En dépit des consignes fermes de la Commission nationale d’observation de la lune : Tous les Maliens n’ont pas célébré la fête de l’Aïd El Fitr le même jour

0

Le mardi dernier fut consacré jour de célébration de l’Aïd El Fitr sur toute l’étendue du territoire national. Après que la lune eut  été aperçue dans les régions de Gao, Tombouctou, Mopti et  dans le district de Bamako. Cependant, des fissures sont tout de même apparues. Puisque tous les Maliens n’ont pas fêté le même jour. Certaines confréries dans la région de Kayes aussi bien que dans certaines localités de Tombouctou ont attendu le mercredi pour célébrer le l’Aïd El Fitr. Cela en dépit des consignes de la Commission nationale d’observation de la lune qui dans ses résolutions,  du mois de juillet, avait exigé que tous les Maliens puissent jeûner et fêter le même jour.

Faut-il rappeler qu’un forum national sur la problématique de l’observation de la lune s’est tenu du 4 au 6 juillet 2011 au CICB  sous l’égide du ministère de l’Administration territoriale, du Haut conseil islamique et de nombreuses associations et organisations religieuses? Cette rencontre, dont l’objectif était de mettre un terme aux polémiques liées à l’apparition du croissant lunaire, avait réuni plus de 200 participants composés de leaders religieux, de préfets, des gouverneurs de région et des représentants du ministère de la Sécurité intérieure et de la protection civile ainsi que celui de la Communication.

C’est une batterie de résolutions qui a sanctionné les trois jours de travaux du Forum national sur l’observation du croissant lunaire. Toutefois, en raison de l’importance du mois lunaire en islam et de la non-utilisation de la voie hiérarchique dans la transmission de l’information par les témoins occulaires du croissant lunaire à l’occasion des fêtes religieuses, les participants se sont engagés à faire une large diffusion des conclusions des travaux du Forum dans leurs localités respectives et de travailler à la sensibilisation de la communauté musulmane à la question de la détermination du début du mois lunaire.

Par ailleurs, en raison de la récurrence des problèmes liés à l’observation du croissant lunaire et en raison du fait que la célébration par les musulmans des fêtes religieuses à des dates différentes constitue une menace pour l’unité de la communauté musulmane, le Forum a recommandé l’extension du travail des commissions d’observation de la lune aux 12 mois de l’année, la prise en charge du fonctionnement desdites commissions et la prolongation des séances de la Commission nationale d’observation du croissant lunaire à des heures tardives de la nuit. Cela à l’occasion de la fixation du début et de la fin de Ramadan. Le Forum a, en outre, recommandé le privilège de l’ORTM comme premier médium de l’annonce de la décision de la Commission nationale d’observation du croissant lunaire. Toute structure de communication qui enfreint cette règle devra s’exposer à des sanctions. Le Forum a été clair pour réaffirmer sans ambages la restauration de l’autorité de l’Etat pour le respect des dates fixées par la Commission nationale d’observation du croissant lunaire. Le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, le général Kafougouna Koné, dira, pour sa part, que le respect desdites recommandations s’applique sans exception à tous.

Auparavant, il a tenu à préciser que cette batterie de  recommandations sont réalisables à la seule condition que son contenu soit accepté par tous. Son respect, ajoute t-il, dépend du respect que nous avons les uns pour les autres. Force est de reconnaitre que ses bonnes intentions semblent n’avoir pas été encore partagées par tous. On croyait la fin de la discordance dans la fixation des dates des fêtes religieuses, mais loin s’en faut. C’est dire donc que la Commission nationale d’observation de la lune a encore du chemin à faire et doit redoubler d’ardeur pour aller vers une grande sensibilisation de la communauté musulmane.

Abdoulaye DIARRA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER