Le mariage temporaire : Palliatif à la débauche et au vagabondage sexuel

8
Chérif Mballo
Chérif Mballo

Avec courage et lucidité, mais surtout avec résolution, il aborde sans masque la question, quelque peu taboue sous nos tropiques, du mariage temporaire. C’est que Chérif MBallo n’est pas homme à se défausser de ses responsabilités de leader religieux, qui plus est, de Cheikh dans la sublime voie des Imams Ahloul Beyt. Le voilà donc qui introduit le débat, les yeux dans les yeux, sans perdre son légendaire sourire. C’est parti, la parole est à tous.
 

Le message de l’Islam n’a jamais changé et ne changera jamais .Il continue et continuera à s’adresser à l’être humain, au plus profond de sa conscience. Cette conscience qui, dans la recherche du bonheur, fera toujours la différence entre le Bien et le Mal, le Vrai et le faux.

Comme nous le savons bien, l’Islam du Prophète Mohammed (PSLF) est venu pour répondre aux besoins de l’homme pour une société idéale où tout sera mis en œuvre au service de l’homme : en un mot, pour tout ce qui touche à la condition humaine.

 

Mais, malheureusement, des déviances sont légion à cause de la falsification d’une grande partie de l’histoire et de la littérature islamique  dont la conséquence est l’ignorance constatée chez une bonne partie de la communauté musulmane qui ne maîtrise pas la vraie littérature de leur sublime Religion et sont donc obligés de suivre le modèle occidental qu’ils jugent quasi-parfait, sans pour autant connaître le fond ni le contenu de celui-ci. Ce qui a causé le déracinement de son patrimoine culturel   et l’aveuglement. C’est tout comme si nous avons délibérément choisi d’abandonner la loi divine et ses bienfaits pour nous enticher  des pratiques occidentales aux effets pervers pour nous.

 

L’Islam,  c’est une religion qui encourage les gens à se marier et à former des familles et, pour cela, il répond positivement à l’appel de la nature et reconnaît la vie conjugale comme unique moyen d’empêcher la dégradation des mœurs afin de faire des enfants sains et bons pour conserver pure l’espèce humaine. Ainsi, Dieu, dans sa sagesse infinie, a institué le mariage pour permettre à la race humaine propre, non bestiale : «… ». C’est cette même sagesse suprême de notre Créateur qui l’a conduit à envisager pour nous deux types pour que nul ne puisse s’innocenter en disant : « Je ne pouvais pas échapper à la fornication ! » quand bien même Allah nous a dit : « N’approchez pas de la fornication. C’est une chose abominable ». Le premier type de mariage légiféré par Dieu est dit ‘’daïm’’ (permanent, avec toutefois la possibilité d’être rompu par le divorce ou le décès de l’un des conjoints). C’est le plus connu, le plus répandu, fort heureusement. Mais qui, mieux qu’Allah, connaît les faiblesses humaines, nos possibles trébuchements souvent trop faciles ? Qui, mieux qu’Allah, sait d’avance que des quantités de Dames, pieuses au fond d’elles-mêmes en réalité, puissent se trouver un jour dans des situations si inconfortables que, si une législation plus souple du mariage n’était pas décrétée à leur faveur, se trouveraient prises, à leur corps défendant, dans les pièges de Satan quant à la pression de leur physiologie ? Qui, mieux qu’Allah l’Omniscient, pouvait prévoir avec certitude, les multiples situations où l’homme est obligé de faire écho au précieux don sexuel, besoin naturel provoqué par la vue, les nécessités provoquées par les guerres ravageuses de la gent masculine, les démographies marquées par des taux élevés de naissances de filles dans un déséquilibre ahurissant de pourcentages très en défaveur des garçons ? Et l’on peut multiplier les exemples.

 

Le vocabulaire coranique est si précis que Dieu n’a nul besoin de s’embrouiller de confusion dans l’expression.

C’est, donc, afin d’empêcher toute déviation sexuelle chez l’homme musulman et dompter chez lui la pression de l’instinct sexuel, que le Seigneur qui nous a crées a envisagé à la faveur de la race humaine un deuxième type de mariage, temporaire celui-là (ou à durée déterminée) pour qu’il n’y ait point de fornication. Ceux d’entre nous qui ont la chance de comprendre parfaitement la langue arabe et de maîtriser le vocabulaire coranique, savent bien qu’à côté du mariage dit ‘’daïm’’, il est bien mentionné dans le Livre saint le mariage dit ‘’mouta’a’’, c’est-à-dire temporaire ou, pour coller à l’étymologie, mariage de jouissance. En effet, le vocabulaire coranique est si précis que Dieu n’a nul besoin de s’embrouiller de confusion dans l’expression. Après avoir énuméré les femmes qui nous sont licites et celles qui ne le sont pas dans le verset 23 et au début du verset 24 de la sourate IV du saint Coran (Nisaï), le Législateur suprême pose bien les conditions du mariage ‘’mouta’a’’ (temporaire) : « … En dehors de ce qui est déjà cité, il vous est permis d’user de vos biens, pour contracter (avec des dames) union honnêtement protégée (c’est-à-dire non en débauchés, simples preneurs d’amantes), en évitant tout rapport (sexuel) hors mariage ; obligation vous est faite, quand vous aurez joui d’elles, de leur donner leurs salaires d’honneur (dot) comme une chose due… ». On notera que dans la perspective du saint Coran, donc selon la volonté divine, les salaires payés aux dames avec lesquelles l’on contracte le mariage temporaire sont d’honneur et non de prostitution. Ici, qu’il me soit permis de supplier les Cheikh, les arabisants, les docteurs de la loi de toutes les écoles islamiques, de daigner décliner le sens exact du mot ‘’mouta’a’’ et l’affaire sera bien comprise. Le mariage sera alors envisagé, à juste raison, comme un vrai palliatif à la débauche et au vagabondage sexuel. Ce sera tant mieux pour notre société en proie aux délinquances sexuelles choquantes. Cela aidera ainsi, en plus,  beaucoup à abandonner la pratique hideuse de la fornication, des passes tarifées dans des maisons closes qui foisonnent malheureusement dans nos villes. Le conseil que l’on ne cessera jamais de donner  aux responsables des familles, c’est d’envisager le mariage pour ceux d’entre les leurs qui ont atteint la maturité pour que la société vive en paix, et que la dignité des uns et des autres soit préservée. « Les femmes que vous prenez en mariage temporaire, payez- leur leurs salaires d’honneur » (Quran, sourate Les Femmes, Verset 24).

 

Le Prophète de Dieu, Mouhammad, dans un hadith authentique, a dit : « Ô musulmans ! Vos filles sont comme un fruit mûr sur l’arbre qui, s’il n’est pas cueilli à temps, pourrira. Ainsi, si vous ne mariez pas vos filles et que leurs instincts ne sont pas satisfaits, vous  ne pourrez jamais les empêcher de tomber dans la déviation et la corruption, car se sont des êtres humains avec des besoins naturels » (Wasa’ilou Shia tome 14 chapitre 23 page 39).

 

Satisfaire les instincts sexuels dans la légalité divine

 

En confessant que le mariage permanent est de loin ma préférence, je dois dire que c’est pour obstruer pour nous les voies qui mènent au péché gravissime de la fornication qu’Allah a autorisé le mariage temporaire.  L’Islam ne pose donc aucun obstacle au mariage à durée déterminée, il faut le savoir. Au contraire, il exploite cette force naturelle dans l’intérêt de l’individu et de la collectivité. Il est, à la seule différence de la durée, comme le mariage permanent qui, outre le fait qu‘il accorde une attention particulière au calme physique et physiologique de l’homme dans sa vie conjugale, veut assurer l’une des bases du bonheur de l’homme, à savoir la sérénité spirituelle, morale et mentale. Le mariage est qualifié de « pacte solide » (Quran Sourate 25, verset 4). Ce  qui fait dire que le droit islamique, qui est en parfaite harmonie avec l’esprit de la justice et de l’équité et le bien-être social et qui est d’une noblesse et d’une profondeur particulières, est vraiment digne de satisfaire les besoins humains de toutes les époques.

 

Dans la période « Jahiliya », la prostitution et les relations sexuelles illégitimes étaient naturelles et choses courantes. Les maisons closes étaient ouvertes au public. Le Grand Prophète de l’Islam (Pslf) afin de réformer la pensée, les mœurs et les habitudes des gens et afin d’empêcher la débauche sexuelle et l’adultère, entre autres vices, apporta le Quran qui  autorisa le mariage temporaire à travers le verset susmentionné, et c’est, justement, grâce à ce verset que le noble Prophète est parvenu   à diriger (les satisfaire) les instincts sexuels dans le bon chemin, celui de la légalité divine.

Selon le même verset du saint Quran, l’homme et la femme, sans avoir à se soumettre à un engagement permanent, peuvent conclure des liens conjugaux provisoires et respecter la conjugalité jusqu’au terme de l’accord. Bien que ce genre de mariage n’ait d’héritier, et que l’homme n’ait pas à assurer la subsistance en nourriture, en vêtement et en logement de la femme, la plupart des règlements du mariage permanent doivent y être respectés.

Et ce qui fait la différence, entre les mariages permanent et temporaire, est donc uniquement la durée. La progéniture en a le même caractère aussi car les enfants issus d’un mariage temporaire bénéficient des mêmes droits que ceux issus d’un mariage permanent.

Cette forme de mariage, si elle est appliquée correctement, pourra être utilisée comme un moyen efficace pour lutter contre la débauche, la corruption et toutes les autres déviations sociales. Les mœurs publiques seront conséquemment mieux gérées, au grand bénéfice de la morale publique qui se trouvera respectée.  Alors, beaucoup de jeunes gens, qui ont pris le mauvais chemin, seront sauvés parce que la cause principale de la débauche provient généralement des jeunes gens qui n’ont pas les moyens de se marier, ne serait-ce que temporairement, dans leur société. Le schéma est simple à dresser : qui ne peut se marier temporairement tombe facilement dans la fornication.

