Amadou Aya Sanogo et ses compagnons devant les Assises le 30 novembre : Ce que la Cour reproche aux putschistes

1
Amadou Haya Sanogo

Dans un communiqué rendu public le vendredi 11 novembre, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako a annoncé que le procès du putschiste Amadou Aya Sanogo s’ouvrirait le 30 du même mois pour «complicité d’enlèvement de personnes». Ce qui est une très grande satisfaction pour les familles de victimes. Mais le Président de l’AMDH, Me Mariko, a exprimé des inquiétudes quant au délai incompressible des citations. Il se demande si la justice malienne pourra respecter cette échéance.  

En attendant, ce qu’il faut savoir, c’est que, depuis le 12 août 2015, l’ancien Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako, Daniel Tessougué, avait transmis au Président de la Chambre d’accusation près la Cour d’Appel de Bamako le bordereau d’envoi relatif au réquisitoire (aux fins de non lieu partiel, de requalification et de mise en accusation) dans la procédure suivie contre X, devenus Issa Tangara et 27 autres, inculpés d’enlèvement de personnes, d’assassinat et de complicité, faits prévus et punis par les articles 24, 25, 199, 200 et 240 du Code pénal.

Depuis 7 mois, le cabinet du Parquet a fini son travail. Les regards sont tournés vers la Chambre d’accusation, qui entend liquider rapidement le dossier en le renvoyant devant une Assise spéciale, soit au Palais de la culture, soit au CICB, pour permettre au public de suivre le procès dans des conditions de sécurité et dans la plus grande transparence, avec bien sûr, la garantie des droits de toutes les parties. Ce procès tant annoncé aura donc enfin lieu le 30 novembre prochain.

L’homme du 22 mars, Amadou Aya Sanogo, qui a conduit le putsch que Djiguiba Keïta dit PPR appelle toujours «le coup d’Etat le plus stupide au monde», est inculpé pour complicité d’enlèvement de personnes et non pour assassinat ou complicité d’assassinat ou les deux encore, comme on l’entend souvent ça et là.

Six autres compagnons de Sanogo ont le même chef d’inculpation. Il s’agit d’Amassongo Dolo, d’Oumar Sanago dit «Kif-Kif», de Blonkoro Samaké, de Siméon Keïta, de Soïba Diarra et de Christophe Dembelé.

Les sept militaires rejettent en bloc l’accusation de complicité d’enlèvement de personnes. Ils crient leur innocence et hurlent au complot, parce qu’ils estiment qu’ils sont devant la Cour parce qu’ils ont été CNRDRE et non pour ce qu’ils ont fait.

Une thèse que réfute l’accusation, qui soutient mordicus que Sanogo avait toute autorité sur ses collaborateurs et que tous les renseignements concernant les Bérets Rouges détenus lui parvenaient régulièrement.

Dans cette optique, Sanogo peut difficilement soutenir qu’il ignorait que les 21 bérets rouges avaient été enlevés des lieux de leur détention pour être exécutés ailleurs.

Selon nos informations, Sanogo jure la main sur le cœur qu’il n’était pas au courant des exécutions, alors que le Colonel Blonkoro Samaké, Secrétaire général du CNRDRE, dans sa déposition, soutient le contraire.

Celui-ci serait soutenu par l’inculpé Mamadou Koné, l’un des principaux exécutants, qui aurait affirmé lors de son interrogatoire que l’Adjudant-chef Soïba Diarra lui avait remis une liste de 20 bérets rouges à exécuter, auquel est venu s’ajouter Aboubacar Kola Cissé, sorti de prison pour être transféré le lieu de leur exécution.

Soïba Diarra aurait dit que la liste lui aurait été remise par Blonkoro Samaké, lequel recevait directement ses instructions d’Amadou Aya Sanogo et les répercutait sur qui de droit. Sans réfléchir et sans murmures les ordres ont été mis à exécution.

