SPORTS : Désordre au sommet du football malien

0

Incapacités, incompétences, caprices de stars sont à la base des contre-performances du football malien depuis le départ d’Amadou Diakité de la FMF, analyse un de nos lecteurs.rn

Le constat est amer aujourd”hui pour tous les amateurs du sport roi au Mali, notre football est dans l”impasse ! Loin derrière, le temps béni des mandats d”Amadou Diakité qui a su donner ses lettres de noblesse à notre équipe nationale et fait renaître l”Aigle malien enseveli sous des cendres. En effet, une jeune équipe de juniors mondialistes, passe seniors et nous fait rêver de Tunis-94 à Bamako 2002. Nous étions de retour dans la cour des grands !

rn

Mais voilà qu”au détour des errements d”un successeur sans scrupule et sans ambition, suivi par un autre grand champion du football d”Afrique, reconnu dans le monde entier, Salif Kéita pour ne pas le nommer, mais qui peine à s”affirmer à la tête de la FMF. le football malien sombre dans les abîmes des querelles d”influence entre le département et la Fédération.

rn

Et hélas ! Pour compliquer davantage les choses, le roi Malamine Konê, y va de ses crises d”ego et d”autorité et perturbe davantage un jeu déjà bien malsain. Ce climat ne peut être que pollueur pour une sélection, qui n”est plus que l”ombre d”elle-même. Un scandale tant nous avons sur papier des joueurs émérites, mais qui deviennent de pâles copies d”eux-mêmes, dès l”instant qu”ils endossent le maillot des Aigles. Hagards, maladroits, les Aigles ne volent pas bien haut, plombés qu”ils sont par des dirigeants irresponsables.

rn

Depuis l”arrivée d”un certain Natié Pléah, route de Koulouba, nous avons l”image d”un ministère crispé sur ses prérogatives, qu”il n”exerce d”ailleurs pas, dans la mesure où comme tout le monde aujourd”hui dans le monde du football malien, il prend ses ordres chez le roi Malamine Koné.

rn

Sourcilleux sur des détails, fermé et inerte dans sa posture, le ministère est devenu un facteur de désordre et de blocage, synonyme patent d”un manque de professionnalisme et de sérieux dans la gestion des affaires sportives du pays.

rn

Une Fédération disqualifiée

rn

Désunie, affaiblie par l”omnipotent Malamine Koné, la FMF est disqualifiée tant son action est paralysée par le roi d”Airness avec lequel elle entretient des relations ambiguës entre haine, crainte et reconnaissance. Et Salif Kéita qui n”a rien à prouver à personne sur le plan aussi bien du sport que de la réussite sociale, n”arrive pas à avoir la sagesse de se retirer de ce piège mortel, dont l”étau se resserre chaque jour davantage sur lui, et dont l”objectif est de museler totalement sa capacité d”action et finalement pour faute de résultats, le faire passer pour un incapable.

rn

Dans son entourage, des conseillers plutôt mal avisés, faute de pouvoir exercer leurs prérogatives au sein de la FMF, face à Malamine Koné et au ministère, affiche un juridisme forcené sur des détails de sponsoring, qui s”ils y voyaient de plus près, sauraient que leurs positions ne correspondent à aucune situation de droit, dès l”instant que des contrats sont signés avec des agences dûment accréditées par le ministère, lequel (il faut le dire) s”empresse de renoncer à ses droits, dès qu”apparaît le roi Malamine dans l”arène.

rn

Malamine, roi d”Airness

rn

Pourtant il avait tout pour qu”on soit fier de lui, nous les Maliens. Parti tout jeune en France, Malamine réussit dans le monde des affaires et impose sa marque dans le monde fermé des équipementiers sportifs. Bravo l”ami ! Mais là où le bât blesse, c”est que malheureusement Malamine gère mal le succès, qui lui prend véritablement la tête !

rn

Star capricieuse, il est irascible va de frasques (ne l”a-t-on pas vu publiquement déchirer son contrat avec la FMF au lendemain de la malencontreuse défaite des Aigles face au Togo) en revirements et impose son diktat à tout ce beau monde, ministère et FMF compris, au regard de ses liens supposés ou réels avec Koulouba. En général dans notre beau pays et en Afrique, ce type de statut est associé à davantage de réserve et d”humilité. C”est cela qui fait la grandeur d”un Didier Drogba, Malamine prend exemple !

rn(correspondance particulière)

Commentaires via Facebook :

PARTAGER