Éliminatoires coupe du monde : Les Aigles aux commandes du groupe E

0

La première fenêtre des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 s’est renfermée le lundi dans le groupe E avec la 2e journée. Auteur d’une victoire et d’un match nul, le Mali est en tête avec 4points devant le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda en attendant la reprise en octobre prochain à l’occasion de la 3e journée.

Les Aigles du Mali peuvent passer un mois de septembre tranquille et préparer sereinement le mois d’octobre. Après les deux premières journées éliminatoires, les hommes de Mohamed Magassouba dominent le groupe E. Cela, malgré de nombreux défis auxquels ils ont été confrontés dont le plus pesant a été le fait d’aller jouer à l’étranger leur match à « domicile » faute d’infrastructure adéquate au Mali selon la Caf et la Fifa.

En effet, après la victoire de 1-0 sur le Rwanda en match joué au Maroc, le Mali a contraint au nul l’Ouganda sur sa pelouse sur le score de 0-0.

Pour cette 2e sorte, le sélectionneur Mohamed Magassouba avait opéré 3 changements dans son 11 de départ par rapport à l’équipe alignée contre le Rwanda lors de la première journée. C’est ainsi qu’en milieu de terrain Diadié Samassékou et Mohamed Camara sont venus épauler Amadou Haïdara à la place de Lassana Coulibaly et Aliou Dieng. Devant, Moussa Doumbia a pris la place de son homonyme Moussa Djénépo dont l’entrée sur le territoire ougandais a été interdite par l’Angleterre (où le joueur évolue en club) pour raison de Covid-19 tout comme Lassana Coulibaly qui évolue en Italie.

C’est cette équipe réaménagée qui retrouvait l’Ouganda depuis après le nul (1-1) entre les deux formations en 2017 lors de la phase finale de la Can au Gabon. Un choix de titulaires, à défaut d’être victorieux, n’a pas été non plus ridicule car l’équipe a su développer son jeu à son aise. Mais comme il est connu de tous, le manque de réalisme notoire des Aigles était encore au rendez-vous. Malgré une domination territoriale, des belles occasions de buts et l’expulsion d’un Ougandais depuis la 64’, le score de 0-0 va sanctionner la rencontre. Un résultat qui profite bien à l’équipe nationale qui reste en tête car dans l’autre rencontre du groupe, toujours pour le compte de la 2e journée, le Kenya avait également tenu en échec le Rwanda (1-1).

Seule équipe victorieuse dans le groupe E, le Mali compte 4 points devant le Kenya (2points, 1but marqué et 1 but encaissé), l’Ouganda (2points, 0 but marqué) et le Rwanda (1point).

Après ces deux premières journées, les éliminatoires marquent une pause et reprennent en octobre prochain avec la 3e journée qui verra le Mali recevoir le Kenya, le 7 octobre, tandis que les Ougandais se déplaceront au Rwanda.

Alassane CISSOUMA

 

xxxxx

EQUIPE NATIONALE

Les Aigles passent à la caisse

L’équipe nationale du Mali a disputé, hier lundi, son 2e match éliminatoire de la Coupe du monde Qatar 2022. Avant d’en découdre avec les Cranes de l’Ouganda, les Aigles ont fait un tour à la caisse où ils ont empoché leurs primes de sélections et les primes de victoire contre le Rwanda lors de la première journée. En se basant sur les montants ordinaires, chaque joueur devrait avoir 3 millions de F CFA soit 2 millions comme primes de victoire contre le Rwanda et 2 fois 500 000 (1 million) comme primes de sélections pour les deux matches.

Avant de s’envoler d’Agadir (Maroc) avec l’’équipe pour Kampala, la capitale ougandaise, le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction Civique et de la Construction Citoyenne, Mossa Ag Attaher a rencontré le samedi 4 septembre 2021, les joueurs de l’équipe nationale de football ainsi que le staff technique en présence du président de la Fédération Mamoutou Touré « Bavieux ».

L’objectif de cette rencontre, selon la cellule de communication du département des Sports, était de faire procéder par les services compétents du ministère au payement des primes de sélection et primes de victoire du match Mali-Rwanda du 1er septembre 2021. Aussi, d’échanger avec les Aigles et la fédération afin de se rassurer d’un bon état d’esprit dans le groupe avant la 2e sortie contre l’Ouganda.

Après avoir payé la solde du capitaine Hamari Traoré et ses coéquipiers, le ministre Mossa a également livré un message d’espoir aux sélectionneurs des différentes équipes nationales qui accusent plusieurs mois d’arriérés de salaires en les rassurants du paiement très prochain et par tempérament de ces impayés qui datent de 2018.

Ainsi, le premier responsable des sports expliqué que « nous avons hérité de cette situation d’arriérés de salaires datant de 3 ans, mais la décision a été prise par les plus hautes autorités de notre pays pour que l’ensemble de ces arriérés de salaires soit régularisé en fonction des possibilités de l’Etat».

Aussi, a-t-il ajouté, « je reste convaincu que le paiement des primes de sélection et de victoire dans les délais, de même que la régularisation de la situation des arriérés de salaires constituent une source de motivation au sein de l’équipe et un facteur de renforcement de confiance avec le ministère ».

Pour terminer, le ministre a félicité la Fédération à travers son président Bavieux, le staff technique et surtout les joueurs pour tout le travail qu’ils sont en train de réaliser avant de les exhorter à davantage mouiller le maillot pour les prochains matches qualificatifs.

Alassane CISSOUMA

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here