Pour une transition réussie au Mali : Les propositions du Dr Aboubacar Sidick Fomba

3

Après la chute du régime IBK le mardi dernier ,  Dr Aboubacar SidickFomba, président de l’ADEPM et membre du M5-RFP, a fait une série de propositions pour la réussite de la transition. Il demande aux leaders du Comité national pour le salut du peuple (CNSP) de suspendre la constitution de 1992 et de mettre en place 5 institutions pour gérer la transition.

Très actif sur les réseaux sociaux, le président de l’Alliance démocratique du peuple malien (Adepm), a encore adressé des propositions de gestion de la transition en vue. Ces propositions adressées aux mutins, ont été publiées, par Dr Aboubacar SidickFomba,  sur sa page Facebook.

La suspension de la constitution est sa principale proposition. «Je conseille au CNSP d’ avoir la conscience du pouvoir, suspendre la constitution et mettre en place une transition avec 5 institutions et dissoudre le reste », a-t-il écrit sur sa page Facebook . Selon lui,  la non suspension de cette constitution serait une erreur de la part des mutins. Aussi, propose-t-il le remplacement de la cour constitutionnelle par la Haute cour juridictionnelle dont les membres doivent être nommés. Les institutions comme le Haut conseil des collectivités et le conseil économique, social et culturel doivent, selon Dr Fomba, disparaitre. Quant à la Cour suprême, il estime qu’elle doit rester mais doit être renouvelée. Une nouvelle équipe devrait donc venir la tête de cette institution aux dires de l’ophtalmologue.

Le président de l’ADEPM propose 5 institutions pour la gestion de cette transition. Ces institutions sont, entre autres : le Conseil supérieur de la transition ou l’organe de décision,  le Gouvernement ou l’organe d’exécution, la Constituante ou l’organe législatif, la Haute cour juridictionnelle de transition  et la Cour suprême.

Pour Fomba, le CNSP doit penser à mettre en place un organe unique de gestion des élections qui organise , supervise et proclame les résultats. Concernant la période de transition, il propose deux ans. « Aussi le délai de 9 mois est vraiment court pour une transition de refondation et je propose 24 mois », a-t-il laissé entendre.

Il dit à qui veut l’entendre que le choix des religieux pour former le gouvernement de transition est « l’erreur la plus fatale à ne pas commettre ». «Choisir les représentants de la jeunesse dans le gouvernement est aussi une erreur à éviter car l’objectif est d’avoir un gouvernement jeûne de 35 à 55 maximum », a-t-il estimé.

Pour Fomba, le CNSP doit aller vers une conférence nationale qui discutera de tous les problèmes et de la nouvelle constitution, c’est à dire la 4ème République.«Le CNSP doit se mettre dans une logique de refondation du Mali , du changement de destin de notre pays », propose Aboubacar SidickFomba.

Il demande au CNSP de mettre, après la suspension de la constitution , en application la 04-051 portant organisation de la défense nationale du territoire . «La mise en application de cette loi donne la possibilité au CNSP de réquisitionner tout pour le besoin de la défense nationale y compris les biens privés », a-t-il conclu.

 

BoureimaGuindo

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Ce pays est tombe bien bas .La croissance et le develppement sont arretes.Ce qui importe .c’est la vision du futur, materialisee concretement par des programmes et des strategies a long terme.Il faut encourager la reflection et le non le bavardage ,la defence des interet personnels,la querelle des partis politiques a l’affut des biens publics,des postes juteux .A quoi a servi toutes ces institutions portant des grands noms: la Cour Supreme,la Cour Constitutionnelle,la Haute Cour quand le pouvoir etait accumule dans les mains d’un seul homme. La Constitution a ete bafouee.Un homme a ete mis la pour tripoter les affaires d’Etat,manipuler les hommes d’Etat.Pour mettre ce pays en route il faut connaitre la router a suivre,connaitre les obstacles qui se dressent en face de nous et nos avantages.Profiter de cette periode de transition pour construire des fondations solides qui ne se s’ecrouleront pas au moindre remous.Un programme a long terme qui poussent les futurs batisseurs a se preparer.Pour utiliser l’uranium,il faut former des ingenieurs d’energie nucleaire.Avec la decouverte du lithium a Bougouni ,nous pouvons installer de grandes centrales solaires de millions de MW et stocker cette energie et l’utiliser dans tous les domaines.Si nous voyons clair dans le futur,nous nous rendrons compte de l’importance des vrais partenaires et mettrons fin a ces jeux funestes d’aujourd’hui.La formation est la clef du futur.Nous devons la chercher et en faire un element capital de partenariat.Les hommes qui construiront le Mali doivent etre formes avec intelligence,Les hommes politiques qui se sont adonnes a la corruption,aux detournements de fonds, doivent etre automatiquement bannis de la politique,.Un loi doit etre adoptee a cette fin.

  2. Pendant que les autres pour leur développement, en Afrique, c’est l’éternel recommencement. Pendant un ou deux ans ce pays, le Mali, ne va connaitre aucune avancée sur tous les plans. ce seront des conférences, des discussions sur la future constitution, sur le code éleectoral, sur les listes électorale, la CENI…. Le Mali va connaitre deux voir trois années blanches pour son développement. Et quand arrivera enfin un gouvernement issu d’élection non contestées, ce dernier aura besoin de deux ans encore pour s’habituer à la gestion d’un Etat. Déjà ces militaires se cherchent encore depuis trois jours qu’ils ont déposé IBK. si on fait le calcul, c’est estimé à pres de 5 ans ou rien ne bougera dans ce pays allant dans le sens de son développement. Pauvre Afrique.

  3. Colonel mais il faut éviter les erreurs de 2012 en mettaOKnt à l’écart tous les religieux pour éviter que dans l’avenir un conflit inter-religieux ne puisse être la source d’une crise entre les Maliens. Après les religieux, mettre à la retraite tous les vétérans de la vie politique malienne bien entendu ceux du M5-RFP également (CHOGUEL, Mountaga Tall, Modibo Sidibé, Mme Sy Kadiatou Sow, C O Sissoko et autres sangsues) . A défaut, ce sera de l’éternel recommencement, de coup de force à force. Personne n’y gagnera.

    Ce changement doit être le départ de la construction d’une nation forte dans laquelle se retrouve chaque Malien. Les assoiffés du pouvoir, les politiciens véreux qui ont fait la promotion de la corruption, de l’injustice, de la gabegie…doivent être chassés comme des chiens enragés car s’ils intègrent cette transition, ils la souilleront certainement. Pour leur dignité et la confiance placée en leur personne par un peuple meurtri, les mutins doivent faire beaucoup attention car ces individus sont capables de tout pour arriver à leur fin.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here