Pour la réussite de la transition : Moussa Mara parle aux Maliens

5

Après la proposition de Mahmoud Dicko concernant la situation politique du Mali, Moussa Mara, président du parti Yéléma, fait, lui aussi, ses propositions. Il s’est aussi exprimé sur le CNSP, sur la transition et la grève des enseignants au Mali à travers une interview qu’il a accordée au site d’informations générales Faso Mali. Selon Mara, la transition doit être dirigée par un civil.

« Nous sommes dans une période très difficile socialement, politiquement et économiquement. Les Maliens souffrent au quotidien et les troubles politiques auxquels nous vivions sont venus s’ajouter à nos problèmes. Nous sommes dans un vide institutionnel. »Tels ont été les premiers mots du président du parti Yelema, Moussa Mara qui s’exprimait avec un air d’inquiétude. Pour l’ancien premier ministre d’IBK , les Maliens doivent faire preuve de patriotisme, d’intelligence, avoir un sens de consensus et de compromis pour trouver la meilleure formule afin de gérer la période transitoire.

Selon l’expert-comptable,  si les militaires n’étaient pas entrés en action, IBK n’allait pas démissionner le 18 aout 2020. Pour lui, c’est triste de savoir que le Mali n’est pas capable de trouver des solutions institutionnelles à ces problèmes politiques, économiques et sociales car en huit ans le Mali a connu 2 coups  d’Etat.

Si beaucoup de Maliens pensent aujourd’hui que le CNSP veut s’emparer du pouvoir, Moussa Mara ne voit pas les choses ainsi.  « Quand l’armée vient dans un contexte politique, elle pose les premiers actes, et ces actes concernent généralement le secteur de la défense. Car c’est le domaine qu’ils maitrisent le plus. Les personnes qu’ils ont nommées, c’est pour mettre à des bons postes ce qui le mérite. Pour moi, ils ne veulent pas occuper le poste. Ils veulent juste travailler avant que la transition soit mise en place », argumente M. Mara

L’ancien maire de la commune IV du district de Bamako,tout comme l’imam Dicko, veut que la transition soit dirigée par un civil apolitique qui est d’une honnêteté en acier trempé et qu’il ait une envergure qui puisse lui permettre de discuter avec des chefs d’État. Une personne qui a la connaissance « de l’État et du Mali ». Il doit connaitre l’État qu’il doit diriger. Il doit connaitre le Mali, car le contexte dans laquelle il se trouve est difficile.

S’exprimant sur les sanctions de la CEDEAO contre le Mali, M. Mara a été on ne peut plus clair : « Un pays qui est dans une situation critique, les sanctions de la CEDEAO ne peuvent qu’enfoncer davantage ce pays. C’est à nous de nous battre pour lever ces sanctions, car aucun pays ne peut vivre sous embargo. La prise de ces sanctions est les règles de la CEDEAO donc il ne faut pas l’en vouloir, car nous sommes des parties prenantes. Pour cela, il ne faut pas beaucoup se focaliser sur la CEDEAO ».

Quant à la grève des enseignants, M. Mara, avec une mine d’inquiétudes, dit qu’il supplie les syndicats de l’éducation à faire balle à terre. Toutefois, il estime que leur combat est noble et légitime tout en les  exprimant  son soutien. Néanmoins, l’ex-Premier ministre indique que le pays se trouve dans un état critique et que la plupart des programmes de développement sont suspendus avec les partenaires. À l’en croire, la proposition que le CNSP a faite à la synergie pour l’application de l’article 39 en 6 moisn’est pas un effort surhumain, selon lui. L’ancien ministre de l’Urbanisme supplie les enseignants de reconsidérer leur position et de tout faire pour sauver l’année scolaire. Il a imploré l’implication des autorités religieuses et coutumières pour un dénouement heureux de cette crise scolaire.

Pour sa part, M. Mara lance un appel aux différents leaders du Mali de ne pas mettre leurs intérêts personnels au-dessus de l’intérêt de l’Etat et avoir un esprit de sacrifice. Il continue en encourageant les Maliens en ces termes : « nous avons trébuchés ; nous avons un genou par terre, mais nous ne sommes pas totalement par terre. Donc, il faut qu’on se relève et pour cela, il faut que chacun travaille », a-t-il interpelé tous les Maliens.

Il faut rappeler que le parti de Moussa Mara n’est ni de l’ancienne majorité présidentielle ni de l’opposition. C’est un parti centriste.

