Rapport 2019 Oxfam : les inégalités à l’origine de la déstabilisation et de l’insécurité qui prévaut au Sahel

2

Dans un rapport intitulé «  lutter contre les inégalités pour répondre aux défis du développement et de la sécurité », publié,  en ce mois de juillet, par l’ONG Britannique Oxfam,  on relève des énormes inégalités.  Le document indiquent qu’elles alimentent « les injustices et les tensions, mettent à mal le contrat social et les relations entre les groupes de population et créent les conditions de déstabilisation et de l’insécurité qui prévaut aujourd’hui dans la région »

Ce rapport de plusieurs pages présenté par OXFAM, au siège de l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD) note que les inégalités sont criantes dans le Sahel, et se manifestent dans tous les domaines de la vie.  «  Elles enferment une part croissante de la population dans la pauvreté et les laissent sans perspectives d’avenir »,  souligne le rapport, qui relève qu’au Mali en 2015, l’ensemble des exonérations s’élevait à 203,45 milliards de FCFA soit près de 11% du budget du Mali.  Cette somme serait, selon le rapport, trois fois et demie le budget de l’éducation cette année.

Dans ce sillage, il est indiqué dans le rapport d’OXFAM que les industries extractives sont en particulier des négociatrices puissantes face aux Etats sahéliens.  Par exemple, le Niger  en tant que  le quatrième  pays producteur mondial d’uranium, son principal produit d’exportation, les revenus qu’il en tire ne contribuent qu’à hauteur de 4% à 6% de son budget.  « Ces ressources loin d’être utilisées comme des leviers pour réduire la pauvreté et les inégalités, ces choix de politiques fiscales ont donc tendance à les maintenir ou à les aggraver », précise le document.   Pra ailleurs, il soutient que l’accès aux services publics d’éducation, de santé et de protection sociale laisse à l’écart une grande part de la population que les enquêteurs estiment «  marginalisée ou discriminée »

Dans la région du sahel, des dizaines de millions de pasteurs, nomades ou transhumants, sont particulièrement touchés par les inégalités d’accès aux services de base, mal adaptés à leur mode de vie. Au Mali, a-t-il renchéri, en l’absence de statistiques officielles, on estime les taux de fréquentations scolaires entre 2 et 3% pour les enfants des pasteurs nomades.

Le rapport d’OXFAM de poursuivre que le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad comptent parmi les pays où le taux de mariages précoces est le plus élevé dans le monde, atteignant 76 % au Niger.  « Les femmes sont également insuffisamment protégées contre les violences qui leur sont faites et l’absence de législation sur les violences domestiques légitiment trop souvent les pratiques. Les mutilations génitales féminines sont criminalisées, mais les lois sont souvent peu appliquées », peut lire dans le document, qui ajoute qu’au Mali, 9 femmes sur 10 en ont été victimes.

A ces inégalités s’ajoutent la sécheresse qui, selon le document,  renforce les tensions sur les ressources et exacerbe un ensemble de tensions latentes.  « Les conflits entre éleveurs et agriculteurs, responsables de centaines de morts ces dernières années en particulier au Mali et au Tchad, sont largement imputables à l’usage et à la propriété du foncier, mal gérés par les pouvoirs publics depuis des décennies », a-t-il cité comme exemple.   A en croire au rapport,  la répétition des évènements climatiques violents devraient également accélérer le rythme des déplacements de population, notamment vers les zones urbaines, qui va  augmenter  la pression sur l’emploi, le logement, l’énergie, la santé et l’assainissement dans les villes.

Pour combattre ces inégalités, le rapport recommande «  la mise en place de politiques fiscales progressives et justes qui réduisent les inégalités, des politiques d’éducation, de santé et de protection sociale qui garantissant des services gratuits,  des politiques agricoles et d’élevage justes et équitables, qui offrent des opportunités de travail, de revenus et de vie dignes à l’ensemble des personnes… ».  Il demande aussi des politiques d’adaptation rapides aux changements climatiques pour renforcer les capacités de prévention et de résilience des populations, instaurer des cadres réglementaires, juridiques, politiques et des institutions sociales qui luttent contre les inégalités différenciées et la vulnérabilité des femmes sahéliennes dans tous les domaines de la vie publique.

 Synthèse de Bréhima Traoré/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. ………MAIS C EST VRAI! IL N YA PAS D INEGALITE EN OCCIDENT EN ARABIE ET DANS LES AUTRES PAYS MOYEN AGEUX DU MOYEN ORIENT.,…..

    !!!!!!TOUT VA BIEN PARTOUT AU MONDE, NOUS NOS PROBLEMES VIENNENT DE L INEGALITE!!!!

    • Tu as absolument raison !
      Oxfam est une organisation de propagande cxydentale qui relaie des mensonges !!!
      Il y a des inégalités partout dans le monde : états-unis, bresil, australie, arabie maudite, chine, inde …

      La seule différence est que le trio de la mort : franSS + uKKK + uSS ont détruit l’un des pays les plus beaux, riche et stable d’afrique Libye … en financant et en armant les terroristes rebelle : ils ont deversé des tonnes d’armements sur ce pays et destabilisé la région et le pays le plsu faible et minable, le mali est celui qui tombé le plus bas à cause de l’agression oxydentale …

      tout le but Oxfam est detourner l’attention des crimes oxydentaux et d’en faire un combat dinégalité homme femme etc … dans nos pays …

      Cela etant, nso dirigeanst ont aussi une part de responsabilité, pas seulement les ataques oxydentales, il faut que nos dirigeants se prennent en mains et sortent du bo da blenin des toubabs !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here