Enquête: Comment le prêcheur Ousmane Madani Haidara a vaincu l’état d’urgence

3
Chérif Ousmane Madani Haïdara
Chérif Ousmane Madani Haïdara,

A la veille des nombreuses fêtes de fin d’année, l’Etat malien a décrété l’état d’urgence. Mais il a vite reculé sous la menace des leaders religieux conduits par le très populaire Haidara. Le film d’une capitulation…

L’affaire débute le 20 novembre 2015, avec l’attaque de l’hôtel Radisson. Le gouvernement décrète pour dix jours l’état d’urgence. Pour édifier le public sur cette notion, le gouvernement dépêche sur l’ORTM le directeur de l’Ecole Nationale d’Administration  (ENA), Fousseyni Samaké. Selon ce spécialiste, l’état d’urgence est un régime juridique qui accroît les pouvoirs de police des autorités civiles. Prévue par la Constitution, la mesure est prise en cas de “péril imminent” sur la sécurité publique, d’“atteinte grave à l’ordre public” ou de “catastrophe naturelle”. Les conséquences de l’état d’urgence sont une restriction  des libertés, comme celles de presse, de circulation ou de manifestation. “L’état d’urgence confère aux autorités administratives le pouvoir d’interdire tout rassemblement de personnes. En 1990, il fut décrété en 6ème  et 7ème  régions. En janvier 2013, les autorités de Transition l’ont instauré après les attaques contre la ville Konna”, dit l’expert.

 

Haidara met en garde

 

C’est entendu: l’état d’urgence vise à empêcher les attroupements et manifestations publics. C’est pourquoi lorsqu’il est décrété le 20 novembre, suite à l’attaque du Radisson, des inquiétudes planent sur la tenue du “Maouloud” prévue pour fin décembre. Le “Maouloud”, comme on le sait, désigne l’anniversaire du Prophète de l’islam (paix et salut sur lui).

Craignant l’annulation  de cet événement qu’il célèbre chaque année avec faste, Chérif Ousmane Madani Haidara, le leader de l’association islamique Ançardine, sort ses muscles. Haidara n’est pas n’importe qui. Orateur hors pair, il est le gourou d’une association qui révendique  un million de fidèles. Il aime rappeler que chacun de ses disciples détient une carte d’électeur Nina. Nul n’ignore que si le Haut Conseil Islamique (HCIM) remplit les stades à chacune de ses manifestations, c’est surtout grâce à la capacité de mobilisation de Haidara. Ce dernier est à la fois admiré et redouté. Dès le jeudi 3 décembre, lors d’un  point de presse à son domicile sis à Banconi, en commune 1 de Bamako, il met en garde contre toute annulation du “Maouloud”. Le Guide des Ançar affirme: “Le Maouloud fait partie de l’Islam. Nul ne pourra nous empêcher de pratiquer notre religion. Pour nous, le Maouloud équivaut à la prière: le gouvernement ne peut pas l’empêcher!”.

Le Groupement des Leaders Musulmans, présidé par Haidara lui-même, revient à la charge quelques jours plus tard. Lors d’une conférence de presse, le Secrétaire Général du Groupement, Macki Ba,  annonce que la célébration du “Maouloud” aura à la date prévue (sous-entendu: malgré l’état d’urgence). Il assure que les mesures sécuritaires seront prises par les organisateurs pour le bon déroulement de la fête.

 

Bras de fer

 

La tension monte entre l’Etat et les  organisateurs du “Maouloud” lorsqu’à l’approche de l’événement, le gouvernement décrète, le lundi 21 décembre, l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire. Des rumeurs courent sur l’annulation de tous les rassemblements, y compris ceux du “Maouloud”. D’ailleurs,un grand parti comme l’URD annule son congrès. Sentant la tenue du “Maouloud” en péril, les leaders religieux impliqués dans son organisation se réunissent au domicile de Haidara. Ils décident de maintenir la célébration du “Maouloud”. L’information est relayée par plusieurs radios et chaînes de télévision, dont Cherifla télé, une chaîne appartenant à Haidara.

Après quoi, les leaders religieux se succèdent au micro pour dire: “Nous sommes conscients de la situation du pays. Mais avant de décréter l’état d’urgence, le gouvernement  aurait dû nous en parler. Nous ne pouvons comprendre que l’état d’urgence soit décrété 48 h seulement avant le démarrage des festivités du “Maouloud”, alors que des dizaines de millions de FCFA ont été injectés dans l’organisation et que des milliers de fidèles sont venus du monde entier. Par conséquent, le “Maouloud” ne sera ni annulé ni reporté!”.

