Energies domestiques : Cher charbon de bois…

0

Avec la hausse du prix du gaz butane, beaucoup  de foyers se sont tournés vers l’utilisation du charbon  de bois.  Mais depuis quelques semaines, le prix de ce dernier aussi a pris l’ascenseur.

 

Vendu il y a seulement quelques mois à 3500 F CFA le sac, le charbon de bois se trouve à 5000 F CFA le sac de 100 kg, une cherté qui surprend plus d’un. Les vendeurs et acheteurs crient au scandale. “Un sac ne fait plus trois à quatre jours dans une famille”, confie Djénébou Diarra, une ménagère habitant Yirimadio. “Les prix montent, mais le charbon n’est pas de bonne qualité”, déplore-t-elle.

  1. Sidibé est un vendeur de charbon installé au marché de Yirimadio. Il avoue que cela fait des jours qu’il ne pas vend pas du charbon à cause de la flambée du prix. De 3500 à 4000 F CFA, selon le lieu, un sac de charbon coûte aujourd’hui 5000 à 6000 F CFA, dit-il.

Fousseyni Coulibaly, un transporteur de charbon de bois, confirme que cette année le prix du charbon est monté de manière galopante. Selon notre interlocuteur, plusieurs raisons expliquent cette hausse : l’état des routes, l’intervention des agents des eaux-forêts, les tracasseries routières.

Il ajoute qu’il y a neuf mois,  il s’approvisionnait en charbon dans la Commune de Mountougoula près de Dialakorobogou, mais aujourd’hui il le ramène de Djanikoro dans la zone de Ségou. Ainsi, le coût du transport s’ajoute à la rareté. “Le prix dépend de la période, il y a des moments où le prix monte, souvent ça descend”, assure Fousseyni Coulibaly.

Amadou Diallo est blanchisseur à Missabougou. “Pour blanchir les habits de mes clients, il me faut du charbon. Et aujourd’hui il est devenu cher et très rare.
Avec la montée de prix, je commence à enregistrer des pertes, car le prix du sac a augmenté mais celui du blanchissage reste le même, c’est-à-dire 150 F CFA le complet”, explique-t-il.

En tout cas, la montée du prix est réelle, les consommateurs souhaitent une réduction et surtout l’intervention des autorités à travers la réglementation le secteur.

Yéhia M. Baby

Stagiaire

PARTAGER