Vulgarisation de la constitution : L’ONG AJD édifie la population de Sanankoroba

0

L’ONG Action et Jeunesse pour le Développement (AJD) a procédé à la vulgarisation de la Constitution le jeudi 8 juin 2023. Il s’agit pour cette ONG de faire connaitre à ses membres et à la population de Sanankoroba le contenu de la nouvelle Constitution afin de leur permettre de faire leur choix le jour du scrutin référendaire prévu pour le 18 juin prochain.

‘’Pour la construction  du pays chacun doit apporter sa pierre à l’édifice’’. Une philosophie bien comprise par l’ONG AJD qui, à travers une conférence publique a tenu à édifier la population de Sanankoroba du contenu de la nouvelle Constitution,  qui détermine d’ailleurs l’avenir du pays. Pour cela, chacun doit se prononcer pour le ‘’Oui’’ ou le ‘’Non’’. Pour ce faire il est impératif de connaitre le contenu de cette Constitution, d’où l’organisation de cette opération de vulgarisation.

Cette nouvelle Constitution n’est pas tombée du ciel !

Selon Bandiougou Diawara, la Constitution de 1992 a montré ses insuffisances.  Depuis 2012, le Mali fait face à une crise multidimensionnelle caractérisée par la mauvaise gouvernance, des institutions inadaptées aux réalités, un déficit de participation des populations à l’action publique et la défiance vis-à-vis de la chose politique, a laissé entendre M. Diawara.

Pour corriger ces lacunes, plusieurs rencontres et foras ont été organisées avec la participation des populations dont les Assises nationales de la refondation, a-t-il ajouté. Les conclusions et recommandations de ces différents cadres de dialogue ont été  mises à contribution par les autorités de la transition pour procéder à un nouveau découpage administratif et l’élaboration d’une nouvelle Constitution,  a fait savoir M Diawara. Une Constitution qui sera soumise à l’approbation par  vote des Maliens par un scrutin référendaire  le 18 juin prochain. La réussite et la durabilité́ de la nouvelle Constitution et du découpage administratif découlent du degré́ de participation populaire. Cette adhésion ne peut se faire sans une implication de la société civile qui a en charge la vocation et la mission de mobiliser les citoyens à répondre opportunément au rendez-vous.

Dans le cadre du présent projet, l’ONG AJD à travers l’appui financier du projet d’appui aux reformes et aux élections au Mali (PAREM) a entrepris les actions nécessaires afin que toutes les filles et tous les fils du Cercle de Kati en général et la commune rurale de Sanankoroba (Région de Koulikoro) en particulier, s’approprient du processus (référendaire et découpage administratif) tout en étant suffisamment et correctement informés, explique M.Diawara. C’est ainsi qu’il a invité les participants à l’assiduité pour une meilleure compréhension de la nouvelle Constitution.

Mariam Sissoko

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!