Mise en place du Conseil National de Transition au Mali : L’Union africaine prône la concertation et le consensus

2

Le Président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, accompagné du Commissaire Paix et Sécurité, Smail Chergui, a effectué une visite de travail et de solidarité au Mali du mercredi 18 au vendredi 20 novembre 2020. Il a, à cette occasion, invité à l’approfondissement de la concertation dans un esprit de consensus pour la finalisation de tous les instruments devant faciliter la transition, notamment la mise en place du Conseil National de Transition (CNT) et la gestion de la période transitoire.

Dans un communiqué rendu public, le 20 novembre 2020 par l’Union Africaine, il ressort qu’au cours de cette visite, le Président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a rencontré le Président de la transition,  le Vice-président, le Premier Ministre, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et tous les acteurs politiques et religieux. La mission a également rencontré les parties signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger et des représentants du corps diplomatique accrédité au Mali. Le Président de la Commission, tout en réitérant la détermination et l’engagement inébranlable de l’organisation continentale à accompagner le Mali pour une transition paisible et inclusive, s’est félicité à l’issue de ces entretiens, des avancées notables constatées dans la mise en œuvre des organes de la transition, du dialogue qui anime tous les acteurs maliens. Il a, à cette occasion, invité à l’approfondissement de la concertation dans un esprit de consensus pour la finalisation de tous les instruments  devant faciliter la transition, notamment la mise en place du Conseil National de Transition et la gestion de la période transitoire. Le Président de la Commission a annoncé à cette occasion, l’activation du comité de suivi et de soutien à la transition au Mali décidée par le Conseil de Paix et de sécurité, afin  de coordonner la participation et la contribution de l’Union africaine, de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), des Nations Unies et des partenaires du Mali en faveur de la transition. Le Président de la Commission a exhorté tous les acteurs sociopolitiques à privilégier l’intérêt supérieur du Mali durant cette phase délicate de la vie de la Nation malienne et solidairement œuvrer pour la résolution de la crise multidimensionnelle que traverse leur pays. Le Président de la Commission a remercié les autorités de la transition, la classe politique et les partenaires du Mali pour les échanges francs et constructifs et leur détermination  à promouvoir des solutions consensuelles et inclusives à la crise malienne. Il a exprimé ses vifs remerciements pour l’accueil réservé à la délégation de la Commission de l’Union Africaine.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. C’est claire… La Transition va droit au mur
    Car la junte a menti au peuple, a trompé le peuple, a trahi le peuple!
    Le modèle de CNT qu’elle veut imposer n’est qu’une duperie…
    La junte cache quelque chose et protège un intérêt caché…
    Si haut perché que l’on soit, on chute avec fracas!!!

  2. Moussa FAKI Mahamat, oui pour la concertation, mais non pour le consensus que nous avons toujours dénoncé lors du régime d’ATT (2002 à 2012), car il exclu les sans voix quelque soit leur niveau d’instruction et leur niveau d’implication dans les affaires de nos communautés? Le consensus veut dire “je mange, tu manges, le peuple ne mange jamais”, seul le peuple restera sans nourriture pendant que les minorités mangerons toujours en se moquant du vrai peuple, quelle aberration? Les pays responsables doivent banir à tout jamais ce terme de “consensus” qui exclu sans équivoque les plus méritant. C’est comme ça que ATT a détruit notre très cher Mali en faisant hisser les moins que rien et en mettant en place un système de médiocrité, quelle ignominie? Aujourd’hui le pays est totalement en lambeau avec des cadres sans aucune valeur et pour que ce pays sorte de cet imbroglio compliqué et complexe, il faut beaucoup de dégâts collatéraux. Abat toutes formes de consensus et vive des formes de mérites des cadres et des acteurs de développement du pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here