Seydou Kéïta, le leader des Aigles du Mali : “Avec la volonté et la solidarité, on peut aller très loin dans cette CAN”

0




Les Aigles du Mali sont désormais prêts pour affronter la Guinée, ce mardi 24 janvier, à partir de 19 heures GMT pour la première journée des matches du Groupe D de la CAN, basé à Franceville. Selon le leader du groupe, Seydou Kéïta, avec l’envie et la solidarité au sein du groupe, les Aigles du Mali peuvent faire un parcours exceptionnel que lors des précédentes éditions de la CAN, notamment au Ghana et en Angola où ils sont sortis dès le premier tour.

Après dix jours de préparation à Lomé au Togo, les Aigles du Mali et leur encadrement technique sont arrivés à Franceville, au Gabon, le vendredi 20 janvier aux environs de 20 heures par un vol spécial en provenance de Bamako. Dans cet appareil d’Air Mali se trouvaient le ministre de la Jeunesse et des Sports, Djiguiba Kéïta, le président de la Fédération Malienne de Football, Hammadoun Kolado Cissé, le représentant du Comité national olympique et sportif, Tidiane Niambélé. Sans oublier les journalistes, les supporters et autres invités. Cette délégation officielle a été accueillie à l’aéroport international El Hadj Omar Bongo de Mvengue par la communauté malienne  au Gabon, notamment l’opérateur économique Tidiane Niang, frère du ministre Hamane Niang.

De l’aéroport, l’équipe nationale du Mali a pris le bus pour Bongoville située à une cinquantaine de kilomètres de Franceville où elle est hébergée dans un hôtel flambant neuf avec l’équipe de Botswana. Tandis que les autres membres de la délégation sont logés à Franceville, deuxième ville économique du Gabon, après Libreville. Elle est située à près de 600 kilomètres de la capitale.

La première séance d’entraînement des Aigles du Mali s’est déroulée, le samedi 21 janvier, au nouveau stade d’entraînement, sous la pluie. Tous les joueurs étaient au complet. L’ambiance au sein du groupe était également au rendez-vous.

L’entraîneur national, Alain Giresse et son adjoint Amadou Pathé Diallo discutaient avec les joueurs sur le système de l’entraînement du jour.    

"Nous nous sentons très bien. Je suis très content d’être avec ces jeunes joueurs. Il y a vraiment une  bonne ambiance au sein du groupe. Je me retrouve en eux parce qu’ils ont de la qualité. Ils ont du respect envers moi. Je suis vraiment à l’aise avec eux. C’est à moi de montrer l’exemple. Ce qui est très important pour le groupe. Ma responsabilité est vraiment complète. J’essaye de donner un plus et Seydou seul ne remportera rien. C’est le collectif qui va faire la différence. C’est pour vous dire qu’un seul joueur ne fait pas une équipe" a déclaré Seydou Kéïta à la presse, après l’entraînement.

" Le match  contre la Guinée est un derby"

S’agissant de la préparation, précisera-t-il, : "nous avons bien travaillé, physiquement, lors des préparations à Lomé même si nous n’avons pas eu la chance de faire de vrais matches amicaux.  Nous attendons  notre premier match pour nous faire une idée sur le niveau de notre jeu. Je pense que la Guinée  dispose d’une bonne équipe. Elle a été première de son groupe pendant les éliminatoires.  Ce qui prouve que cette formation a de la qualité. Vous savez, le premier match d’une compétition comme la CAN  est toujours difficile. Donc, ce match  contre nos voisins, la Guinée, est un derby. Ce qui n’a jamais été facile même si nous avons eu la chance de gagner tout le temps. Nous allons nous préparer au mieux pour remporter la victoire parce qu’elle sera déterminante pour la suite de la compétition".

Les Aigles du Mali livreront ce mardi 24 janvier, à partir de 19 heures (GMT) leur premier match contre la Guinée. Tandis qu’en première heure, le Ghana sera face au Botswana au stade de Franceville.

