Journées nationales de concertations : Le M5-RFP dénonce la volonté d’accaparement et de confiscation du pouvoir au profit de la junte

7

Le processus de transition au Mali semble prendre du plomb dans l’aile. En effet, quelques heures seulement après la clôture des journées de concertations nationales sur la Transition au Mali initiées par le Comité national pour le salut du peuple (Cnsp), le Mouvement du 5 Juin/Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) a tenu une réunion d’urgence à l’issue de laquelle il a rejeté les conclusions desdites concertations. Ainsi, en marge du Sommet des chefs d’Etat de la Cédéao, le Comité stratégique du M5-Rfp a animé, le mardi 15 septembre dernier, un point de presse pour dénoncer la volonté d’accaparement et de confiscation du pouvoir au profit de la junte.

A l’entame, le principal conférencier, le Dr Choguel Kokala Maïga, a rappelé que dans sa déclaration du 12 septembre 2020 sur les conclusions des journées de concertation nationale sur la Transition au Mali, le M5-RFP, après une analyse objective du déroulement des travaux et du document présenté à la fin desdites journées, a dénoncé les intimidations, les pratiques antidémocratiques et déloyales dignes d’une autre époque contre lesquelles la lutte pour le changement et la refondation a été enclenchée.

Et de poursuivre que le M5-Rfp a également estimé que la volonté d’accaparement et de confiscation du pouvoir au profit du Cnsp ne saurait justifier les méthodes employées qui affaiblissent le processus de Transition. En effet, dit-il, malgré les séances de travail en amont des concertations, le M5-Rfp a constaté avec regret l’opacité qui a entouré le traitement des rapports des groupes, le refus de soumettre aux débats en plénière le projet de Charte de la Transition.  “Or, au regard de l’importance de ce document pour la réussite de la Transition, une approbation par acclamation sans débat préalable en plénière n’est pas acceptable”, a-t-il précisé. En conséquence, il dira que le M5-Rfp s’est démarqué du document produit qui ne reflète pas les points de vue et les décisions du peuple malien.

Selon lui, en prenant ces positions courageuses et patriotiques qu’il assume, le M5-Rfp n’entendait ni rompre ni rentrer en conflit avec le Cnsp qui, encore une fois, a parachevé la lutte qu’il a engagée pour obtenir la démission de M. Ibrahim Boubacar Kéïta et de son régime.

“Le M5-Rfp, conscient de sa mission historique et de ses responsabilités, rappelle tous les efforts qu’il a déployés pour instaurer des relations de confiance mutuelle entre les deux principaux acteurs légitimes du changement. A cet égard, plusieurs séances de travail ont réuni le M5-Rfp et le Cnsp pour préparer au mieux les concertations nationales afin d’aboutir à des conclusions pour une refondation réelle du Mali. Ces efforts fournis de part et d’autre et l’écoute mutuelle pratiquée doivent se poursuivre et ne devraient pas être vains”, a-t-il proposé.

Pour le conférencier, le M5-Rfp s’y engage et à cet égard réaffirme sa totale disponibilité à œuvrer de concert avec le Cnsp et tous les Maliens épris de changement pour la renaissance et la refondation du Mali.

Il ajoutera que le M5-Rfp met solennellement en garde tous ceux qui, hier, se sont opposés au changement ou ont demandé le rétablissement de l’ancien président dans ses fonctions après sa démission et qui, au cours des travaux des concertations ont essayé, dans les coulisses, de manipuler les participants pour dénaturer les conclusions auxquelles ceux-ci sont parvenus. Et de rappeler que ce sont d’ailleurs les mêmes qui ont vite retourné leur veste pour se transformer en conseillers occultes et thuriféraires du Cnsp. Par ailleurs, il notera que le M5-Rfp dénonce avec la dernière rigueur les pratiques peu professionnelles d’un correspondant de presse qui s’évertue, par la diffusion de fausses informations et autres pratiques contraires aux règles déontologiques de sa profession, à ternir son image et à saboter le combat du peuple malien. Car, dira-t-il, en ces moments difficiles pour le Mali, il est important que chacun fasse preuve d’esprit de discernement et de responsabilité.

Pour finir, le conférencier a indiqué que malgré sa diversité qui fait depuis toujours sa richesse et les débats démocratiques par essence contradictoires en son sein, le M5-Rfp, dans la cohésion qui n’est évidemment pas le monolithisme, poursuit sereinement son combat pour la systématisation de la lutte contre la corruption et l’impunité au Mali pour la restauration et la refondation d’un Etat républicain, laïque et démocratique.

                          Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. ON S`EN FOU DE LA CEDEAO

    LA CEDEAO A T ELLE SUIVI ET DECRIEE LA MAUVAISE GOUVERNANCE AU MALI? ET POURTANT CECI EST DANS LES TEXES DE LORGANISATION./SYNDICATS DE CHEFS D`ETATS MAL ELUS AU SERVICE DE LA FRANCE
    ON S`EN FOU DE LA CEDEAO ET TOT OU TARD LE MALI VA LA QUITTER

  2. Ces militaires font dans la diversion
    Après avoir fait dans la mystification en maintenant le suspens pendant des jours sur l’identité du chef de la junte ,ce dernier surgit comme un DIABLE de sa boite arborant un look somme toute loufoque ,ridicule et comique et fait dans le mutisme ou l avarice dans la parole alors qu’il a entre les mains un agenda caché: se maintenir au pouvoir et prendre des milliards en passant.
    Cher maliens, ce pays ne manque pas un millier de cadres honnêtes et apolitiques pour tenir les postes clés de la bonne marche du pays et s’il le faut attendre 5 ans avant de s’investir encore dans la démocratie car l’histoire a montré que depuis 1991 c’est une démocratie de façade car les différents partis politiques et les chefs religieux et militaires arrivent toujours à s’entendre pour piller le pays au détriment des masses laborieuses.
    Dites à ces militaires d’aller exercer leurs compétences au front contre les terroristes et les séparatistes.

