Réforme constitutionnelle : Les réserves mystérieuses du ministre de la Justice

1
Grève des magistrats: le garde des sceaux enfonce l’Etat
Mamadou-Ismaila-Konate, ex-ministre de la Justice

L’homme, avant d’être nommé ministre de la Justice, était quasiment sur tous les fronts et intervenait dans tous les débats juridiques. Connu jusque-là pour être l’un des juristes les plus bavards du pays et pour qui, aucune question d’intérêt national n’est passée inaperçue, le tonitruant avocat Me Mamadou Ismaïla Konaté, s’est, à la grande surprise de tous, engouffré dans un mutisme plat au sujet du conflictuel projet de révision constitutionnelle initié par le président IBK.

Ce qui a amené de nombreux Maliens à voir finalement en l’homme un fin imposteur plutôt qu’un individu authentiquement engagé pour des causes justes. Où est, en effet, passé l’homme de toutes les tribunes ? A-t-il préféré rester silencieux devant un sujet aussi crucial au point de vouloir renier l’éminence d’un statut forgé avec tant de brillance ?

Ne se soucierait-il que de son fauteuil ministériel au point de se recroqueviller dans une réserve qui ne lui a jamais ressemblé et pouvant, à la longue, lui enlever toute crédibilité ou exemplarité morale ?

Comment Me Mamadou Konaté, celui-là même qui s’était jusque-là opposé avec hargne à toute atteinte grave à la sacralité de notre Constitution, a-t-il pu se laisser endoctriner par la traitrise politicienne et la boulimie institutionnelle d’un président qui n’a définitivement aucun plan de sortie de crise pour le Mali et qui soit visiblement décidé à l’enfoncer dans une nouvelle crise ?

Lors des événements ayant marqué les tentatives de musèlement du chroniqueur Mohamed Bathily alias Ras Bath, Me Mamadou Konaté s’était pourtant fait voir comme un “héros” du gouvernement Modibo Kéita en se montrant plus actif que jamais. Au fil du temps, l’on a fini par comprendre que tous ces efforts n’étaient fournis seulement parce qu’il s’agissait des diatribes d’un activiste vu par le pouvoir comme un “dérangeur public” et qui, selon de nombreux observateurs, ne s’attaquait qu’aux vrais maux d’un régime à bout de souffle.

Me Mamadou Konaté, de ce fait, avait été perçu comme un bourreau du pouvoir en place plutôt qu’un vrai justicier d’Etat, après avoir pourtant critiqué sur tous les médias et, avec véhémence, les vices d’inconstitutionnalité de l’accord d’Alger 2015.

L’indifférence inexpliquée du ministre de la Justice vis-à-vis des questions juridiques de l’heure, ne cesse, en tout cas, de susciter depuis un certain temps, de multiples interrogations, principalement, en ce qui concerne l’actuel projet de révision constitutionnelle face auquel, il est jusqu’ici resté bouche bée malgré l’inadmissible illégitimité et l’illégalité grossière d’un texte fondamental aussi dangereux pour l’avenir de la République. Me Mamadou Konaté doit s’assumer !

 

Dilika Touré

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. la démission n’est pas dans les habitudes du cadre malien et Me KONATE n’échappe pas à la règle. Sinon pourquoi ne quitterait-il pas ce fantôme de gouvernement ? Il comprends parfaitement ce qui ne va pas avec cette révision de la constitution mais avec son statut actuel, il n’est pas capable de l’exprimer dans son franc parler en terme juridique. Nous ne doutons pas un instant qu’après sa mission auprès d’IBK, Il dira ses impressions surement proche de “ANTE A BANA” il se tait alors pour les émoluments.

Comments are closed.