Parlant de cette CAN, l’objectif pour Seydou Kéïta et son groupe est d’aller le plus loin possible.  En d’autres termes, faire mieux que lors des éditions précédentes où le Mali a été éliminé dès le premier tour. Raison pour laquelle les joueurs, avec l’avis de Seydoublen, ont renoncé à leur prime de match pendant le premier tour. C’est après leur qualification pour le quart de finale qu’ils bénéficieront de prime d’objectif.

"Nous sommes très conscients de l’enjeu de cette CAN parce que quand vous regardez les éditions précédentes de la CAN au Ghana et en Angola, les gens comptaient sur des individualités, mais cela n’a jamais marché. Cette année, nous avons un groupe très jeune, même s’il manque un peu d’expérience. Avec l’envie et la solidarité, je pense qu’on peut faire beaucoup mieux qu’en Angola ou au Ghana. Vous savez, tant que le match n’est pas joué, il est difficile de connaitre le résultat. Mais, l’équipe est vraiment prête et elle a de la qualité" précisera-t-il.  En tout cas, l’expérience du milieu de terrain du FC Barcelone (meilleur club mondial) Seydou Kéïta sera capitale au sein de la formation malienne. Il est très engagé  et déterminé pour faire une bonne CAN.

Alou B HAIDARA

Envoyé spécial à Franceville, Gabon

Les brèves de la CAN

El Hadj Mahamane, Drissa Diakité et Cheick Tidiane au repos

Lors du premier entraînement des Aigles du Mali, le samedi, Alain Giresse a mis au repos trois joueurs. Il s’agit d’El Hadj Mahamane Traoré, Cheick Tidiane Diabaté et Drissa Diakité. Si El Hadj  Mahamane était au banc de touche,  Drissa Diakité et Cheick Tidiane ont préféré des séances de récupération. Selon nos informations, ces  trois joueurs sont malades. Et le médecin de l’équipe compte les récupérer d’ici le premier match des Aigles ce mardi.

Près de 30 journalistes maliens présents

Personne ne pouvait imaginer autant de journalistes maliens qui seront au Gabon pour couvrir la 28ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Ils sont 29 reporters sportifs à effectuer le déplacement sur Franceville. Ce qui était l’un des objectifs majeurs de l’Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM) après l’élection du nouveau bureau à l’issue du 4ème congrès, le 19 novembre. Il s’agissait de faire partir le maximum de journalistes à la CAN. Avec l’AJSM, dix journalistes sont au Gabon grâce aux cinq places offertes par la Commission nationale et cinq billets offerts par le ministre de la Communication, Sidiki N’Fa Konaté. Deux journalistes sont les invités du président de la Fédération Malienne de Football, Hammadoun Kola Cissé. Les autres ont effectué le déplacement à leur propre frais. La  Communauté malienne du Mali au Gabon, à travers son comité d’organisation, est à pied d’œuvre pour faciliter le

séjour de nos confrères. Les journalistes de la délégation officielle sont logés à l’hôtel Apily de Franceville. 

Près de 50 supporters des Aigles

Comme les journalistes, les supporters des Aigles du Mali sont aussi nombreux au Gabon. En plus des 20 places de la délégation officielle, l’Union Nationale des Supporters des Aigles du Mali, avec l’appui de certains de ses partenaires comme Orange-Mali, a pris le billet pour 30 supporters qui devaient arriver en principe, hier dimanche. Le vice-président de l’Union des supporters des Aigles, Cheicknè Demba, invite ses militants à un meilleur comportement en terre gabonaise. "Depuis que nous sommes arrivés, nous n’avons pas rencontré de problèmes. Nous sommes bien logés. Nous mangeons très bien. C’est ça le plus important" a déclaré Cheicknè Demba.