  Tioumbè Adeline Tolofoudié

    Stagiaire

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. LA RÉUSSITE DE LA TRANSITION DOIT IMPÉRATIVEMENT SE TRADUIRE PAR UNE ENTENTE CORDIALE ENTRE LE CNSP ET LE M5 – RFP. JE SUIS TOUT À FAIT D’ACCORD POUR QUE LA TRANSITION SOIT DIRIGÉE PAR UN CIVIL. JE SUIS ÉGALEMENT D’ACCORD QUE LE COLONEL ASSIMI GOITA CHEF DE L’ÉTAT SOIT LE SUPERVISEUR GÉNÉRAL DE LA TRANSITION. LE COLONEL ASSIMI GOITA SERA AVEC SON STAFF MILITAIRES POUR SUPERVISER LA TRANSITION. JE ME CONFONDS DANS CETTE CONFIGURATION. POSITIVEMENT. D’AILLEURS LES 2 PARTIES (COLONEL ASSIMI GOITA AVEC SON STAFF MILITAIRES ET LA TRANSITION ) VONT TRAVAILLER DANS UNE AISANCE BIEN POINTUE. CETTE ÉQUIPE DE TRANSITION SERA À MON AVIS COMPOSÉE DE : SOUMANA SACKO PRÉSIDENT ; OUMAR TATAM LY PREMIER MINISTRE ; BASSARY TOURÉ COMME MINISTRE DES FINANCES FINANCES ET DE L’ÉCONOMIE ; DOCTEUR PAUL TRAORÉ COMME MINISTRE DU BUDGET; MAHAMADOU KASSOGUE DIRECTEUR PÔLE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER AVEC RANG DE MINISTRE; ISMAEL WAGUE CHEF ADJOINT DES ARMÉES AVEC RANG DE MINISTRE; CLÉMENT DEMBELE À LA JUSTICE GARDE DES SCEAUX ; MOUSSA SINKO COULIBALY COMME CHEF DES ARMÉES AVEC RANG DE MINISTRE; ISSA KAOU DJIME AUX RELATIONS EXTÉRIEURES AVEC RANG DE MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ; CHEICK OUMAR CISSOKO LE CINÉASTE À LA CULTURE ET AUTRES SERONT ISSUS DU CLAN MILITAIRES ET CIVILS. ÉVITONS DE COMMETTRE UNE ERREUR MINIME SOIT ELLE DANS CETTE PHASE ; LE MALI RISQUE OU RISQUERA DE CHAVIRER POUR DE BON. VRAIMENT JE SUIS POUR LE COLONEL ASSIMI GOITA COMME CHEF DE L’ÉTAT. MAIS IL SERA LE SUPERVISEUR GÉNÉRAL AVEC SON STAFF MILITAIRES ET ILS VONT VEILLER À LA LOUPE TOUS LES MOUVEMENTS MINIMES SOIENT ILS. AAH NON, JE NE VAIS PAS DISCUTER AVEC N’IMPORTE QUI SUR CETTE OPTION. AU MALI ON SE CONNAÎT ENTRE NOUS. QUI EST QUI ET QUI FAIT QUOI. IL FAUT IMPÉRATIVEMENT LA PRÉSENCE DES MILITAIRES QUI AURONT UN OEIL SUR LA TRANSITION VRAIMENT. JE RECOMMANDE EXPRESSÉMENT AU CNSP DE FUSIONNER AVEC LE M5 – RFP. C’EST UN PASSAGE OBLIGÉ ET INCONTOURNABLE POUR LA SUITE DE LA RÉUSSITE ABSOLUE DU MALI. MOI JE NE SUIS PAS DU M5 – RFP ET JE N’AI MILITÉ LÀ DANS. JE N’AI MILITÉ DANS AUCUN PARTI POLITIQUE OU DANS AUCUNE ASSOCIATION POLITIQUE. J’AIME SOUMAILA CISSE ; C’EST MON HOMME ET ÇA SE LIMITE LÀ. VOUS SAVEZ TOUS LES MALIENS SONT TRÈS TRÈS FINANCIÈREMENT AFFAMÉS. IL FAUT QU’ON SOIT TRÈS CLAIR. VOILÀ POURQUOI J’AI PEUR VRAIMENT PEUR DES MALIENS. CAR CEUX SONT DES MALIENS QUI SONT CAPABLES DE CHANGER DE CHEMISE EN PLEIN AIR UNIQUEMENT À LA RECHERCHE DES GAINS FACILES ET ILLÉGAUX. À CET EFFET ; JE CRAINS POUR LE CNSP DE NE PAS COUVRIR L’ADAGE 