 

L’Etat capitule

 

Le gouvernement panique aussitôt. Il sait de quoi sont capables les foules musulmanes qui, en 2011, ont fait avorter la promulgation du Code de la famille voté sous ATT.Il se soumet donc à la volonté des leaders musulmans de maintenir le “Maouloud”. Pour masquer sa reculade, le gouvernement se lance dans une campagne de presse. Ainsi, Mountaga Tall, ministre de l’Enseignement Supérieur, passe à la télévision nationale pour tenter de convaincre, en français et en bambara, que l’état d’urgence n’empêche pas les rassemblements, et surtout pas notamment ceux du “Maouloud”. Puis, c’est  le jeune ministre de la Sécurité, le colonel-major Salif Traoré, qui monte hâtivement au créneau. Lors d’un point presse animé, le 23 décembre à son département, il affirme que l’état d’urgence n’est pas décrété pour empêcher le “Maouloud” ou Noël, mais plutôt pour octroyer les moyens aux forces de sécurité d’accomplir leurs missions. “Certains attroupements peuvent être interdits s’ils sont jugés dangereux par les autorités administratives; de même, certains lieux suspects peuvent être perquisitionnés à tout moment sans l’aval des propriétaires”, prévient-il. Les contorsions des deux ministres prennent  l’exact contre-pied du cours de droit livré, il y a un mois, par le directeur de l’ENA…

 

Haidara savoure son triomphe

 

Le gouvernement ayant lui-même justifié la tenue du “Maouloud”, il ne reste plus aux fidèles musulmans qu’à remplir le stade du 26 mars jeudi 24 décembre 2015. Mercredi 30 décembre 2015, au cours de la célébration du baptême du Prophète (paix et salut sur lui), Haidara, prenant la parole devant quelque 80. 000 fidèles, revient sur ce qu’il appelle une “tentative de sabotage du Maouloud”. Et il martèle avec force: “Nul ne peut nous intimider ! Le “Maouloud” ne cessera d’être célébré au Mali que lorsque les hommes de valeur cesseront d’y vivre. Or, des hommes de valeur, il y en aura toujours au Mali!”.Au lendemain du “Maouloud”, il répète aux journalistes: “Le jour où un président de la République tentera d’interdire le “Maouloud”, Dieu l’évincera immédiatement de son poste!”

 

Abdoulaye Guindo

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Haidara ne peut pas vaincre dans la delinquence et le non respect de la loi. Il faut respecter la Republique et ses lois meme si on a un gouvernement sur place quee l’on amie pas, et les religeurs doivent respectes la loi et il n’ y a aucune victoire en desobeissant la loi de son pays, sinon que nous allons aboutir a l’ANARCHIE et a la fin de la nation Malienne, a bon entendeur, salut.

    • Dans la République des camarades les lois sont presque inexistantes; ou même si elles existent, elles sont trop nombreuses pour être inéfficaces ou pour permettre au plus puissants ou nantis de s’en affranchir.Car c’est le seul moyen pour eux de réussir dans leurs affaires.

  2. Violation flagrante de la loi par le Ministre Choguel MAIGA
    Mr Maiga après la prise de fonction officielle des membres de la Haute Autorité de la Communication, seule intense chargée de donner les fréquences radios et télévisions, s’est permis d’octroyer des fréquences radios hier Lundi 04 Janvier 2016 a d’autres personnes.
    C’est la n fois que choguel se permet de se livrer à de tels actes, la toute dernière avant l’installation officielle de la HAC (avant l’installation officielle un décret interdisait au ministre de donner des fréquences) Mr Choguel avait donné des fréquences à un groupe seul motif avancé : ils étaient venus remplir mon bureau avec des chapelets je ne savais plus quoi faire….
    Ces actes posés à mainte reprise
    – Après votre décret interdisant au ministre de la communication d’attribuer des fréquences
    – Avant la nomination des membres de la HAC
    – Après la nomination des membres de la HAC
    – Avant la prise de fonction des membres de la HAC
    – Après la prise de fonction des membres de la HAC
    Mr le président de la république, après avoir constaté de façon flagrante cette violation de loi par le ministre de la communication qui devrait garantir la loi je suis persuadé que vous prendriez des dispositions nécessaires.

Comments are closed.