Front syndical : La saison des grèves

1

Cette année, le 1er mai, marquant la fête des travailleurs, a été célébré au Mali sur fond de crises sociales entre mouvements syndicaux et Autorités de la transition. Dans presque tous les secteurs ou services clés de l’Administration, ce sont des foyers de tensions, grognes sociales perceptibles. Sur la table du Gouvernement, c’est la pile plaine de préavis de grèves avec des revendications catégorielles ou généralisées ou pour non satisfaction par l’Etat de ses engagements signés en catimini sous le Régime d’IBK qui a légué au Gouvernement de la transition une situation calamiteuse, un héritage catastrophique.
Le 1er mai 2021 a été loin d’être une fête au village au Mali. Et pour cause, avec la multitude d’accords signés par le Gouvernement d’Ibrahim Boubacar Kéïta, la situation léguée au Gouvernement de la transition frise une véritable bombe à retardement. Sur le front social, la donne s’annonce inévitablement explosive ; car, dans les tiroirs de l’Etat les accords signés aveuglement par IBK ou sur ses instructions avec les Syndicalistes c’était juste pour calmer le front social et se laver les mains pour pouvoir partir.
En effet, à l’instant rien ne va entre les Syndicats et le Gouvernement de Moctar Ouane. Ce qui fera que le Syndicalisme est synonyme d’une saison de grèves à l’échelle nationale. La journée du 1er mai a été vécue dans un contexte marqué par une pluie de préavis de grèves. C’est le cas de l’UNTM, la plus grande centrale syndicale nationale, qui menace de déclencher une grève illimitée si sept points de ses revendications ne sont ne sont pas satisfaits. C’est le Dans le lundi 26 avril 2021 que son Bureau exécutif a déposé sur le table du Gouvernement un préavis de grève de 96 Heures. La coordination des comités syndicaux de la DAF, des SRN, des CPS et des Départements administratifs de la Primature aussi menacent d’aller en grève à cause de non satisfaction de leurs revendications pourtant signées sous le Régime défunt. C’est le cas qui prévaut également au Ministère des Affaires Etrangères qui a son préavis de grèves illimitées gisant sur la table du Ministère du Travail et de la Fonction publique. Du côté de la police aussi, les différentes sections syndicales affiliées à l’UNTM et à la CSTM ont toutes leurs préavis de grèves déposées sur la table du Gouvernement.
Ce qui est marquant dans tous ces préavis de grève, c’est le fait qu’ils sont presque remontent à l’époque d’IBK. Des engagements qui n’ont pas été honorés et que les Autorités de la transition sont en en train de subir les conséquences. Aujourd’hui, Moctar Ouane et son équipe endossent seuls les affres de cet héritage calamiteux légué par le Régime du RPM. Dans tous les services de l’Administration et du secteur privé c’est la multitude de foyers de tensions, de grogne sociale. Au niveau du secteur privé, l’on ne doit pas oublier les dossiers explosifs des Syndicats des transporteurs et des commerçants de Bamako et des Régions. Ce qui dénote que la journée internationale du travail est intervenue cette année encore dans un contexte très tendu entre le Gouvernement et les syndicats qui exigent l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail de leurs militants et le respect par les Décideurs politiques les Accords signés avec leurs prédécesseurs puisque l’Etat c’est aussi la continuité. Reste à savoir si et comment la Transition pourra faire table rase de cette situation explosive qu’elle a hérité entièrement ou presque du Régime d’IBK.
Djankourou

 

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Tant que vous les autorités de ce pays ne seraient pas justes entre les travailleurs de ce pays, il y aura toujours, toujours des grèves. Ces grèves sont la résultante des injustices que vous mêmes auraient crées entre les groupes socio-professionnels de ce pays, cela dans toutes les entités des travailleurs de ce pays, comment peut-on comprendre que certains étant plus diplômés que d’autres se trouvent plus payés? Quelle injustice? Quelle faute impardonnable de la part d’un employeur irresponsable et indigne? Il faut rapidement cesser ces injustices afin de mettre tout le monde dans le même plateau si réellement on veut finir avec ces grèves intempestives.Ce pays est pétrie d’injustices dans tous les domaines de ses secteurs de développement.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here