Le juge de Ouélessébougou suite à une altercation avec un jeune : «Je ne suis ni interpellé ni arrêté, je suis à Ouélessébougou»

11

Dans la journée de vendredi 4 décembre 2015, il y a une altercation entre le juge de Ouélessébougou et un jeune qui circulait à sa moto. L’incident s’est produit dans la rue Bazoumana, vers le prolongement du Lycée Bouyagui Fadiga. Le juge du Tribunal de première instance de Ouélessébougou, Amadou Bacar Touré, reconnaît lui-même une altercation avec un jeune du nom de Fily Dagnoko, à Médina-Coura.

Selon nos informations, le juge était au volant de sa voiture avec son téléphone collé à l’oreille, ballotant de gauche à droite sur la voie. Ses mouvements irréguliers sur la voie gênaient l’autre occupant, Fily Dagnoko, qui circulait dans le même sens. Ce dernier a alors proféré des insanités. Aussitôt, le juge a essayé de le coincer. Avant de lui apprendre la politesse. Le jeune Dagnoko agressé s’est rendu au commissariat du 3ème Arrondissement. Après avoir été écouté, il a porté plainte contre le juge. C’est après cela que le juge est arrivé au 3ème Arrondissement.  Après l’interrogatoire, il est rentré chez lui.

Le lundi 7 décembre 2015, nous avons joint le juge au téléphone et voici ce qu’il nous a dit : «Je ne suis ni arrêté, ni interpellé ; d’ailleurs je suis en route pour Ouélessébougou. Mais j’ai appris que les gens disent que je suis arrêté ou interpellé et que j’ai passé une nuit au 3ème Arrondissement». Ce que confirme le président du Syndicat automne de la magistrature (Sam), Issa Traoré. Joint au téléphone, il nous a fait savoir que le plaignant a retiré sa plainte et le jeune magistrat est retourné à Ouélessébougou.

«Le juge n’a été pas interpellé encore moins arrêté. La plainte était arrivée au niveau du Parquet général, mais elle a été retirée. Car il se trouve que le jeune en question est le frère d’un ami du juge. Il a retiré sa plainte parce qu’ils ont passé les journées de samedi 5 et dimanche 6 décembre 2015 ensemble», a-t-il dit.

Néanmoins, le Procureur général près la Cour d’appel de Bamako Daniel Tessougué a écouté le juge de Ouélessébougou, en présence du jeune Dagnoko. Lequel a reconnu, selon nos sources, que c’était un incident et qu’il avait déjà retiré sa plainte.

Amadou Bacar Touré dit Diadié est ce même juge qui avait porté la main sur le député de Kati, Bourama Tidiane Traoré dit Banazolé Bourama, l’année dernière.

Sinaly KEÏTA

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. C’est dommage que notre juge ne soit pas poursuivi pour avoir mit la vie d’autrui en danger . Je ne suis pas d’accord avec l’incivilité des usagers de la route mais non plus avec ceux qui mettent en danger la vie d’autrui . Comme il est au dessus de la loi donc ça passe .Bravo

  2. Comme le jeune homme a raison!!! Il va retirer sa plainte !!! Pauvre de lui!!! S'il avez tort il finirait le restant de sa vie en prison!!! Un jour, un vieux m'avait dit '' jeune homme , tu sais que la loi est faite pour protéger les riches et elle ne s'applique qu'aux pauvres !!!''' j'ai compris les paroles du vieux aujourd'hui avec l'histoire du juge et du jeune de Ouelessebougou! Que Dieu tranche entre nous!!! Dites amen!!

  3. “«Je ne suis ni interpellé ni arrêté, je suis à Ouélessébougou»”

    ET C’EST BIEN CE QUI EST SCANDALEUX! 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😳

    Dans quel pays sommes-nous? 🙄 🙄 🙄

  4. Ayons une bonne lecture des évènement en ces moments critiques de la vie de cette vieille Nation . Nos magistrats doivent se ressaisir car les terroristes exploitent toujours le mécontentement populaire . Il suffit de décrier un Agent de l’Etat pour qu’ils fassent semblant de soulager la souffrance populaire . Messieurs , les magistrats faisons attention . Les terroristes s’attaquent aux symboles de l’Etat mais aussi aux magistrats qu’ils n’aiment pas du tout . Notre pays est menacé et soyons prudents . Monsieur , le jeune magistrat vous devez apprendre la sagesse des ainés . Etre magistrat n’est pas une fin en soi . Il ne vous donne pas droit à boxer les paisibles citoyens .
    La seconde lecture est l’inadaptabilité des prescriptions religieuses au mode de vie des Africains ( les religions révélées ). Tôt ou tard , nous retourneront aux fétiches abandonnés . Ce mode d’empoisonnement serait un rempart dans l’autodéfense face aux tyrans “noir -blancs” .

  5. Que Dieu nous protège 🙄 🙄 ; c’est tjrs la classe inferieure qui est piétinée par ceux même qui sont sensés les protéger 😥 😥 😥 😥 😥

  6. Dadié est un bandit, un misérable, un pauvre leader de mouvement estudiantin des années 1990 qui doit son poste par ses relations que par sa compétence. Je plains beaucoup ceux relévant de sa juridiction, une personne assermentée qui passe son temps à donner des coups de poing. Il pourrait aller faire de la boxe personne ne s’en plaindra s’il est défiguré. La justice est vertueuse et Dadié ne connait rien de la vertu.

  7. Tu n’es ni interpellé ni arrêté mais tu fais honte à tout un peuple. Tu seras interpellé tôt ou tard par le Plus Grand Interpellateur, Dieu le Tout Puissant le Procureur des procureurs et là tu auras à rendre compte de tout ça. C’est toi qui doit faire la justice c’est une mission qu’on t’a confiée mais malheureusement tu crées l’injustice par tout là. Tu ne mérites même pas d’être appelé juge.

  8. Diadié tu fait honte aux corps des magistrats, tu ne mérites cette place wallaye toi même tu dois te poser la question si sincèrement tu es digne d’un Magistrat.
    Eh Allah nous les jeunes magistrats on a besoin des magistrats comme Malick Coulibaly comme repère.

  9. Un impoli qui essaye d’apprendre la politesse à quelqu’un d’autre. Le Mali tourne à l’envers.

  10. le voleur a été attrapé, non il n’a pas été attrapé, c’est vous (journalistes) qui disent la même non? sans vérification………

Comments are closed.