VISION 2010 : Les balises de Bamako

0

Les  épouses des chefs d’Etats africains se sont réunies à Bamako au Mali le 06 octobre 2011, dans le cadre de l’évaluation finale des activités de la Vision 2010 sur la réduction de la mortalité maternelle et néonatale dans les pays de l’Afrique de l’ouest et du centre.  Au terme d’une journée de travail les  premières dames ont proféré  un appel  sous forme de déclaration  qui permettra  dans les années à venir  une réduction de ce fléau.

La mortalité maternelle et néonatale, un fléau qui fait ravage dans le continent Africains, dans le but de réduire ce fléau les  premières dames conscient  de l’effet  sur l’épanouissement de la femme et l’enfant se sont réunies pour la première fois à Bamako, le 08 mai 2001 dans l’objectif de réduire la  mortalité maternelle et néonatale  de 30% par rapport à son niveau de 2001. Conscientes que les objectifs n’ont pas été pleinement atteints et que les résultats obtenus appellent à redoubler d’effort que les épouses des Chefs d’Etats africains réunis une fois encore à Bamako, ont pris l’engagement de pérenniser les idéaux de l’initiative 2010 à travers la poursuite de l’initiative sous la dénomination Vision 2010+5, de plaider pour la poursuite de la mise en place dans chacun de nos pays d’un comité national multisectoriel pour la réduction de la  mortalité maternelle et néonatale.

Elles  ont par la même occasion souhaité l’appui des Chefs d’Etats, leurs époux et de gouvernements, des pouvoirs publics, des organisations internationales et non gouvernementales pour : le respect des termes de la résolution des chefs d’Etats prise à Abuja relatif à la par du secteur de la santé dans le budget national soit 15% ; la mise en œuvre dans chaque pays d’un programme sectoriel de réduction de la mortalité maternelle et néonatale ; le renforcement du partenariat public-privé et l’implication effective de la société civile pour la réduction de la  mortalité maternelle et néonatale ; la création d’un environnement propice à l’atteinte des objectifs de la Vision 2010+5 ; l’assurance d’un plaidoyer pour l’extension de l’offre des services de santé aux communautés surtout rurales et  assurer le continuum des soins depuis ces communautés jusqu’ ‘au niveau tertiaire conformément à la déclaration de Ouagadougou sur les soins de santé primaires ; la mobilisation d’une expertise régionale de haut niveau pour soutenir les différents programmes  de réduction de la  mortalité et de la morbidité maternelle et néonatale ; l’application effective des conventions relatives aux droits des femmes et des enfants ; l’ouverture de la Vision 2010+5 aux autres pays africains non encore membres de la Vision 2010 ; l’assurance du plaidoyer auprès des Nations Unies pour la création d’un fond destiné à la réduction de la mortalité maternelle et néonatale.

 

Dans son discours de clôture, Mme Touré Lobo Traoré a tenu à saluer  au nom des autorités de notre pays, l’ensemble de la classe féminine locale,  saluer la tenue de cette rencontre,  Vision 2010. Elle a également adressé un vibrant hommage à ces consœurs premières dames d’Afrique, « dont la présence a rehaussé l’éclat de cet important forum ».  Elle n’a pas oublié de citer singulièrement  Mmes Jeanne Thérèse Ping et Nana Travoada pour leur participation de qualité à cette rencontre de Bamako. Ajoutant qu’il serait inconcevable qu’en ce 21e siècle, avec le progrès de la médecine, qu’une femme « meure en donnant la vie ».

 

 

Elle pense finalement que la réduction de la mortalité maternelle et néonatale contribuerait  grandement à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Une mention spéciale  a été adressée à la Commission nationale d’organisation, dirigée par le professeur Amadou Dolo, pour son engagement et de la disponibilité  de son équipe, en vue de la réussite de ce forum de Bamako.

Ousmane Daou

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER