Paix et bonne gouvernance au Mali : une vingtaine d’associations nationales fusionne

0

Le dimanche 20 juin 2021, à la maison des Aînés de Bamako, a eu lieu la cérémonie de lancement du mouvement ‘’Action pour la paix durable et la bonne gouvernance’’. Lequel est une fusion de 27 associations nationales.

La cérémonie de lancement a enregistré la présence du Chérif Ousmane Madani Haïdara, guide spirituel d’Ançardine et président du Haut conseil islamique du Mali ; Djibrila Maïga, président du mouvement.

Depuis plusieurs années, le Mali est confronté à une crise sociale et politique sans précédent qui creuse la fracture sociale et impacte négativement le processus de développement intégré et global. Une crise insidieuse et multiforme qui est en train de créer le chaos sur l’ensemble du territoire. Une crise qui interpelle chaque Malien.

De toute évidence, les causes de cette crise sont liées à la mauvaise gouvernance dont les corollaires sont entre autres la corruption, le népotisme, le clientélisme, l’impunité, l’injustice, explique le président Djibrila Maïga.

Selon lui, à cause de ces mauvaises pratiques, aujourd’hui le Mali est classé parmi les derniers à l’indice du développement humain et une guerre interminable fait des ravages sur les 3/4 du territoire, une guerre liée en grande partie à la concussion et au délit d’initié qui prévalent depuis des années dans l’administration. Toutes les valeurs sociétales qui ont fait jadis la force du Mali, sont en train de disparaître sous le coup de boutoir de la mauvaise gouvernance.

Le faible niveau de l’enseignement au Mali, le chômage des jeunes et des femmes, et l’insécurité constituent également des obstacles au développement du Mali. Ce qui explique le pourquoi de la création de ce mouvement, selon son président.

Selon le président de ‘’Action pour la paix durable et la bonne gouvernance’’, Djibrila Maïga, pour pallier cette situation désastreuse, il convient de provoquer un sursaut national tant au niveau des politiques que celui des acteurs sociaux et acteurs au développement. Les solutions qu’il convient de promouvoir pour retrouver la cohésion sociale, sont, entre autres, l’identification, la dénonciation, la condamnation et la répression avec toute la rigueur requise des mauvaises pratiques.

Le guide de l’association Ançardine et président du Haut conseil islamique du Mali, en l’occurrence Chérif Ousmane Madani Haïdra, il se dit prêt à accompagner avec toutes ses forces ce mouvement qui vient d’être lancé et qui parle de paix durable et de bonne gouvernance. C’est dans ce sens qu’l a prêché les bonnes pratiques dans les familles, dans la société comme base de la bonne gouvernance. Pour lui, les maux auxquels le Mali est aujourd’hui confronté sont dus aux mauvais comportements des uns et des autres.

Cette cérémonie de lancement a été marquée par des remises de trophées à certaines personnalités pour leur engagement pour le Mali. Parmi lesquelles, nous avons l’actuel ministre de la Justice Mahamadou Kassogué pour son engagement dans la lutte contre la corruption en tant que procureur du pôle économique de Bamako ; le procureur de la commune 4, Idrissa Touré, pour son engagement dans ces derniers moments pour la lutte contre les mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux.

Cheick Lassana Kané de Ségou et Ahmed Kallé, imam de la grande mosquée de Bamako, ont également reçu chacun son trophée. Le trophée de l’homme de la paix et ambassadeur de la paix revient à Chérif Ousmane Madani Haïdara.

Mantan Koné

                                     

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here