Projet de loi sur la liberté religieuse au Mali : Les associations islamiques sortent les griffes

5

Les associations islamiques du Mali sortent les griffes contre le projet de loi portant organisation de la liberté religieuse et de l’exercice des cultes. Elles jugent le texte restrictif et exigent purement et simplement son abandon. 

«Le Haut Conseil Islamique du Mali, l’AMUPI, la LIMAMA, le Groupement des Leaders Spirituels Musulmans du Mali, la Ligue des Prédicateurs du Mali, l’UNAFEM et l’Union des Jeunes Musulmans du Mali (UJMMA), après avoir examiné le projet de loi portant organisation de la liberté religieuse et de l’exercice des cultes au Mali que vous nous avez fait parvenir, sont arrivés à la conclusion que ledit projet, dans beaucoup de ses dispositions, est restrictif des libertés religieuses et jure avec l’exercice pacifique des cultes qu’a toujours connu notre pays. C’est pourquoi, les structures énumérées estiment non opportun ce projet et recommandent son abandon, en attendant que le pays retrouve sa stabilité et qu’une autre initiative allant dans le sens de la réaffirmation de la liberté religieuse, soit prise par les structures faîtières des organisations religieuses et votre département ».

Voilà en substance le contenu de la lettre datée du 8 janvier 2020 adressée au ministre des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Hass Diallo, par le Haut Conseil Islamique sous la plume de son secrétaire général, Mamadou Diamoutani. Cette correspondance a été enregistrée au courrier d’arrivée du département en charge des Affaires religieuses, sous le n° 0030 du 8 janvier 2020.

Dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux et réalisée par Dambé TV, un responsable religieux demande au ministre Thierno Hass Diallo de déchirer ce projet de loi et de le mettre dans la poubelle. Il met en garde le ministre des Affaires religieuses et du Culte contre tout dépôt  de ce texte sur la table de l’Assemblée nationale. Un message clair qui ne tombera pas dans les oreilles d’un sourd. Dans la situation actuelle du pays, le gouvernement du Président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta se gardera bien d’engager un bras de fer avec les associations islamiques du pays, lesquelles sont aujourd’hui en mesure de mobiliser les rues pour en imposer aux pouvoirs publics.

Chiaka Doumbia

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. CETTE LOI EST UNE ABERRATION TOTALE ET UN MANQUE DE RESPECT AU PEUPLE MALIEN.
    COMMENT POUVEZ VOUS SORTIR DES DISPOSITIONS QUI SORTENT DES TEMPS COLONIAUX?
    UN SYSTÈME A L’OCCIDENTAL DANS UN PAYS D’ISLAM DEPUIS DES SIÈCLES.
    VRAIMENT CE MINISTÈRE DE CULTE EST UN CHEVAL DE TROIE CONTRE LES MUSULMANS.
    ALLEZ VOUS DIRE A TOMBOUCTOU A DJENNE A CHOALA A NIORO A GAO qu’on ne prie pas dans la rue?
    C’est le contrôle de la religion musulmane et des musulmans qui se prépare.et cela au nom de quoi?
    De la lutte contre le terrorisme?
    CE SONT CES ATTITUDES QUI CRÉES L’EXTRÉMISME ET LE DÉSORDRE.
    Toute la terre a été consacrée pour lieu de prière pour les musulmans. Nous ne sommes pas en Europe et nous ne voulons pas les ressembler.
    le Maroc est un meilleur exemple si vous voulez organiser dans le sens d’aider les musulmans mais vous n’avez aucun moyen donc SILENCE SVP monsieur le Ministre.

  2. Toutes les décisions touchant la religion se traitent de façon subtile en évitant toutes formes de heurts inutiles. Nous restons certains d’ailleurs que Thierno abandonnera sans équivoque la mise en route de cette loi. C’est dommage de la part des ténors du pouvoir au Mali, car ils croient qu’on peut tout imposer au peuple tout de suite, alors qu’il faut aller avec beaucoup de tacts et d’intelligence pour juguler les problèmes de ce genre.

  3. Cette société est entrain de se contracter contre toute évolution , j’ai l’impression que la question est insidieusement détournée de son objectif pour ouvrir une polémique inutile , on peut être un bon musulman et se poser la question sur les prières de la rue dans ce climat d’insécurité , en quoi cela est-il choquant ? Toutes question touchant la sécurité des personnes et des biens sont intelligemment légitime , aucun citoyen malien de bonne fois ne peut nier cette évidence .

  4. Bonjours Chers Co-Internautes. Que dit cette Loi? Puisse-quelqu’un m’édifier sur cette Loi? Cela m’arrangera beaucoup puisque moi, quand-même, j’ignore totalement cette Loi! Peut-être qu’on en a parlé à la télé ou à la radio; mais, moi, je ne la connais pas. Prière m’informer de sa contenance s’il vous plaît. De quoi parle-t-elle? Merci d’avance.

    • Pour vous répondre; ce projet de Loi parle entre autre des points suivants:
      1- Interdire aux fidèles musulmans de prier dans les rues même si les mosquées son pleines à l’intérieur (surtout les djouma)
      2- Personne n’aura le droit de construire une mosquée où que ce soit sans l’accord du gouvernement
      3- C’est le gouvernement qui va choisir le thème qu’il faut pour le koutbah (sermon) de chaque vendredi
      4- Aucun iman ne se déplacera pour aller prêcher dans les différentes régions du pays sans l’accord du gouvernement et aussi le thème du prêcheur sera choisi par le gouvernement

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here