C’est un système que le procès annoncé permettra de comprendre, tout comme il fera la lumière sur les grandes interrogations des Maliens: Qui a exécuté? Qui a donné l’ordre d’exécuter? Comment les Bérets Rouges ont-t-ils été exécutés? Qui a creusé la fosse commune? Et bien d’autres questions.

A suivre.

Chahana Takiou

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Nous disons et rappelons il faut être dans le Pauvre Mali muté des lettrés mutants de l’injustice de l’iniquité 2poids 2mesures reines Ainsi les Agresseurs de Bérets Rouge Sont Libres les Agressés de Bérets Vert En Détention Et les Assassins Violeurs Handicapeurs à Vie sur des Bases Raciales Tribales de MNLA et consorts Sont Membres du Gouvernements Sont les Autorités Intérimaires de leurs Victimes et Sont Logés Blanchis Nourris Payés Au Frais des Pauvres Citoyens Lambda Maliens Leurs Victimes Et Bientôt les Voyous de Fameux de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes de Touaregs d’AnsarEdine de Peulhs FLM de ANSIPRJ et Consorts Seront Également Ministres voir 1er Ministre d’ici Huit Semaines Avec la Réunion de la France-Afrique

    Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté que

    *l’épisode de Sanogo Général pépinière et ses amis Soudards Ramasseurs de Pouvoir a permis de voir l’état de déliquescente du Mali et de son armée de part la faute de ses lettrés mutants

    *dans le cadre d’1vraie justice les chefs de bérets rouge responsables de l’attaque des bérets verts devraient être aussi arrêtés et entendus devant la même cours d’assise Ils ont été les premiers à s’en prendre aux bérets verts

    *les lettrés mutants politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux de l’ex mouvance d’ATT dont le FDR ayant été privés du Gâteau Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint par Sanogo Général Pépinière Ramasseur de Pouvoir et ses Soudards ont alors envoyé les bérets rouges soldats familiaux claniques politiques d’ATT qu’ils prennent pour des imbéciles heureux de soldats au nez troués buvant l’eau par leurs narines à Aller Punir et Faire Passer De Vie à Trépas et De Faire 1Chanier Sanogo Général Pépinière Ramasseur de Pouvoir et ses Soudards aux fins de récupérer le Gâteau Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint

    *sûrs d’eux les bérets rouges n’ont point hésité à faire la Sale Besogne à Savoir Décapiter Assassiner Bouffer Du Sanogo Général Pépinière Ramasseur de Pouvoir et Ses Soudards Aux Fins Que Plus Jamais Il Ne Vient à l’Idée d’Un Béret Vert Au Mali De Ramasser Le Pouvoir D’Un Béret Rouge et Empêcher Ainsi les Bérets Rouges Soldats Familiaux Claniques Politiques et Le FDR De Bouffer le Gâteau-Mali Savoureux Succulent Qui Donne de l’Embonpoint Et ils ont été Encouragés En Cela Par Leurs Femmes et Familles Qui Ne Les Ont Point Dissuadé d’Aller Contre Leurs Frères d’Armes Qui Ne Les Avaient Pourtant Point Attaqué

    *ainsi ils tuèrent tous les bérets verts qu’ils croisaient sur leur chemin depuis le camp para Djikroni en passant par la radio télévision malienne et même les civiles coiffés ce jour là de bérets verts Et Cela Sous les Applaudissements et Encouragements du FDR de Leurs Epouses Parents et Sympathisants

    *Mal Leur A Pris Quand Ils Furent en Face de Sanogo Général Pépinière Ramasseur de Pouvoir et Ses Soudards Qui Ne Voulaient Pas Se Laisser Passer de Vie à Trépas Ainsi ils Furent Défaits Sans Aucun État d’Âme et les rescapés furent poursuivis et mis également hors d’état de nuire comme cela se passe dans de telle circonstance partout dans le monde depuis que l’humain est sur cette terre

    Nous disons et rappelons donc qui est le criminel ou l’assassin le coupable entre celui que des personnes encouragent et envoient délibérément avec 1arme de combat pour aller tuer 1autre mais se fait tuer par ce dernier à sa grande surprise

Comments are closed.