DFM du Ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières : Silence : Les archives se désagrègent… !

1

La destruction en cours des archives à la Direction des finances et du matériel (DFM) du Ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières est un véritable gâchis. Cet état de fait est-il un acte délibéré bien réfléchi? Qui veut nuire à l’image du ministre de tutelle?

Il suffit de faire un tour dans les locaux de la Direction des finances et du matériel (DFM) du Ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières pour voir, de façon stupéfaite, les archives de ce département jetées à même le sol en bas de l’escalier qui mène au bureau du chef. Ce fatras de documents qui constitue la mémoire vivante, donc témoin du passé de ce ministère, est aujourd’hui en train de disparaitre par simple négligence des responsables.

Peut-on sincèrement justifier cet état de fait (irresponsable) par le fait qu’on manque d’un petit local? Certainement, non ! Car, récemment des dizaines de millions de nos francs ont été dépensés pour construire un bureau destiné à l’accueil et à l’orientation des citoyens qui, généralement, se présentent dans ce service en quête du marché. Quelle est l’utilité de ce bureau comparée à la nécessité d’un local pour mettre en sécurité et à l’abri des yeux les archives?

En effet, ce prétendu ‘’bureau accueil et l’orientation’’ qui aurait coûter une petite fortune au trésor Malien en cette période où l’économie va mal, aurait permis à deux personnes de s’enrichir. Il s’agirait de l’entrepreneur qui l’a construit suivant un marché attribué dans des conditions qui restent à éclaircir et du Directeur des Finances et du Matériel, en l’occurrence Abdoulaye Coulibaly, qui aurait laissé des trous partout où il a passé.

Pire, de nombreux usagers de la Direction des Finances et du Matériel (DFM) du Ministère des domaines de l’Etat et des affaires foncières contournent superbement ce ‘’bureau accueil et l’orientation’’ pour passer directement par l’entrée réservée uniquement aux engins avec tout ce que cela constitue comme risque de se faire percuter par un conducteur imprudent. Malgré tout, ils le font en alléguant savoir où aller. Le fait de passer par ce bureau pour se renseigner auprès des personnes indiquées, parait à leurs yeux, trop procédurier et lent.

Ces concitoyens n’ont pas le temps de s’adresser au personnel de ce bureau qui va prendre de longues minutes à chercher par interphone si un tel où une telle se trouve bien en place avant de les laisser passer. Où se trouvent donc l’opportunité et l’importance de construire ce genre d’infrastructure dans un pays où la culture du lien social et le sentiment de se faire passer pour un grand est ancrée dans la mentalité?

Ainsi, au vu de tout ce qui précède, le besoin de construire un local pouvant abriter les archives parait plus utile et plus important que ‘’le bureau accueil et l’orientation’’ qui n’existe que de nom. Ces documents sont les témoins oculaires de l’histoire de la Direction des finances et du matériel (DFM) et un devoir de mémoire pour la postérité. Ils méritent considération de la part de tous. Mais c’est sans compter sur l’intention inavouée de certains responsables maliens qui se soucient de faire disparaitre des traces de leur gestion.

L’incendie qui a ravagé les locaux de l’ambassade du Mali à paris et celui qui a détruit à Bamako les archives de la direction générale de l’Institut national de prévoyance sociale (INPS) dont les causes n’ont d’ailleurs jamais été élucidées en dépit des promesses, illustrent bien la malveillance manifeste de certains hauts responsables maliens. Ils osent vendre leur âme aux diables, au nom de la fortune, quitte à porter une lourde culpabilité pour le reste de leur vie. Où se trouve la morale?

Nous y reviendrons !

Dougoufana Kéita

PARTAGER

1 commentaire

  1. Mr le journaleux, les archives seront déposées sur ta tête. Tu méprises l’utilité d’un bureau d’accueil et d’orientation des Usagers du service public ? Vraiment tu es nul. Vas te former dans le journalisme ou se taire à jamais.

Comments are closed.