Pour les besoins de la cause, le ministre en charge de la Promotion de l’emploi, tout nouveau porte-parole du Gouvernement, Mohamed Salia Touré était accompagné de son homologue de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements, Arouna Niang.

Le ministre Niang, en expliquant les raisons de la hausse du prix des denrées de première nécessité, a affirmé qu’elles sont exogènes. De son avis, c’est dû à la pandémie de Covid-19 qui a frappé l’offre et la demande. Il ajoutera que les effets ont été sentis au Mali. Les denrées concernées par les mesures prises par le Gouvernement de la république du Mali sont : le riz, la farine, le blé, le sucre, la viande, l’électricité, le gaz butane, l’eau, le pétrole. De l’avis du ministre Niang, ces mesures coûteront à l’Etat du Mali plusieurs centaines de milliards de FCFA.

A entendre le ministre en charge de l’Industrie et du Commerce, l’Etat fait l’effort d’abandonner la TVA sur toutes les importations de produits alimentaires. Cette révision fiscale permettra au Gouvernement de trouver la solution à la nervosité des denrées de première nécessité. « On va appliquer une baisse de 50% de la taxe sur le riz.  33 000 tonnes d’aliment bétail seront distribuées entre les éleveurs à travers le Commissariat à la sécurité alimentaire pour faire baisser le prix de la viande », a-t-il précisé. Et d’ajouter que la surveillance de plus de 60 000 points de vente est en cours.

Iba DIALLO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here