L’oppositon politique malienne à la rencontre des acteurs… Du Mouvement Démocratique et de la société civile

Les partis politiques membres de l’Opposition ont entamé une série de rencontres avec la société civile et des acteurs du Mouvement des années 90 et à l’origine de l’avènement Démocratique au Mali.

80
Menaces sur la démocratie : L’UNTM et l’opposition s’inquiètent

Hier, une délégation a justement eu une séance d’échanges avec l’UNTM. Sont concertés par cette visite et en plus de la Centrale Syndicale, la CSTM, le  HCIM (le Haut Conseil Islamique), le Groupement des leaders religieux, l’Eglise catholique, l’Eglise protestante, la CAFO, l’APDF, la FENAFOF, la CNSTE civile, le CNJ, la COMODE…

Toutes ces associations et organisations ont déjà répondu favorablement à la demande d’une visite. Signalons que la même délégation doit rencontrer le Premier Ministre. A l’ordre du jour, la situation du pays.

B.S. Diarra

PARTAGER

80 COMMENTAIRES

  1. Nous devons être vigilants avec les TIEBILE et le reste de sa bande. Ils continuent encore alors que ce pays a bien plus besoin de paix que la guerre. Nous avons un ennemi en commun qui est au Nord que nous devons combattre pour retrouver la paix.

  2. Cet article est nul en contenu et en sens. Que le journaliste essaye d’être un plus explicite dans sa rédaction…

  3. Effectivement,l’UNTM ne doit jamais oublier qu’elle est un syndicat,et donc une organisation apolitique.Ces ennemis de notre pays veulent l’associer à leur projet macabre de coup d’Etat.
    Mais ils doivent tous comprendre que le Mali n’est plus prêt de revivre des événements tragiques sur son sol. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  4. Jusqu’à présent nos différentes organisations syndicales avaient bonne réputation mais je parie que le contact avec tiébilé dramé et ses acolytes nous convoient droit au déclin. Nous sommes perdus. Chers syndicalistes n’acceptons jamais que ces truands salissent notre organisation.

  5. Tiébilé cherche encore du soutien. Il l’a fait avec la presse et maintenant les associations des travailleurs. Il ne pourra jamais rallier ces pauvres à sa folie de voir le pays s’écrouler.

  6. Je pense que l’UNTM doit faire beaucoup attention à ce groupe d’irresponsables.
    Le seul but de cette rencontre c’est de chercher à les manipuler pour leur cause diabolique.
    Mais je pense qu’après cette rencontre les membres de ce syndicat qui sont politiquement mûrs,prendront le temps de faire une bonne analyse et tirer de bonnes conclusions.
    Mais avant tout ils doivent comprendre qu’ils ont affaire à de véritables délinquants. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  7. Ces opposants politiquement nuls ne s’arrêteront jamais de courir.
    Cette fois c’était l’UNTM. Où iront ils après? 😯 😯 😯 😯
    Ils peuvent toujours continuer de se promener pour servir leur discours stérile.
    Mais ils doivent comprendre que les maliens ont plutôt besoin d’actes concrets.
    Alors,qu’ils arrêtent nous embrouiller les oreilles… 🙁 🙁 🙁

  8. Que l’UNTM et les autres syndicats de travailleurs sachent où mettre les pieds car Tiébilé et son groupe ont une idée derrière la tête mais avant ils doivent chercher des gens qui vont porter le chapeau.
    Soyez vigilants!
    Ils veulent ternir la réputation de vos organisations.

  9. L’opposition pour être vraiment reconnue et respectée doit revoir sa manière de faire les contestations parce que le pays dispose de structures compétentes dans tous les domaines.
    Et donc lorsqu’il y a un problème il faut demander des explications.
    Au lieu de ça non! C’est les polémiques inutiles qui fragilisent de jours en jours le tissu social.
    C’en est trop qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments et le pays avancer.

  10. Si l’UNTM était apolitique comme ses responsables le disent, ils n’allaient pas associer leur organisation à ses rebelles qui veulent coute que coute faire tomber le Mali dans le chaos.

  11. Tiébilé et sa bande sont allés prendre l’UNTM pour quoi au juste?
    Ou bien ils sont allés leur proposer un autre plan de déstabilisation du pouvoir?
    Nous maliens, on n’a plus besoin des actes qui pourront mettre notre pays en danger et en retard donc que l’UNTM se ressaisisse.

  12. Certes la démocratie est un jeu, mais on se doit de respecter les lois du jeu. Cependant, l’opposition Malienne n’a pas compris cela. Ils sont pour lois l’incitation à la haine,la diffamation et la calomnie. J’interpelle l’UNTM de prendre garde car elle a pour de lutter pour le bien-être de ces syndiqués et de s’immiscer dans les débats politiques.

  13. L’opposition politique veut associer nos pauvres parents dans leurs complots d’intoxications.
    C’est vraiment déplorable. Que les responsables de ces structures syndicales soient objectives dans leurs faits pour ne pas se compromettre.

  14. Je ne sais pas ce qui ne tourne pas rond chez ces gens mais ils ont un problème. Laissez nos parents travailler au lieu de vouloir les associer à votre mascarade. Ils ont mieux à faire.

  15. Les locataires de L’UNTM doivent comprendre que l’opposition est seulement en quête d’allié importante. La démocratie n’a jamais été mise en cause sous le régime d’IBK. Le gouvernement d’IBK prime sur le respect de la démocratie dans tout le Mali.

  16. Cette opposition pense donner des leçons de démocratie à qui dans ce pays?
    Je vous apprends aussi que notre constitution nous demande le respect de l’autorité et du bien publique.
    Mais lorsque vous vous permettez de raconter des sottises sur la personne du président et que vous payez des billet d’avion pour aller dénigrer notre pays à l’extérieur,qu’est ce que vous faites de cette démocratie?
    Arrêtez de vouloir vous faire passer pour les victimes car nous savons qui vous êtes… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  17. L’UNTM est une union syndicale apolitique. En effet, elle a intérêt de se démêler de la scène politique au risque de se décrédibiliser vis-à-vis de ses syndiqués et de la population.

  18. Que cet article nous dise au moins un peu les motivations de cette bande de rebelles. On n’appelle pas ça de l’information. C’est juste un titre que vous avez donné là. Rien de concret ni d’explicite.

  19. On ne bafoue pas l’autorité.Tu le sait très bien que IBK est un président honnête , précis et pragmatique.
    Vous les opposants faites de la politique tellement précoce que prématuré alors ne soyez pas aussi lâche.
    IBK est là et le peuple est avec lui.

  20. Ce qui est aberrant dans cette histoire c’est les religieux qu’ils associent à leur action qui est le comble. Il ne faudrait pas salir le nom de ces honorables personnes à travers ces campagnes de diffamations.

  21. L’opposition malienne est vraiment de mauvaise foi.Elle ne cherche qu’à dénigrer le Président aux de son peuple.
    Mais le débat n’est plus à ce niveau.Les maliens ont besoin d’un président travailleur comme IBK.
    Celui qui pense qu’il est capable doit se préparer pour attendre 2018.
    Mais pour le moment laissez le président travailler… :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  22. Si l’opposition estime qu’il y a un problème quelconque dans la société ; le médiateur de la république est là pour ça. Mais qu’elle laisse nos responsables de syndicats vaquer à leurs occupations. Ils n’ont que faire de leurs sottises.

  23. Le Mali est un pays démocratique et depuis l’arrivé d’IBK au pouvoir la liberté d’expression est toujours respecter. Je pense que c’est l’opposition qui abuse plutôt de la marge de la liberté d’expression.

  24. Qui se justifie s’accuse, dit-on. En fait l’opposition cherche toujours à se justifier de ces dérives politiques. Pour ce faire, elle est en quête permanente d’allier pour sa cause.Donc, j’attire l’attention de ‘UNTM de ne pas tomber dans ce jeu.

  25. Au lieu de tourner autour du pot IBK est à Bamako. Si l’opposition reconnait ses torts ; qu’elle demande une audience pour présenter officiellement ses excuses à IBK et on avance. Qu’elle soit humble pour une fois.

  26. l’UNTM est un parti en de progrès et manque de sagesse .
    Ces deux partis se sont rencontrés pour juste appliquer leur complot
    sur l’état actuel .Mais malheureusement c’est un échec d’office car la vrai opposition c’est le fait de lutter pour la paix et le terrorisme au mali et en Afrique

  27. Nul gouvernement ne peut-être longtemps solide sans une redoutable opposition.
    L’état malien est pour la liberté du peuple. S’il n’ y avait pas de démocratie l’opposition n’allait jamais exister.
    Vous savez Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres.
    Le peuple vise Grand avec IBK car jusqu’actuellement il a fait des choses grandioses pour le Mali.

  28. La politique n’est passionnante que dans l’opposition.
    Mais il faut savoir s’opposer en démocratie car même si Ce sont les démocrates qui font les démocraties, c’est le citoyen qui fait la république.
    Pour le peuple malien, S’opposer n’est autre que proposer. Une opposition sans proposition n’est qu’un mouvement d’humeur .Les opposants maliens n’ont jamais apporté des propositions belles et précises pour le besoin du peuple.Nettement parlant ils ont l’esprit sur le fauteuil présidentiel.
    l’UNTM doit commencer d’abord à conscientiser ces différents opposants à respecter l’autorité du mali.

  29. Moi je pense que ce que les opposants maliens font c’est de la lâcheté politique.
    Ils pensent qu’ils soulèvent ce qui ne va pas dans le pays.
    Pourtant ils sont des bavards qui ne peuvent apporter aucune solution pour le bien être des maliens.
    Alors,qu’ils se taisent s’ils n’ont rien de bon à dire. 8) 8) 8)

  30. Être démocrate, ce serait agir en reconnaissant que nous ne vivons jamais dans une société assez démocratique.
    IBK sait que le mali est un pays démocrate qui a la liberté d’expression c’est pourquoi il accepte les tracts et les injures provenant des opposants.

  31. La politique est la science des hommes forts et pour cela il faut plus de sérénité.
    Ils ont raison la démocratie est menacée mais par qui ?
    Sachons tous que le PARENA et d’autre partie de l’opposition menace cette démocratie , en s’attaquant au pouvoir actuel.c’est une sorte de coup d’état qui engendre souvent la guerre Alors Chers maliens et malienne tous unis la liberté malienne et qui parle de liberté parle également de IBK

  32. L’U.N.T.M doit faire preuve d’intelligence quand à cette démarche de l’opposition . Assurément, elle a été déterminante lors de l’avènement démocratique de notre pays. Mais, Elle doit se garder d’être utilisé comme moyen de pression ou arme de combat par des ennemis de la Nation.

