Le challenger de la Semaine : Oumarou Togo, l’édile exemplaire !

0

Le Maire de la commune I du district de Bamako est soucieux de la sécurité des habitants de sa collectivité. Comme l’atteste l’annulation des contrats de bail signés sur une rue séparant le marché de Sikoro des habitations.

Des élus communaux, en complicité avec certains agents de la mairie et commerçants détaillants de Sikoro, avaient convaincu le maire de la commune I de vendre la Rue Ouest séparant le marché des logements. La modification consécutive du plan du marché attestait de l’état d’avancement du dossier. Ayant confiance en ses collaborateurs, le maire avait établi les baux sur l’espace en question.

Mais la population, pour des raisons d’utilité publique, ne l’entendait pas de cette oreille. Elle se mobilisa pour éviter à la Rue Ouest du marché le triste sort qu’on lui réservait. Le maire Oumarou Togo leur accorda une oreille attentive et n’a pas mis du temps à saisir la pertinence des arguments invoqués. «Mieux vaut voir une fois que d’entendre cent fois».

Ainsi, se rendant personnellement sur le site querellé le vendredi 19 mars 2021, il se rend à l’évidence et décida de s’assumer : « Mieux vaut tard que jamais ».

Surpris par les réalités du terrain, l’édile confesse : « j’ai échappé à une erreur qui aurait marqué ma conscience le reste de ma vie. L’argent est utile, mais la sécurité, la stabilité et le bien-être de ma population sont plus importants que l’argent. Je suis élu par la confiance de la population et je dois préserver leurs intérêts».

Arrivé à la mairie, Oumarou Togo a instruit à ses agents de prendre des mesures dès le lundi 22 mars 2021 pour annuler tous les contrats de bail qu’il avait établis. Une décision responsable, s’il en est, qui doit inciter les autorités, notamment les élus, à privilégier les visites de terrain au-delà des rapports de circonstance de leurs collaborateurs.

En responsable avisé, le Maire de la Commune I vient de renoncer à des millions, pour le bien-être de  sa population pendant que certains de ses collaborateurs s’obstinent à vouloir défendre l’indéfendable.

Oumar KORKOSSE, correspondance particulière

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here