Chan 2016 :Les Aigles locaux n’ont perçu le moindre kopeck du Ministère… La CAF réclame 15 millions F CFA au Ministère malien… Le TAS, plus de 70 millions au camp M. D. Fané

1

La crise entre la FEMAFOOT et le département de tutelle n’est certainement pas étrangère aux mauvaises conditions de départ des joueurs Maliens pour le Championnat d’Afrique des Nations au Rwanda. Et il y a pire !

 

La démotivation des jeunes leur a-t-il failli une défaite lors de leur tout leur premier match du tournoi ? Menés au score par l’Ouganda jusqu’à 48ème minute (1-2), les Aigles Maliens ont heureusement pu remonter la pente en égalisant. C’est donc sur le score final de deux  buts partout que le match a pris fin.

 

Ce que l’histoire ne dit pas, c’est que les jeunes Maliens n’ont presque rien pour être motivés dans cette compétition. Le Ministère des Sports en charge de la gestion des primes et autres, n’a daigné faire le moindre geste à leurs endroits. C’est la fédération qui, au regard de l’urgence et de l’impératif du moment, a puisé dans ses propres réserves.   C’est dire que le moral de la troupe n’est pas au top au Rwanda. Les jeunes doivent affronter le Zimbabwe aujourd’hui avant la Zambie, première du groupe (D), un de leurs redoutables adversaires, toutes compétitions confondues.

Ces déconvenues des Aigles nationaux ne constituent pas la seule résultante de  la crise, voire la guerre ouverte entre la Fédération et le Ministère des Sports.  La CAF (Confédération Africaine de Football) aussi ne porte désormais plus le même regard admirateur sur le pays. Elle vient d’adresser une correspondance au ministère malien des sports réclamant le remboursement intégral de ses dus. Il s’avère en effet, que le Département en question n’a pas reversé à la FIFA, les ristournes de certains matches internationaux conformément aux dispositions règlementaires en vigueur.

Après chaque match en effet, le Ministère de tutelle prélève un montant destiné à la FIFA laquelle, à son tour,  l’affecte à la CAF qui, en dernier ressort, finance la Fédération Nationale. Mais avec l’ancienne équipe de la FEMAFOOT, ce montant évalué à 15 millions de nos francs, n’a jamais été reversé. Aujourd’hui, la FIFA et la CAF réclament leurs dus. Elles ont justement adressé une correspondance  à qui de droit.

Au niveau de l’instance suprême elle-même (FIFA), le Mali a tendance, là aussi, à perdre son estime d’antan. L’on n’apprécie pas ici le retard artificiellement provoqué dans le démarrage du championnat national nonobstant le verdict du Tribunal Arbitral Sportif (TAS) dans le litige entre les deux tendances en conflit.

Et au niveau de cette juridiction (TAS), les juges attendent encore le règlement intégral des frais de justice soit un peu plus 71 millions de la part des plaignants, à savoir, le camp Mamadou Dipa  Fané. En la matière, ce montant représente 80% des frais de justice estimés à 89 millions F CFA. Le camp Boubacar Baba Diarra a d’ores et déjà payé les 20% (environ 17 millions F CFA) qui lui sont dévolus.

La grosse de justice doit parvenir aux différents protagonistes courant semaine prochaine. En attendant, le TAS ne saurait statuer sur une autre requête avant le paiement intégral des frais indus. Par la suite, il lancera une sommation assortie d’un délai au-delà duquel, le mauvais payeur s’expose à une radiation à vie au niveau toutes les instances nationales internationales.

B.S. Diarra

PARTAGER

1 commentaire

  1. Me le journaliste, tous les joueurs ont reçu du département leur prime de sélection avant leur départ. Et puis c’est à la fédération, qui a toujours été partie prenante de la gestion des matchs internationaux que la FIFA a demandé sa part,et cela,depuis 2012. C’est dommage de s’appeler journaliste et de ne pas aller à la source de l’information.

Comments are closed.