  33. La liberté est une plante qui croît vite, une fois qu’elle a pris racine.
    IBK est la racine de la liberté malienne.
    Le reste ne sont que des opportunistes qui ne se contentent que du pouvoir.
    VIVE IBK

  34. Dans tous les cas,IBK ne fait rien avec ces incapables de Tièbilé et sa bande.
    Ce qui est important pour lui c’est le bien être de sa population et il fera tout pour atteindre son objectif.
    Merci Président pour tous tes efforts… 😛 😛 😛

  35. Tous les maliens savent que IBK est l’homme qu’il fallait au Mali.
    Et depuis qu’il est arrivé il ne fait que le prouver.
    Ces petits messieurs ne pourront en aucun cas l’ébranler car c’est un homme intègre.
    Vive IBK,vive le MALI. 😀 😀 😀

  36. Je sais que l’UNTM et les autres associations ne tomberont pas aussi bas pour suivre des bandes d’idiots dans leur soif de destruction de ce pays. Elle a les échos de ce qu’ils font contre le pouvoir

  37. TIEBILE ET SOUMI pensent qu’ils sont des exemples dans ce pays. Je veux savoir ce qu’ils ont apporté à ce pays sous leur gouvernance. Leur problème c’est qu’ils veulent ”bouffer” avec le pouvoir alors les connaissant, IBK a refusé car il a besoin de compétences pour sortir le pays du chaos qu’ils l’ont plongé

  38. « C’est l’essentiel de notre démocratie qui est en jeu pour la simple raison qu’il n’y a pas de démocratie sans opposition. Et il n’y a pas d’opposition sans liberté d’expressions et liberté d’opinion »,
    Ils doivent être responsables et avoir l’amour du pays car ceux la sont des mange-mille qui cherchent à se remplir la panse que de servir ce pays

  39. depuis 2013, je n’ai jamais appris qu’une manifestation d’opposants a été réprimée ou encore qu’un chef d’opposants est arrêté malgré les bêtises de TIEBILE, il est en liberté et dort tranquillement dans son trou à rat de maison

  40. Pendant qu’ils font le bruits comme s’ils étaient au claire de lune, IBK est au travail avec des projets de société très cohérents pour l’ensemble du pays.
    Et vous dormez IBK avance

  41. Tout gouvernement a forcément besoin de l’opposition, si réellement cette opposition a la bonne volonté que le pays avance sans rancune politique contre le régime en place. Mettons le Mali avant tout pour le bien de nous tous. Le Mali d’abord!!!!

  42. Une loi a été adoptée pour faciliter et mettre en sécurité l’opposition. Je pense que cela est une preuve pour le respect et la sauvegarde de la démocratie malienne. Mais on n’apprécie jamais ce grand geste démocratique au nom de celui qui a été la cause de ce geste. Merci IBK vous êtes un nationaliste et un grand démocrate.

  43. Une opposition de merde et de polémique. Aucun d’entre ces opposants n’a une fois eu le courage ou la conscience de faire un don aux famas, ni aux femmes veuves des famas, ni les réfugiés. Mais si je vois parler cette opposition au nom des maliens je vous le jure que cela me donne l’envie de pleurer.

  44. L’opposition doit avoir la conscience de l’ambition commune pour le pays avec le gouvernement. Ces critiques stériles ne vont rien nous servir, chacun doit mettre l’intérêt du pays au-dessus de tout et avant tout. Unissons-nous, c’est l’union qui fait la force. Le Mali d’abord !!!

  45. Pourquoi nous nous interrogeons ?

    Nous nous souvenons comme si c’était hier d’ATT expliquant que Soumaïla Cissé était venu le voir pour sa question d’employabilité. En clair, plaider sa propre cause. Et, comment ATT a fait pour le faire désigner à la tête de la Commission de l’UEMOA. C’était pathétique. Nous nous souvenons de l’interview d’IBK à Jeune Afrique. Le journaliste François Soudan posa cette question à IBK : «Pourquoi ne pas avoir voulu, pu ou su ramener à vos côtés un opposant tel que Tiébilé Dramé ?». La réponse d’IBK va au-delà de Tiébilé Dramé. Elle incrimine aussi Soumaïla Cissé. Voici la réponse d’IBK : «Le lundi 23 septembre 2013 au soir, après avoir raccompagné à l’aéroport le roi du Maroc, qui m’avait fait l’honneur d’assister à mon investiture, j’ai reçu au salon officiel, à leur demande, Soumaïla Cissé et Tiébilé Dramé. Après m’avoir félicité, ils m’ont demandé de repousser la date prévue pour les législatives –ce que j’ai immédiatement refusé, pour des raisons évidentes de crédibilité internationale. Tiébilé Dramé a alors pris la parole pour m’assurer de leur disponibilité commune à m’accompagner dans toute mission dont je les estimerais dignes. J’ai répondu que j’en étais fort aise et que le temps nous donnera à voir. Je n’en dirai pas plus.»
    Et ATT et IBK à cette date n’ont pas encore été démentis. Ils ne le seront à jamais. Et, humainement, il est difficile de soutenir qu’ATT et IBK aient agi de concert. Les deux événements sont distants de presque dix ans et résument un même état d’esprit. C’est ce que les Antillais appellent «PROFITATION».

    Ce que Soumaïla Cissé doit comprendre

    Au prétexte de la crise du Nord, il ne peut pas, il ne doit pas chercher à intégrer le gouvernement. Il est le chef de file de l’opposition, entrer personnellement dans le gouvernement ou faire entrer son parti URD doit illico presto lui faire perdre les avantages d’être chef de file de l’opposition. Si rien ne s’oppose, vu le contexte malien à être du gouvernement et en même temps chef de file de l’opposition, la morale doit avoir peut-être son mot à dire. Ouf ! Enfin, la morale est subjective. Nous savons qu’il est très difficile d’être opposant en Afrique. La tentation est forte de vouloir créer les conditions favorables à préparer l’opinion à faire partie du gouvernement. L’ami Tiébilé Dramé et ses sbires ne diront pas le contraire.

    IBK doit comprendre que s’allier avec certains de ses opposants n’est gage ni de pérennité ni de succès. Les acteurs de la vie publique sont trop nombreux pour savoir par où le mal peut surgir. Seule une gestion honnête et efficiente est la clé du succès. Malheureusement pour le Mali, IBK est pire que ses prédécesseurs. IBK, peut-être pour avoir une certaine paix, fera cette ouverture tant souhaitée, tant suscitée, tant chantée. Mais, en toute vérité, le Mali n’a pas besoin d’un gouvernement d’union nationale. Il faut accepter ne pas faire partie du partage du gâteau.

    Soumaïla Cissé, il y a un brillant professeur de droit public à Paris I Panthéon Sorbonne, qui aime dire aux étudiants de première année de droit, à qui il enseigne la méthodologie que : «Ce n’est que dans le tiercé que le désordre rapporte quelque chose et même dans ce cas, il rapporte moins que l’ordre.» L’ambivalente ambiguïté n’aura pas pignon sur rue. On a tout compris. À vouloir à tout prix faire partie d’un gouvernement, on finit par perdre le peu de crédits que l’on a. Et à terme, se faire rejeter comme une eau usagée. Ce qui est valable pour Soumaïla, l’est pour Paul comme pour Jean. QU’ALLAH NOUS SAUVE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  46. Une opposition qui ne discute jamais l’avenir de ce pays mais des conférences d’acharnement et chacun d’entre eux cherche à se faire aimer. Sinon si c’est pour la même cause pourquoi ne pas choisir quelqu’un pour dénoncer chaque à votre nom

  47. « Je ne suis pas leur égal, ils ne peuvent pas être mes opposants, Dieu et les Maliens m’ont placé au-dessus d’eux. Ils peuvent s’opposer au RPM par exemple, mais pas à moi ». ..” N’A-T-ON PAS ENTENDU QUELQUE CHOSE COMME CA DANS UN PASSE RECENT?

  48. Nous avions ici au Mali des opposants qui ne songent pas à l’intérêt du pays et qui changent à tous les temps ce qu’ils disent. Ce que les opposants maliens doivent comprendre, la gestion des affaires de l’Etat est un problème de l’autorité légale comme de l’opposition. Comme Soumaïla l’a dit dans une conférence de presse «Les partis politiques de l’opposition sont tenus de respecter les autorités légalement établies ; d’œuvrer à l’instauration d’une culture démocratique par l’information, la formation et l’éducation des citoyens. Aussi doivent-ils veiller au respect de la souveraineté nationale, de l’intégrité du territoire, de la forme républicaine de l’Etat, de l’unité nationale et de la laïcité de l’Etat» Mais malheureusement qui ne songe pas de la même sorte. Quand les djihadistes ont frappé CHARLI HEBDO, tous les opposants et politiciens français ont apporté leurs soutiens au président de la république française, plus précisément NIKOLA SARKOZY, il a été reçu à l’Élysée par FRANÇOIS HOLLANDE pour qu’ensemble, ils trouvent une solution rapide à cette crise qui était un problème de tous les français et même la situation du vendredi 13 Novembre doit servir les opposants maliens une bonne leçon comment les français se sont mobilisés derrière leurs président. A vous nos acteurs

  49. Ces opposants sont des vrais virus ils essayent de se propager entre nous. Ils veulent embobiner tous les maliens avec leurs virus d’égoïsme et d’inconscience. Le Mali d’abord, avant tout et après.

  50. Il faut dire aux petits messieurs de ne pas mêler les autres maliens conscients de la situation du pays dans leurs conneries. On veut la stabilité et le calme dans ce pays, il est temps que nous tournons la page. Je demande à tous les maliens de laisser à côté nos convictions et mettre l’intérêt du Mali devant tout et au dessus de tout.

  51. Le président Ibrahim Boubacar Keita a été élu avec un score de 77% des maliens. Pour ce fait, il porte la confiance de chacun de ces maliens qui ont votés pur lui en 2013. Une confiance que nul ne doit briser même pas lui IBK. Croyez-moi, l’opposition a beau fait, elle ne pourra pas mettre le peuple contre IBK.

  52. Cette opposition malienne n’a aucune dignité, elle ose parler de démocratie tandis qu’elle abuse de cette démocratie pour semer le trouble dans le pays.

  53. Chers compatriotes, l’opposition malienne ne veut pas le bonheur du Mali. Ouvrez les yeux et regardez la réalité en face. Il ne suffit pas d’élire quelqu’un mais de l’accompagner dans son exercice. De la même façon que nous avons élu IBK, il est de notre devoir aussi de le soutenir sans hésitation. Comprenons que le Mali n’en restera pas là.

  54. Les maliens ne risqueront rien ayant comme un président IBK, l’homme loyal et stratège. Cet homme de la situation, peut sauver le Mali aujourd’hui et il en est capable aussi. On doit le soutenir et laissé cette opposition.

  55. Finalement l’opposition est prête à tout pour détruire le Mali IBK. Malheureusement peu de malien comprenne l’intentions de cette opposition. Raison pour laquelle le gouvernement malien a du mal à s’imposer face à son peuple.

  56. En tant que patriote, les maliens doivent chercher à comprendre les jeux troubles de l’opposition. Ces individus s’unissent contre notre pays, ils ne voient pas le Mali, ils voient la tête d’IBK. Or, s’ils touchent à IBK, c’est au bonheur du Mali qu’ils nuiront.

  57. L’opposition malienne joue à un jeu extrêmement dangereux avec la population malienne. Elle ne vise que son intérêt, pour cela elle passera par tous les moyens pour y parvenir. Elle tapé toutes les portes en vain, maintenant elle abuse de la liberté d’expression pour provoquer une guerre civile au Mal.Pfffffffffffffffff

  58. Je ne suis pas contre l’opposition malienne, je ne suis pas non plus pour. Mais de toutes évidence, ces opposants ne veulent pas voir le Mali IBK débout. Ne se reste que ce tract qu’elle a organisé à Paris est un acte à condamner. Elle peut au moins gardé ces rancunes pour IBK, mais pas pour tout le Mali entier.

  59. Dans un pays où le retour de la paix est primordiale, il ne doit pas y avoir de l’opposition ni de majorité. Mais force est de reconnaitre que ces opposants ont non seulement refusé d’adhérer au gouvernement. Mais en même temps œuvrent pour replonger le pays dans la crise en inventant des scandales fictifs sur le président de la République.

  60. Réveillez-vous, Réveillez-vous, Réveillez-vous chers maliens, l’opposition malienne veut déstabiliser notre chère patrie. Depuis l’accession d’Ibrahim Boubacar Keita à la tête de la magistrature suprême la démocratie et la liberté d’expression sont devenu une arme pour l’opposition de mener sa lutte contre la personne d’IBK. Pis, contre l’avenir du Mali tout entier.

  61. Certes, il y a eu quelque erreurs dans la gestion du pays, normal ceci arrive car personne n’est parfait. Mali d’une manière générale la gestion du pays est très bonne car lentement mais surement le pays est en train de se redresser.

  62. Les opposants font comme si le gouvernement avait tourné le dos à son peuple, non. Loin de là, le gouvernement ne tournera jamais le dos à son peuple, car le pays travers l’une des crises les plus difficiles de son existence. IBK et son gouvernement tiennent très bien la gouvernaïlle du navire.

  63. « L’opposition n’est pas l’ennemi du président IBK ». Cela est tout à fait vrai, l’opposition depuis un certain temps nous prouve le contraire par sa mauvaise manière de travailler et d’agir.

  64. De nos jours l’opposition à faillir à son devoir. L’opposition malienne a perde toute sa crédibilité car elle ne fait que attaquer le régime en place mais ne propose rien de concret. L’opposition ne doit pas que critiquer mais proposer des solutions pour une sortie de crise et bonne gouvernance du pays.

  65. Je lance un vibrant appel à tous les acteurs politiques notamment ceux de l’opposition, si les critiques pouvait régler la situation politique au MALI, nous n’en serions pas là. Nous devrions passer à d’autres étapes celui de soutenir le régime ou de même de proposer des idées neuves.

  66. L’opposition tente à tout prix de tourner toute les souches sensibles en leur faveur. Pendant que le gouvernement se bat à trouver une sortie de crise favorable, l’opposition se charge de dessoude les souches de la société, travail remarquable d’une opposition qui se dit patriote.

  67. Le Mali est un Etat de droit et démocratique. Ce dont les plaignants n’ont pas compris ou ignorent le PM les recevra et les écoutera comme de droit, il leur fera part de la bonne gestion du pays. C’est cela la démocratie, le régime d’IBK n’a rien d’extrêmement grave à se reprocher au contraire, l’on ne peut la féliciter de sa bonne politique de gouvernance.

  68. L’action de l’opposition ne me fait pas de la peine, mais plutôt celui des religieux et de l’UNTM. Toute ces regroupements peuvent mieux faire valoir leur voie en cas de problème existent, sans évidement le concours de l’opposition. L’opposition est en train de les amenés à prendre part à la politique, d’une manière plus ou moins aveugle.

  69. Je pense que l’opposition ignore la situation du pays ou il s ‘en foute de la situation dont traverse le pays. L’heur n’est pas conflit d’intérêts mais plutôt à la quête d’une sortie de crise politico-sécuritaire.

  70. L’opposition à la quête d’alliés de taille, elle a fait croire à toute ces associations et groupements religieux qu’elle combat pour la bonne cause, alors que l’opposition est en train de jouer à un jeu de dupe avec tous ces groupements religieux et associative et tant d’autre.

  71. L’opposition malienne est en train de faire une prise de conscience. Mais je doutes fort si quelque chose ne se réfugie pas derrière cette idée de l’opposition. Mais tout compte fait le président ne fera plus confiance aux leaders de cette opposition. Car au début de son mandat ces mêmes leaders s’étaient montrés disponibles pour aider IBK et après ces mêmes personnes se sont tournées contre lui. 👿 🙄 🙄

  72. Je sis carrément dépassé par une question, mes compatriotes. Aidez-moi à savoir si l’opposition malienne, avec à sa tête Soumaïla Cissé et Tièbilé Dramé, peut faire quelque chose pour aider cette nation en proposant des choses sérieuses à IBK? 🙄 🙄 😈 😈 😈

  73. Méchage : Les roquets et les perroquets.
    Le moins que l’on puisse dire c’est que l’opposition, ou disons le carrément, le Parena réagit au quart de tour. Les responsables de ce parti ne ratent jamais une occasion pour parler (souvent ils manquent des occasions pour se taire). C’est une qualité qui fait défaut à beaucoup d’hommes politiques qui brillent par une prudence excessive qui frise souvent la frilosité. La prudence, la frilosité, le Parena ne connait pas. Ce qui a pour conséquence souvent des dérapages, parfois des excès, et même des outrances. Mais cela n’est pas l’objet. Pour reprendre le fil, nous disions que le Parena réagit au quart de tour. Nous avons l’impression que les responsables de ce parti ressemblent à ces chasseurs de tornades. Dès qu’il y a un petit vent qui se lève, ils trouvent espoir à le transformer en tornade. En tout cas, le Parena développe depuis deux ans dans une formidable propension à voir des scandales partout, à voir dans n’importe quel marché une surfacturation sur fond de délit d’initié donnant lieu à des rétro-commissions. Et souvent le Parena ne prend aucune précaution pour préserver sa crédibilité. Ce qui est malheureux pour le débat dans la mesure où ce parti regorge de vrais talents. La preuve de ce que nous disons est cette histoire de tracteurs subventionnés par l’Etat pour aider les paysans. Pour le moment, le Parena est le seul (peut-être avec ceux qui n’ont pas enlevé le marché) à y voir des problèmes. Le Parena parle de marché passé sans appel d’offres, par entente directe ; parle de surfacturation, de rétro-commissions ; de scandale, etc. De ce que nous en savons, tout cela n’est que balivernes. Face à la réaction par journaux opposés du gouvernement, le Parena souhaite qu’il y ait un débat contradictoire à la Maison de la Presse avec le ministre du Développement rural. Professionnels de l’agi-prop, les responsables du Parena voudraient que le débat soit radiotélévisé. Ils savent bien que le gouvernement n’acceptera pas. Pour la simple raison que les espaces de débat contradictoires ne manquent pas. Le Parena qui a des élus à l’Assemblée n’a qu’à interpeller le ministre du Développement rural. Arguments contre arguments, preuves contre preuves, ils pourront débattre à souhait, devant les députés et devant les Maliens qui les suivront grâce à l’ORTM.

    Avant cette histoire de tracteurs déjà, le Parena avait fait la preuve de sa propension à ne rien laisser passer à l’occasion du deuxième anniversaire de l’accession d’IBK au pouvoir.Quitte à faire preuve de mauvaise foi. Le président de la République avait accordé un entretien à deux confrères de la presse audiovisuelle. L’entretien du président IBK a été diffusé la nuit du vendredi 4 septembre sur les antennes de l’ORTM et d’Africable. Dès le lendemain samedi, le Parena qui semble disposer d’une permanence hyper active a réagi. Ayant lu ce que le parti de l’opposition a écrit, nous nous sommes rendus compte qu’il est arrivé au Parena ce qui arrive généralement à ceux qui confondent vitesse et précipitation.

    En effet, même une lecture rapide permet de constater que le Parena était plus pressé de répondre au Président de la République que de l’écouter. Ceux qui ont eu le stylo rapide devaient avoir une oreille pour le moins distraite. Nous donnons un seul exemple. Dans sa réaction, le Parena réduit l’intervention d’IBK concernant l’équipement de l’armée aux seules tenues militaires. Avec une certaine perfidie, la réaction note que « Pour le président de la République, équiper l’armée c’est acheter pour les militaires (à des prix faramineux) des uniformes, des chaussettes et des chaussures!
    Est-ce avec des “uniformes impeccables” que nos soldats vont défendre l’intégrité du territoire et vaincre le terrorisme? ». Bien sûr que non, ce n’est pas avec des « uniformes impeccables » que l’armée fera la guerre. Mais comme le dirait l’autre, « même si l’habit ne fait pas le moine, il fait partie du moine ». La fierté de voir les militaires tout fiers et heureux de défiler dans des tenues propres avec des godasses bien cirées et des chaussettes assorties est partagée par tous les Maliens. Le Chef suprême des armées ne veut pas rentrer dans le détail des équipements militaires parce que n’en déplaise à ceux qui font la gorge chaude à toutes les occasions, ces domaines là sont sensibles et relèvent du secret-défense. Toutefois, IBK a parlé des « 12-7 et des 14-5 dont la puissance de feu est significative pour le militaire ». On est bien loin de la seule perception vestimentaire des équipements de l’armée. Cela revient à ce qui nous disions : le Parena voulait plus répondre avant d’écouter.

    Le Parena n’est pas seul à tomber dans les excès et mêmes les outrances. SoumaïlaCissé, celui qui a été décrété chef de l’opposition, n’y va pas de main morte.“Le bateau Mali tangue dangereusement et le pilote navigue à vue sans main ferme au gouvernail” affirme-t-il. Et d’égrainer la longue des « scandales », attestés selon lui par le Bureau du Vérificateur général, la Cour suprême, et le FMI et la Banque mondiale. Bien entendu, tout ce qu’il dit n’est pas faux. Et d’enfoncer le clou lors d’une conférence de presse exclusivement dédiée aux deux ans d’IBK. Un seul mot traduit selon lui ces deux ans : « désillusion ». Nous pensons qu’il fait preuve d’une solide mauvaise foi. Primo, SoumaïlaCissé aurait pu dire, dans « l’affaire » des équipements militaires, que la Cour suprême n’a jamais mis en doute la légalité des achats des équipements militaires. Secundo, pour reprendre les propos d’un de ses illustres dévanciers dans l’opposition, « les rapports du Bureau du Vérificateur général ne sont ni la Bible ni le Coran » (l’un des opposants actuels sait bien cela dans la mesure où c’est la justice qui l’a blanchi alors qu’il avait été sérieusement noirci par la CASCA). Tertio, le président de la République a déclaré que tous les dossiers ont été transmis à qui de droit, c’est-à-dire la Justice. La séparation des pouvoirs voudrait que chacun reste à sa place. Ils auraient été les premiers à crier à l’instrumentalisation de la Justice si l’Exécutif avait donné des indications.

    Nous, nous pensons que le Mali mérite mieux qu’une opposition au rabais. Nous avons la chance d’avoir comme animateurs de cette opposition des hommes et des femmes qui connaissent l’Etat pour l’avoir servi au plus haut sommet, sur le plan administratif (Premier ministre, Ministre d’Etat, Super ministre, multi-ministre, etc.). Nous ne parlons pas des postes électifs ou des postes occupés à l’international qui leur donne de la valeur ajoutée et leur confère une notoriété certaine. Ils connaissent l’Etat et ses points de fragilité. A notre avis, ils devraient être une chance pour la démocratie, pour la République, pour le Mali, pour les Maliens. Cela suppose qu’ils sortent un peu du bois en disant la vérité quand cela est possible pour eux ou à se taire quand ils ne peuvent pas dire la vérité. Seule la vérité construit la démocratie. Pour cela, leur relation aux faits doit être exacte. En donnant des faits qui ne sont pas fondés, en les commentant à la limite de la caricature dans un pays où le ressenti est souvent dominant, en excitant l’opinion, ils n’aident pas à la construction citoyenne ; ils ne tirent pas le système démocratique par le haut. Et puis, soyons francs, les Maliens n’attendent pas d’eux qu’ils se comportent comme des roquets, aboyant pour un oui et mordant dans tous les mollets à portée de leurs dents pour un non.

    Comme visiblement les opposants étaient plus préoccupés à préparer leur réponse au président de la République qu’à l’écouter, nous allons leur rappeler des propos qui ont dû échapper à leur oreille distraite. « Je ne suis pas leur égal, ils ne peuvent pas être mes opposants, Dieu et les Maliens m’ont placé au-dessus d’eux. Ils peuvent s’opposer au RPM par exemple, mais pas à moi ». Voilà grosso modo ce qu’IBK pense de leur réaction. En français facile, cela veut dire qu’ils ne boxent pas dans la même catégorie que le président de la République, IBK est le Président pour tous les Maliens, donc y compris ceux qui ont voté contre lui. Ce n’est pas dédain de la part d’IBK que de leur indiquer le parti RPM. Au contraire, nous pouvons affirmer que le président de la République admire le travail mené par l’opposition. Nous nous rappelons de ses propos fort élogieux tenus à Sikasso à l’endroit de la minorité ; et fort justes ajouterons. Rencontrant les partis de la majorité, IBK leur a dit que l’opposition est plus visible.

    Nous devons reconnaître que les partis qui tiennent lieu de majorité présidentielle ne sont pas à la hauteur. Le RPM qui doit être la locomotive de cette majorité est empêtrée dans des querelles intestines et byzantines. Jamais dans l’histoire du Mali démocratique nous n’avons vu un parti aussi divisé. La lutte pour les places y bat son plein. Il nous est arrivé de nous poser la question de savoir si ceux qui dirigent le RPM n’ont pas ouvert la succession d’IBK. En tout cas, leur comportement laisse songeur. En plus, au motif qu’ils auraient passé dix ans dans l’opposition, les responsables de ce parti ont les yeux plus gros que le ventre. Ils veulent tout prendre, oubliant que d’autres partis sont à leurs côtés, que d’autres partis ont contribué à la victoire électorale de 2013. Hormis la course aux postes, on ne les sent nulle part.

    C’est avec plaisir que nous revenons sur les propos d’IBK lors de sa récente tournée à Sikasso : «Je ne vous sens pas dans le débat, alors que c’est vous qui constituez la majorité. Ceux qui sont minoritaires sont plus visibles que vous. Je ne vous sens pas. Je vous sens frileux. Vous n’avez pas de complexe à vous faire. Je ne vois pas quel combat un combattant frileux va gagner. Si déjà devant le ring, tu trembles, je ne sais pas où tu vas ». On peut dire que le président IBK sait de quoi il parle. Sur aucun des grands chantiers qu’il a menés, le RPM et ses alliés ont été absents. Sauf quand le Président leur a remonté les brettelles. Là, ils accourent ventre à terre pour reprendre, tels des perroquets, les propos présidentiels.

    Avant Sikasso, on se rappelle que l’année dernière, presqu’à la même période, les recevant à Koulouba, le président IBK leur avait dit ceci : « vous m’avez laissé sur ma faim ». C’était suite à un meeting de soutien organisé dans la salle des 1000 places du CICB. La centaine de parti soutenant IBK n’avait pas été à mesure de remplir la salle au 1/3. Il aura fallu toute l’ingéniosité des monteurs de l’ORTM pour faire illusion en masquant péniblement les nombreuses places restées vides. Le président de la République avait surtout été déçu par le contenu des messages. Nous étions en plein tempête autour de l’achat de l’avion et des équipements de l’armée. Frileux comme des poules mouillées, les responsables de la majorité présidentielle qui avaient la possibilité de disposer de toutes les informations afin de contrebalancer ce qui se disait n’ont rien trouvé de mieux à dire que « le président est trahi par des gens en qui il a placé sa confiance ». Pathétique. Tout simplement pathétique.

    Il faut croire qu’ils n’apprennent ni de leurs erreurs ni de leurs absences. En effet, personne ne les a vus ou entendus pendant ces moments d’interrogations sur le contenu de l’Accord de paix et son application. Nous serions tentés de dire que ce n’est pas leur affaire. D’où l’ire présidentielle à Sikasso. « Il faut oser dire la vérité aux Maliens. Ce que nous avons fait est appréciable. Il faut que cette majorité s’imprègne de l’Accord de paix et de réconciliation, parce que c’est cela votre devoir», a déclaré le Président de la République à ses partisans.Pour justifier l’incurie et l’inanité ambiantes, un respectable cadre du RPM a fait une sortie pour le moins malencontreuse. Nancoma Kéita pour ne pas le nommer, connu pour être quelqu’un de très sobre, a déclaré devant ses militants de la Commune II : « « Sachez que la conquête du pouvoir est plus difficile que l’exercice du pouvoir surtout dans le contexte actuel que vous connaissez tous. Au-delà de tous ces aspects, le président IBK est au pouvoir mais retenez que ce sont ses adversaires politiques qui ont les leviers du pouvoir. Ce sont eux qui sont dans l’administration, à la police …car le président ne veut pas se limiter à sa seule famille politique pour la gestion des affaires publiques. Et, à l’heure du bilan, ce sont ces mêmes personnes qui vont critiquer sa gestion. Donc faites attention, resserrer les rangs autour du président pour ne pas faciliter la tâche à nos adversaires surtout à l’aube des élections communales ». Comme le dirait Jacques Chirac, c’est tout simplement « abracadabrantesque ».

    Et pour ne rien arranger à leur situation, les partis de la majorité présidentielle ont complètement raté le deuxième anniversaire de l’investiture d’IBK. Toujours à la manœuvre et dans ses œuvres solitaires, c’est semble-t-il la veille que le RPM a informé les autres partis de la tenue d’un meeting de soutien au président IBK le samedi 5 septembre. Si c’est ça un soutien, IBK devrait s’inquiéter sérieusement. La majorité, fidèle à elle-même, n’a pas été capable de remplir la salle des 1000 places du CICB. Même les efforts des monteurs de l’ORTM n’ont pas pu masquer le vide sidéral dans la salle. Quand l’incapacité de mobilisation atteint ce niveau, c’est très inquiétant. Tout cela parce que ceux qui veulent tout faire à eux seuls, en se cachant aux autres, ne sont pas à la hauteur. Et ils sont pourtant prompts à jouer les perroquets.

    Talfi

  74. S’il s’agit de critiquer notre opposition est toutes les conditions. Malheureusement quand il s’agit de faire des propositions, elle se déclare en carence de moyens, comme le font Soumaïla Cissé et Tiébilé Dramé sur la scène politique. Je déteste cette opposition et je ne veux pas les acteurs de la société civile reçoivent cette honte, l’opposition je voulais dire. 💡 💡 🙄 🙄

  75. Si cette nouvelle démarché tant à aider le régime en place elle est la bienvenue. Sinon c’est seulement une opposition républicaine digne de ce nom qui peut aider le président de la république. Mais l’opposition que nous avons ne peut pas aider IBK dans la gestion du pays. Il faut que cette opposition fasse des preuves de vouloir aider pour que nous comptons sur elle. 😯 😯 😛 😛 💡 💡

  76. L’opposition malienne est remplie de bouffons, de voleurs, de détracteurs qui ne peuvent s’opposer à quoi que ce soit, ils ne font que de la spéculation, ils critiquent juste pour qu’on ne dise pas qu’ils ne sont que spectateurs dans ce pays, sinon ils ne disent rien de concret. 😥 ➡ ➡

  77. Tous nos amis ne sont pas forcément nos amis et tous nos ennemis ne sont pas forcément nos ennemis. Donc il faut savoir cerné la réalité pour ne pas tomber dans le piège. Tièbilé est dans l’ombre un partisan et dans la lumière il est un opposant. Tout cela pour espérer à une poste politique un jour. D’ailleurs c’est toute l’opposition qui est comme cela. Donc je demande aux acteurs de la société civile de ne pas accorder trop d’importance aux propos des leaders de cette opposition. 😛 😛 💡 💡

  78. La démocratie est une opposition et une majorité. Et il ne peut pas y avoir de vraie démocratie sans une opposition compétente et digne. Mais dites-moi, croyez-vous qu’on a une telle opposition qui peut faiee la fierté de la jeunesse? Ce marché n’ira pas loin, croyez-moi. 😀 😀 😛 😛

  79. Le problème avec l’opposition malienne est qu’elle n’inspire rien et ne défend absolument rien. L’opposition de notre pays est assimilable à un bébé qui pleure sans aucune raison. Excusez-moi, même le bébé pleure pour des causes contrairement à nos opposants. 😯 😯

  80. On attend de cette opposition des actes tendant à faire sortir notre nation de cette crise. Mais malheureusement que cette opposition n’est pas prête à se battre pour la cause de la nation mais pour celle de ses membres. 😳 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.