Détention de Bakary Togola à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako : Le Procureur Kassogué, imperturbable !

1

Dans la salle d’audience du Tribunal de Grande Instance (TGI) de la CIII, le samedi 14 septembre, le Procureur en charge du Pool Economique et Financier de Bamako, Mamadou Kassogué, a  animé un point de presse pour édifier l’opinion nationale et internationale, sur l’affaire dite ‘’ Ristournes des producteurs de coton de 2013 à 2019’’. Selon lui, sur les 13 431 431 037 FCFA,  mis à la disposition de la confédération des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Mali de 2013 à 2019, par la CMDT,  il aurait  été détourné exactement la coquette somme de 9 462 152 071 FCFA. « C’est ainsi que nous avons ordonné le jeudi 12 septembre  dans la journée, qu’une mesure de garde à vue soit prise contre Bakary Togola, président du Conseil d’Administration de la Confédération et présumé auteur principal de ces malversations dénoncées » a déclaré le Procureur Kassogué.

Selon le Procureur du Pool Economique et Financier de Bamako, cette affaire fait suite à une dénonciation anonyme.  « Le lanceur d’alerte ‘’ Anonyme’’ a fait parvenir  au niveau du pool économique et financier une correspondance. Dans cette correspondance, l’intéressé a fait  état de malversations au niveau de la confédération des sociétés  coopératives des producteurs de coton. Il a laissé entendre que ces malversations pourraient se chiffrer autour de 3 milliards et plus » a-t-il déclaré.

D’après lui, c’est ainsi  que  le Pool Economique et Financier, a  ordonné l’ouverture d’une enquête en saisissant sa brigade.  A ses dires, les investigations de cette brigade, ne pouvaient aboutir de si tôt, sans l’apport du dénonciateur anonyme. «  Il a produit au pool économique  non seulement suffisamment de documents pour étayer sa dénonciation, mais, il a aussi contribué à faire comprendre aux magistrats les lignes comptables des documents » a-t-il fait savoir, tout en soulignant que la brigade à l’issue de ses investigations, à observer que les soupçons avaient une base de réalité.

Après avoir souligné que les investigations ont permis de comprendre que la CMDT a mis à la disposition de la Confédération  des Sociétés Coopératives des Producteurs de Coton du Mali de 2013 à 2019, la somme de 13 431 431 037 FCFA, il dira que c’est seulement la somme de 8 854 760 823 FCFA, qui ressorte dans les documents de la comptabilité de la confédération. «  Donc, il y’a un montant de 4 576 676 214 FCFA, qui n’ont pas été comptabilisé » a-t-il déclaré.

Par rapport au montant comptabilisé, il dira que c’est la somme de 3 969 284 966 FCFA seulement qui  a été  justifiée. «  Donc un montant de 4 885 475 857 FCFA, non  justifié » a-t-il précisé, tout en soulignant que  cela fait un montant net  global non justifié de  9 462 152 071 FCFA.

Selon lui, c’est fort de tous ces constats que le Pool Economique et Financier de Bamako, a ordonné, le jeudi 12 septembre, qu’une mesure de garde à vue soit prise contre Bakary Togola, président du Conseil d’Administration de la Confédération et présumé auteur principal de ces malversations dénoncées.

Aux dires du ProcureurKassogué, après la présomption de détournement de denier public sur la base de faux et usage de faux, le Pool économique a  décidé de l’ouverture d’une information judiciaire. Suite à cela, dit-il, Bakary Togola, a été immédiatement présenté à un juge d’instruction. « Ce dernier après avoir pris connaissance du dossier a décidé de le placer en détention provisoire au niveau de la Maison Centrale de Bamako » a-t-il expliqué.

Par ailleurs, il a précisé que les éventuels éléments de décharges que pourraient amener Bakary Togola, pour sa défense ne seront pas rejetés, mais plutôt examinés.  En attendant, dit-il, M. Togola, bénéficie de la présomption d’innocence, qui est un principe sacrosaint du droit positif.

Par Moïse Keïta

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’est dommage que rien ne découlerait de cette fourberie et de ce cinéma du pouvoir à travers le pouvoir judiciaire, il est de coutume pour ce régime d’agir comme ça pour décrisper la situation de turbulence que le pays traverse actuellement. Après ce travail remarquable de la part du juge de ce pôle économique et ses hommes et femmes, ce malfrat, irresponsable, lâche et indigne à la tête de cette grande faitière du secteur Agricole épinglé, les juges et les avocats déclarerons très prochainement le non-lieu comme à l’accoutumée; quelle ignominie? Quel comportement éhonté de la part de ces hommes et femmes de la justice malienne? Quel indignité? Quelle honte? Quelle lâcheté envers son pays? Notre pays irait sans équivoque dans une tornade sans précédent et très prochainement. D’ailleurs il est de coutume que IBK récupère ces genres de malfrats à côté de lui-même ou ils les envoie comme Ambassadeur hors du pays afin qu’ils se fassent oublier et au final, ils retournent à Bamako pour se moquer du peuple malien avec leurs forfaits mal acquis. Cet homme est riche et suffisamment riche pour tout remettre à sa faveur lors du jugement final. Le Mali actuel répond exactement à cet adage de Jean de la Fontaine “Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir”. Fin de citation. La remise du Mali actuel sur ses bons pieds nécessite absolument un rapport de force avec des personnes très fortement engagées pour un Mali propre et digne. IBK veut la chose et son contraire et cela est impossible, pour corriger les bêtises du pays actuel, il faut un Président plus impartial et plus nationaliste que lui.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here