《L’APPÉTIT VIENT EN MANGEANT 》..ET EN PLUS POURQUOI LE CNSP SE DÉSINTÉRESSE DU M5 – RFP ? ET POURTANT LONGUEMENT ET OBJECTIVEMENT PARLANT LE PRÉCURSEUR DE CETTE VICTOIRE EST LE M5 – RFP. ON ÉTAIT À BAMAKO ET NOUS AVONS VÉCU TOUS LES MOUVEMENTS. LE CNSP EST VENU PARACHEVÉ LE COMBAT PARCE QUE CEUX SONT DES GENS QUI POSSÈDENT DES ARMES ET ASSIMILÉES. IL FAUT QU’ON CONCRETS AVEC NOUS MÊMES. LE CÔTÉ CRAINTIF EST QUE LE CNSP NE SOIT PAS UNE ENTITÉ TRÈS ASSOIFFÉE FINANCIÈREMENT. SI TEL EST LE CAS, ALORS LE MALI EST ET SERA UN ÉCHEC ABSOLUMENT ASSURÉ À JAMAIS. AU MALI ON SE CONNAÎT ENTRE NOUS. LA PRESQUE TOTALITÉ DES MALIENS SONT TRÈS TRÈS FINANCIÈREMENT AFFAMÉS. JE NE SUIS PAS CONTRE LES NOMINATIONS DES MILITAIRES DANS LES POSTES STRATÉGIQUES MILITAIRES. ATTENDS, IL FAUT QUE LES CILVILS AIENT UNE CERTAINE CRAINTE. SINON ÇA NE VA PAS DU TOUT. J’AI PEUR DE LA DÉRIVE DU CNSP PAR LA SUITE. MAIS OUI IL FAUT LE DIRE. JE DIS AU CNSP DE FAIRE TRÈS TRÈS ATTENTION LES SOIT DISANTS AMIS SONT ET ESSAYENT DE RÔDER AUTOUR D’EUX. ILS N’ONT AUCUNE HONTE DE CHANGER DE CHEMISE EN PLEIN AIR. C’EST UN CONSEIL TRÈS FERME AU CNSP. MOI QUI ÉCRIS JE DÉTESTE CERTAINES TÊTES DANS LE M5 – RFP : MOUNTAGA TALL ; CHOGUEL MAIGA ET Me BATHILY. VOUS VOYEZ JE SUIS UNIQUEMENT POUR LE MALI. SEULEMENT JE NE VEUX PAS DU TOUT QUE LA LUTTE NOBLE DU M5 – RFP SOIT UNE LUTTE SANS ISSUE. VRAIMENT. JE RECOMMANDE EXPRESSÉMENT AU CNSP DE PRATIQUER RAPIDEMENT AUX RÉCUPÉRATIONS DE NOS MILLIERS DE MILLIARDS DE FRANCS CFA VOLÉS PAR LES DÉLINQUANTS FINANCIERS DÉCHUS. MAIS C’EST VRAI. TOUTES LES CAISSES DE L’ÉTAT SONT VIDES, VIDES ET VIDES. C’EST LE BON MOMENT DE REMPLIR LÈS CAISSES DE L’ÉTAT AVEC DE L’ARGENT PUBLIC VOLÉ. QUE DIEU SAUVE NOTRE MALI. AMEN AMEN YARABI. MERCI

  2. La position de cette junte n’est pas Claire . Ils sont en collaboration et fait l’affaire du regime de IBK . Soyons vigilent . Les pro IBK continuent d’agir toujours comme maîtres sur le terrain . Cette junte ne fait peur a personne . J’ai le sentinent qu’elle va echouer .

  3. Moussa Joseph a dit: « nous avons trébuchés ; nous avons un genou par terre, mais nous ne sommes pas totalement par terre. Donc, il faut qu’on se relève et pour cela, il faut que chacun travaille », reveilles toi nous ne sommes pas avec un genou par terre et nous ne sommes meme pas par teree car l’Enfant MAUDIT de Sebenikoro Boua le ventru IBK nous a laisse dans un gouffre apres 7 annees de pilotage a vue sans strategies et sans logique. Boua et son regime ont ete un vrai desastre et une vraie catastrophe, Boua le ventru IBK est nullard et un faineant, un gros incapable double d’incompetant!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here