Retard à Bamako à cause d’Air Mali

Prévu pour 10 heures 45 minutes, le départ du vol spécial  de la délégation officielle par Air Mali n’a pu se faire qu’aux environs de 15 heures à cause d’une panne technique de l’avion. Après toutes les formalités déjà remplies, les membres de la délégation ont pris place dans cet appareil. C’est au moment de se positionner pour le décollage que le commandant de bord a demandé aux passagers d’être patients, le temps pour lui de vérifier une panne technique qui prendra au maximum 15 à 20 minutes. Après une heure d’horloge, il a, ensuite, informé les gens que l’avion n’est pas en bon état. Et il a fallu obligatoirement changer d’appareil. C’est ainsi que les passagers sont descendus de l’avion pour aller dans la salle d’attente en attendant de trouver un autre appareil. C’est aux environs de 15 heures que la délégation a quitté Bamako pour Lomé pour prendre les Aigles du Mali. A l’Aéroport international El Hadj Omar Bongo de Mvengue, le pilote a fait un mauvais atterrissage. 

Des Maliens  sans-papier en prison 

Les autorités gabonaises ont mis à  profit la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) pour mener une campagne de contrôle intensif pour identifier les sans-papiers. Depuis quelques jours, certaines villes du Gabon sont calmes, notamment Libreville et Franceville à cause de cette opération. Ceux qui n’ont pas de papiers sont obligés de se terrer chez eux. Sinon, ils iront en prison. "Les gens qui n’ont pas de papiers ne sortent plus parce qu’il y a chaque jour le contrôle. Si tu ne disposes pas de carte de séjour (35 000 FCFA) chaque deux ans, tu iras en prison. Tout cela, c’est la politique d’Ali Bongo qui ne veut pas voir les étrangers chez lui où il veut se faire de l’argent" nous a confié un Malien résidant au Gabon depuis dix ans. Selon nos informations, une centaine de Maliens ont été arrêtés et mis en prison. Grâce à l’implication du président du Haut conseil des maliens de l’extérieur, Habib Sylla, certains ont été libérés. 

Pas de connexion

Il est très difficile de trouver la connexion internet à Franceville, deuxième ville économique du Gabon.  A l’hôtel des Aigles du Mali, il n’ y a pas d’internet à plus forte raison dans les autres établissements hôteliers. A l’hôtel Apily où sont logés les journalistes, la connexion n’est pas aussi au rendez-vous. C’est pourquoi, l’envoyé spécial de l’ORTM, Amara Mallé Diallo, a eu beaucoup de peine pour envoyer son élément pour le journal de la CAN du samedi. Il était obligé d’aller au Centre de presse du Stade de Franceville pour l’envoyer.

Les derniers réglages 

Le Gabon n’a pas totalement terminé les travaux de la CAN. Les ouvriers sont à pied d’œuvre partout pour les derniers réglages. Au Stade de Franceville, ils sont nombreux à se mobiliser pour que tout soit OK avant le premier match prévu le mardi 24 janvier. Ce stade magnifique, répond à toutes les normes requises pour abriter  ce genre de compétition. C’est un stade de 20.000 places.

500 millions de FCFA pour la Guinée Equatoriale

C’est la somme que le président de la République de la Guinée Equatoriale avait promise à l’équipe de son pays  lors du match d’ouverture contre la Libye. La révélation a été faite par nos confrères de la télévision gabonaise. Ce montant n’a rien à avoir avec les primes promises par la Fédération guinéenne de football aux joueurs et à leur encadrement en cas de victoire sur la Libye.  Heureusement, ce match s’est terminé par la victoire de la Guinée sur la Libye (1 but à 0). L’auteur du but de délivrance marqué à la 86ème empochera une dizaine de millions de FCFA.

Le Sénégal démarre mal

Considéré come l’un des favoris de cette CAN, les Lions du Sénégal ont très mal démarré la compétition par une défaite contre la Zambie (2 buts à 1). C’est la grande surprise de cette 1ère journée du Groupe A. Avec cette défaite, l’objectif affiché par le Sénégal dans cette CAN devient compliqué. Pour leur deuxième sortie, les Lions du Sénégal croiseront le fer avec la Libye, le 25 janvier prochain, avant la Guinée Equatoriale, le 29 janvier. Le président Abdoulaye Wade qui avait donné tous les moyens nécessaires à cette formation sénégalaise semble être mécontent de cette mauvaise rentrée des Lions à ce grand rendez-vous du football africain.

La Côte d’Ivoire s’impose face au Soudan grâce à un but de sa vedette Drogba

Rassemblés par Alou B HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER