Mme Aminata Diombélé dite Aminta, malienne résidente au Canada : “Il est inconcevable que des femmes soient violentées, agressées et même perdent la vie des mains de leurs maris” “Je demande à mes sœurs et filles de travailler pour être libres…”

1

Malienne résidente au Canada depuis plusieurs années, Mme Aminata Diombélé dite Aminta fait aujourd’hui la fierté de notre pays pour avoir été récompensée par deux distinctions à travers son entreprise dénommées “Merits of Manitoba”. Il s’agit du Prix du Choix des Consommateurs au Manitoba (Canada), en 2019 et 2020. Dans cet entretien, notre compatriote évoque sa vision de l’évolution de la femme malienne, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des droits de la femme, le 8 mars prochain.

Aujourd’hui-Mali : Pouvez-vous vous présenter ?

Aminata Diombélé dite Aminta : Alhamdulillah ! Je rends grâce à Dieu. Je m’appelle Aminata Diombélé dite Aminta. Je suis la fille de feu Moustapha Diombélé et de feue Fatoumata Dicko dite Aya.

Originaire de Mopti, je vis, travaille et réside au Canada depuis l’an 2000 avec ma famille. Je suis fiscaliste, comptable, et para juriste de formation. Je suis animée par une grande passion pour le domaine juridique. Je travaille dans ce domaine depuis plus d’une décennie. J’ai notamment travaillé dans les provinces canadiennes de l’Ontario et du Manitoba.

Quel sens donnez-vous à la Journée internationale des droits de la femme ?

C’est le jour où l’on souligne par excellence les réalisations sociales, économiques, culturelles et politiques de la femme à l’échelle mondiale, et où l’on sensibilise le public au travail qu’il reste à faire. C’est aussi une journée qui met en avant la lutte pour les droits de la femme sur le plan international.

Je crois sincèrement que les femmes ont bien compris qu’elles sont des actrices du développement social et non point de simples spectatrices.

“Leadership féminin, pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19” est le thème international de l’édition 2021. Quel est votre point de vue par rapport ça ? Et sur le thème national aussi qui est “Leadership féminin, pour plus d’égalité au Mali dans le contexte de la Covid-19” ?

Mon point de vue est positif par rapport à ce thème, car les femmes sont en première ligne face à cette pandémie de Covid-19. Sur le plan national, les femmes jouent un grand rôle dans la gestion de la pandémie. Ce sont elles qui ont pris la plus grande part dans la gestion de la crise sanitaire, et ce sont elles qui ont pris la responsabilité des services domestiques supplémentaires rendus nécessaires par les mesures de confinement plus ou moins respectées.

Le leadership féminin recèle des atouts majeurs pour le Mali d’aujourd’hui et de demain. Depuis l’aube des temps, la femme soudanaise, devenue malienne, a toujours joué un rôle prépondérant dans la gestion des relations sociales allant dans le sens du renforcement et de l’unité de la grande famille. Dans le futur, je vois la femme malienne exceller dans des domaines porteurs et presqu’exclusivement réservés aux hommes tels que l’ingénierie, la médecine, etc.

Est-ce que vous pouvez nous parler de votre association, entreprise, poste…

Je gère une compagnie du nom de Merits of Manitoba au Canada, dans la province du Manitoba. Et Merits of Manitoba signifie littéralement “Les Mérites du Manitoba”. Ici, le mot “Mérite” est utilisé dans le sens de “point d’aptitude” en relation avec le dossier de conduite. Permettez-moi de vous expliquer brièvement comment le code de la route est appliqué au Canada.

Au Canada, le respect du code de la route et des autorités est strict. Une contravention routière (obtenue par exemple pour avoir utilisé son téléphone cellulaire pendant qu’on conduit ou pour excès de vitesse) peut avoir des conséquences sérieuses si la personne est reconnue coupable. La pénalité peut aller de la suspension du permis de conduire doublée d’une forte amende, à l’augmentation de l’assurance du véhicule, et même à une perte d’emploi.

Au Canada, chaque conducteur a un dossier de conduite et a tout intérêt à ce qu’il soit irréprochable. Le permis de conduire est un privilège, pas une obligation, et en cas de violation des conditions de son obtention, il pourrait être retiré définitivement.

Merits of Manitoba s’assure, entre autres choses, que les autorités canadiennes donneuses de contraventions respectent la loi et les droits des usagers de la route. En cas de violation de la loi par une autorité émettrice de contraventions, Merits intervient pour défendre les droits des usagers devant la justice. La compagnie conseille, guide, informe et forme les conducteurs qui sont en porte-à-faux avec le système judiciaire.

L’objectif ultime de Merits est d’améliorer la sécurité routière, notamment en réduisant le taux d’accidents de la circulation et en améliorant les habitudes de conduite des usagers de la route. La compagnie défend les conducteurs un peu partout au Canada, aux Etats-Unis d’Amérique, et ailleurs à travers le monde. Son but est de s’assurer que le code de la route est minutieusement respecté par tous.

A votre avis, quel est le rôle que la femme malienne joue ?

La femme malienne joue un rôle exceptionnel et inestimable dans le développement économique et humain du Mali. Avez-vous déjà vu un imam célibataire ? Ou un président célibataire au Mali ? Si vous voulez que les gens vous accordent de l’importance ou leur confiance, il importe que vous ayez une épouse. La femme représente le paradis terrestre pour l’homme. D’après le célèbre poète, Louis Aragon “La femme est l’avenir d’un homme”.

En réalité, quelle est sa situation ?

Malheureusement, sa situation est peu enviable de nos jours encore. Regardez vous-mêmes : dans un gouvernement de 24 membres, il n’y a que 4 femmes. Pourtant, ce ne sont pas les femmes compétentes et méritantes qui manquent au Mali.

Nous assistons aujourd’hui à la recrudescence de la violence faite aux femmes, quel message à l’endroit des autorités ?

La fermeté ! Tout crime contre la personne se doit d’être sévèrement puni. Il n’y a pas de développement social et économique durable sans la participation active de la femme à l’édification nationale. Il est inconcevable que des femmes soient violentées, agressées ou même perdent la vie des mains de leurs maris, quelles que soient les circonstances.

Avez-vous une fois été victime ?

Non. Que Dieu m’en préserve et qu’il en préserve toutes les femmes !

C’est quoi l’entreprenariat féminin ?

Pour moi, il n’y a pas vraiment d’entreprenariat féminin, ni masculin d’ailleurs ; il n’y a que l’entreprenariat tout court.

Comme le mot l’indique lui-même, c’est le fait d’avoir et d’appliquer de façon innovante l’esprit d’entreprise. L’entreprenariat requiert de l’imagination, une vision, du courage et même l’audace pour être couronné de succès.

Il y a peu de femmes qui occupent les postes de responsabilité dans notre pays, qu’est-ce qu’il faut pour changer la donne ?

Il faut absolument changer cette donne en faisant confiance aux femmes tout simplement. Nous sommes en 2021, il y a des femmes compétentes et très éduquées partout au Mali.

Pourquoi ne pas utiliser ces compétences pour l’œuvre de construction nationale, pour le bien du Mali ? Déjà, il y a beaucoup de femmes qui ont fait leurs preuves dans le passé comme dans le présent.

Avez-vous reçu de distinctions dans votre carrière ? 

Oui, j’ai reçu deux fois le Prix du Choix des consommateurs au Manitoba (Canada), en 2019 et 2020.

Avez-vous en tant qu’entrepreneure et leader féminine un message à l’endroit de vos sœurs et filles ?

Je demande tout simplement à mes sœurs et filles de travailler pour être libre. Elles doivent avoir confiance en leurs moyens, leur potentiel, leur capacité à relever tous les défis et à triompher. Une société forte et dynamique a besoin de femmes battantes, animées d’une volonté  inébranlable de se faire une place méritée et respectée dans le monde d’aujourd’hui.

Votre dernier mot de la fin ?

Je dis bonne fête du 8 mars à toutes les femmes du Mali et du reste du monde.

Je tiens aussi à remercier la direction du journal  “Aujourd’hui-Mali” de même que toute son équipe. Je leur souhaite courage et surtout beaucoup de succès.

Merci !

Réalisé par El Hadj A.B. HAIDARA

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. 8Mars il ne s’agit pas de faire des bibliographies ou des éloges mais actes concrets pour le pays natal. Qu’avez vous fait pour aider les sœurs ,les mamans les filles à Mopti?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here