  3. Une transition bien reussie doit entrainer toutes les forces vives du Mali.Les consultations doivent se faire avec toutes les institutions nationales d’importance au Mali.Si le M5-RFP a joue un role crucial pour la demission de IBK, d’autres institutions peuvent faire des contributions inestimables a une heure tardive.Le Mali n’est pas tombe sous la propriete de M5 et de la Junte.Nous disons que la Junte ,de par sa nature,son organisation,son patriotisme institutionnel,doit etre au centre de la Transition.La reussite de la Transition dependra des hommes de la Transition et des institutions qui s’impliqueront a fond.Choquel a montre beaucoup de dynamisme jusque-la.Nous de l’exterieur,nous souhaitons que d’autres tels que Soumana Sacko,Isa Diop s’y impliquent.La CEDEAO n’a pas a chapeauter une transition au Mali.Sa vision actuelle est discutable.Elle ne renforce pas actuellement la cohesion regionale.peut-etre au niveau du Sommet,mais pas au niveau des peuples Ouest-africains. Une cohesion nationale peut ouvrir d’autres alternatives aux Maliens plus promteuses.

  4. REFLESCHISSONS UN PEU PAS DE PASSION………….

    UN CIVIL A LA TETE DE L`ETAT PEUT IL RESITER AUX VAUTOURS?

    L`ANCIEN STATU-QUO NE REVIENDRA T IL PAS FACILEMENT? AVEC LA FORMATION DE CLANS DE PROFITS ALORQUE MEME LA TRANSITION NEST PAS ENCORE TERMINEE?

    ALORSQUE LE CAS D`UN MILITAIRE SERA QUELQUE CHOSE DE NEUTRE /LE MILITAIRE SERA PLUS PRAGMATIQUE QU`UN CIVIL QUINE PENSE QU`A L`APRES TRANSITION EN FORMANT DES CLANS MAFIEUX POUR POUVOIR AVOIR LE POUVOIR APRES LA TRANSITION.

    S`IL YA LE NIET DE LA CEDEAO ALORS QU`ON LA QUITTE SUIVANT LES REGLES DE L`ART DES TEXES DE L`ORGANISATION.
    IL Y AURA DE NOUVEAUX PARTENARIATS D`EGAL A EGAL ET PUIS NOUS AVONS L`OUVERTURE VERS LE MAGREB ,LA MAURITANIE ET LE MONDE EXTERIEUR PAR VOLS/.

    C`EST JUTSE UNE QUESTION DE VOLONTE ET DE DECISION. A NOUS DE PRENDRE NOTRE DESTIN EN MAIN. C`EST UNE QUESTION DE STARTEGIE .

    SI LA TRANSITION N`APPORTE PAS UN CHANGEMENT RADICAL AU MALI CE SERAIT LE STAU-QUO ANCIEN ET LES VAUTOURS SONT LA OMNIPRESENT.

    CE SERAT ENCORE L`IMPUNITE

  5. Un President Civil qui aime le Mali et un Premier Ministre Civil qui aime le Mali et un gouvernement de technocrates partiotes et travailleurs. La Junte doit partir sino elle sera chassee comme Boua le ventru IBK qui est parti se cacher chez les Arabes avec son pantalon dechire.

  6. IL YA PRUDENCE…………..

    REFLECISSONS

    UN PRESIDENT CIVIL POURA T IL RESISTE AUX VAUTOURS ?

    SANS UNE TRANSITION PROPRE LE STATU-QUO RISQUE DE REVENIR

    LE MALI EST A UN TOURNANT OU IL FAUT PRENDRE UNE DECISION RADICALE AUDACIEUSE POUR CHANGER LES CHOSES..ET C`EST LE MOMENT UNIQUE DE LE FAIRE……
    LES MILITAIRES ONT CHASSE TANDJA AU NIGER MAIS LE STATU-QUO Y EST REVENU AVEC UN CIVIL QUI MAINTIENT LE PAYS DANS L`ANCIEN SYSTHEME DU FRANC CFA ET LA CORRUPTION DU AUX VAUTOURS………
    JE PENSE QU IL FAUT UN MILITAIRE A LA TETE DE LA TRANSITION QUI NOUS FERA IMMEDIATEMENT QUITTER DE LA CEDEAO
    ET SIGNER UN ACCORD DEFENSE AVEC LA RUSSIE POUR LIBERER LE PAYS……
    AVEC LA SAISIE DE TOUS LES MILLIARDS DETOURNES AVEC UNE CLE DE TOLERANCE ZERO POUR LA MAUVAISE GOUVERNANCE /DETOURENEMNTS DE FONDS /ABUS SUR LES BIENS DE L`ETAT
    ACHATS DES POSTES A LA FONCTION PUBLIQUE ETC ETC

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here