Affaire Adama Sangaré : Le parquet général va t- il faire marche arrière ?

4

Après avoir relevé  pourvoi de l’arrêt rendu le 11 février 2020 par la Chambre d’accusation ordonnant la remise en liberté du maire du District Adama Sangaré, le parquet général peut-il se raviser et faire marche arrière ? Aussi invraisemblable que cette solution puisse paraître, c’est pourtant vers elle que s’achemine le volet détention provisoire de l’affaire ministère public contre Adama Sangaré et autres.

Si l’on en croit des sources très proches du dossier, la décision de former pourvoi contre l’arrêt précité de la Chambre d’accusation aurait été prise contre l’avis du Chef de l’Etat.

Rappelons que l’arrêt rendu le 11 février par la haute juridiction ordonne la remise de l’édile de Bamako sous condition de paiement d’une caution de cent vingt (120) millions francs Cfa, et que le recours exercé par le parquet général de la Cour d’appel suspend l’exécution dudit arrêt jusqu’à ce que la Chambre criminelle de la Cour suprême se prononce à son tour sur la décision querellée.

Si en théorie, il est difficile de concevoir qu’une rétractation ou un renoncement du parquet général à un pourvoi déjà formé puisse avoir des conséquences procédurales radicales telles que le dessaisissement de la Chambre criminelle, la pratique offre des voies de sortie concrètes. Le parquet général a, en effet, la possibilité de ne pas soutenir son pourvoi à l’audience, ce qui est la solution “a minima”. Il peut également faire en soutenant que finalement il ne s’opposerait plus à l’arrêt dont pourvoi, au regard des évolutions survenues entre son recours et l’audience de la Chambre criminelle.

En clair, et pour autant que des instructions précises et fermes soient données dans ce sens par le Président de la République, la prochaine audience de la Chambre criminelle pourrait bien être  être l’occasion pour le parquet général de rectifier le tir. A ce propos d’ailleurs, il y a lieu de fracasser un mythe, celui qui veut que dans les matières comme celle dite Adama Sangaré les instructions au parquet général émanent du seul ministre de la Justice.

En réalité, et plus souvent qu’on ne le pense, la position du ministre n’est autre que celle du président de la République. Dans l’affaire qui nous occupe, il semble malheureusement que le ministre ait oublié d’observer cette règle de bon sens. Adama Sangaré, qui garde prison depuis plusieurs mois malgré l’existence dans le droit positif malien du principe fondamental de présomption d’innocence, présente – faut-il le rappeler – toutes les garanties de représentation devant la Justice.

B.F

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Adama Sangare suit son destin comme chacun de nous si j’ai pas recu dans ma vie je m’en prends a moi et au bon Dieu il n’est a la base de l’echec de qui que se soit . Evitez la jalousie et la mechancete gratuite .pour ton information il a ete arrete par ce que il a voulu desservir Bamako ave 150 bus et cree des des employ donc avale ton venin

  2. Pouvez-vous nous foutre la paix avec cette question Adama Sangaré?
    Un énergumène insignifiant qui mérite la pendaison. Si ce n’est pas au Mali un incapable comme lui n’aurait jamais été maire. Question: pouvez-vous nous dire une seule réalisation faite par lui depuis qu’il est maire? Vraiment arrêtez de nous casser les oreilles. Il ne sera jamais libéré. Il doit payer tous les vol commis. Un sale vaurient un gros zéro

    • Vous ne pouvez pas m’emprcher de dire mon opinion sur le cas Adama SANGARE, qui jusqu’a preuve de contraire est présumé innoncent jusqu’ a ce qu’il soit reconnu coupable. Il est poursuivi avec trois autres, deux sont mis en liberté provisoire, pourquoi Adama SANGARE et son second restent incarcerés. Mieux que tout ca, le dit projet date de 2010, une vieille affaire et les scandales financiers les plus recents: Equipements militaires, avion presidentiel, avions militaires cloués au sol, engrais frelaté, tout recemment les 100 faux blindés à 100 Milliards, comme c’est vous Me Malick Coulibaly, poursuivez ceux qui sont impliqués dans ces scandales. A partir du moment que certains ont benèficié de la liberté provisoire, pourquoi garder encore les autres en prison. Vous dites qu’Adama SANGARE depuis qu’il est Maire du District de Bamako n’a realisé aucun projet, ce qui est faux. Rendez-vous en ville pour vous en rendre compte. Des gens ont detourné des centaines de milliards de nos francs et qui sont entrain de se pavaner pàrce qu’ils sont protegés. Vous les connaissez. Si vous voulez la vraie justice , engagez des poursuites contre ceux-ci.

  3. Cette affaire dite Adama SANGARE, fera jurisprudence dans les annales de la Justice malienne. Bien qu’il ne soit pas le parrain de ce scandale financier, il paye les frais au lieu et place des interessés . L’EDM qui etait le principal gestionnaire du projet, les deux presumés auteurs de ce service ont été mis en liberté provisoire, Adama SANGARE reste toujours en détention . Curieusement c’est la Justice qui a exigé le paiement de la caution de 120 Millions CFA contre la liberté provisoire. Malgré tout il reste en prison. Du jamais vu , vraiment ! Et pourtant du point de vue garantie, ceux qui ont été liberé ne presentent pas plus de garantie qu’Adama SANGARE . Cette affaire est un reglement personnel . De toutes les façons il fallait organiser le jugement vite au lieu de lui priver de sa liberté, le montant total du reliquat est connu.

Répondre à SANFIN Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here