 

Le verset du mariage temporaire n’a point été abrogé

 

Donc, il est du devoir de tous de procéder à une éducation morale islamique au niveau général  afin de permettre aux jeunes de connaître mieux les objectifs sublimes de l’Islam.

 

Certains, dont l’intention est inavouée, avancent que cette forme de mariage a été interdite par le Prophète (PSLF), tantôt lors de la bataille de Khaybar, tantôt lors de la  prise finale de la ville sainte de la Mecque   et, dans leurs arguties embrouillées, c’est toujours, selon eux, le calife Oumar Ibnoul Khattab qui l’a interdite, et ils citent à l’appui des hadiths incertains. Malgré toute leur gymnastique, il demeure difficile pour eux de préciser, disons avec certitude (que le pléonasme nous soit permis !) dans laquelle des trois situations évoquées le mariage temporaire est définitivement interdit. C’est simplement impossible pour eux d’établir la clarté et la véracité de leur assertion. Il est donc bon de savoir que le verset coranique sur le sujet existe et qu’il n’a point été abrogé. De plus, jamais un hadith prophétique n’a eu la force requise pour abroger un verset du Quran qui représente la parole divine. Un verset du Quran est toujours abrogé par un autre verset du Quran, il faut le savoir. Un décret présidentiel n’est jamais abrogé par un arrêté ministériel,  n’est-ce-pas ?

 

Dans un hadith rapporté de Bokhari, le calife Oumar a dit : « Il y a deux choses qui étaient pratiquées à l’époque du Prophète, que j’interdis et que je punis : le Hadj non obligatoire (de faire le pèlerinage plus d’une fois à La Mecque) et le mariage temporaire. » Il est évident que le calife a fait cela sur une décision personnelle et conjoncturelle pour répondre à certaines exigences qui interpellaient,  à l’époque, la société musulmane d’alors. Et nous savons, Dieu merci, que toute décision prise par un humain, fût-il calife désigné par ses pairs, allant à l’encontre des enseignements  du saint Quran ou de la sunna du noble Prophète Mohammad (PSLF) est inacceptable et est donc à rejeter. « Ce que Mohammad a rendu licite ou illicite le sera pour toujours », c’est bien connu.

 

Comment, donc ,ceux qui rejettent le mariage temporaire, autorisé par Dieu Lui-même dans un verset immuable du saint Coran, veulent-ils résoudre les problèmes  des sociétés musulmanes d’aujourd’hui assaillies de toutes parts par les causes et facteurs de troubles et de provocations, tels que les sites immoraux se trouvant sur l’ Internet, les revues, les journaux, les films immoraux, les programmes ignobles des télévisions et le maquillage provoquant des femmes à moitié nues, sinon totalement, qui menacent chaque instant les jeunes de dégradation morale et qui placent les hommes vertueux dans une dangereuse impasse ? Comment trouver une solution à la vie sexuelle de ces milliers de femmes divorcées, veuves ou célibataires qui, pour cela, souffrent de mille façons, moralement et physiquement, et qui sont même le plus souvent victimes de maladies causées par la non satisfaction des besoins tout simplement naturels, physiologiques ? Ces gens peuvent –ils tous se contrôler face aux passions multiples? Peuvent-ils résister aux désirs sexuels prégnants, surtout dans les périodes critiques de la jeunesse, qui atteignent leur paroxysme à cause des scènes provocantes qui sont offertes à leur vue? Peuvent-ils faire preuve de patience et supporter toutes ces difficultés ? Doit-on autoriser la prostitution, ce fléau qui préoccupe toutes les sociétés, et abandonner l’homme à ses passions bestiales dans la confusion? Le Seigneur des mondes, Allah, qui nous connaît mieux que nous-mêmes et qui a légiféré en tenant compte de notre nature, nous autorisant le mariage temporaire dans des règles strictes, a dit : « Voulez vous échanger le meilleur pour le moins bon » (Coran, Sourate La Vache, verset 61).

 

Ou, alors, ferions-nous mieux d’appliquer la loi divine du mariage temporaire  pour que des millions de  femmes divorcées, veuves ou célibataires qui, pour assurer leur substance, vivent dans la cachette et l’illicite, voire dans la misère, soient sauvées et afin qu’elles puissent mener convenablement leur vie, dans le respect, sans souffrir les regards accusateurs ? A supposer que les femmes en situation de divorce, de veuvage ou de célibat arrivent à assurer correctement leur substance dans des activités lucratives, cela pourra t-il  en soi satisfaire leurs sentiments et les aspects spirituels de leur vie ? Cette substance pourra –telle donner à elle seule une réponse convaincante aux penchants de leurs cœurs et à leur attachement vis-à-vis de l’homme ? Si leurs sentiments innés et leur être ne sont pas satisfaits convenablement, ces tendances peuvent se manifester chez elles sous forme de déviations qui aboutiraient à un déséquilibre social de tout ordre. Si nous négligeons  ou occultons ces exigences dans l’ordre social, on assistera à la corruption et la détérioration de la santé mentale et physique de la génération et des principes qui existent entre l’homme et la femme, dans la société.

Le plus raisonnable serait d’appliquer le mariage temporaire pour ce qui est dans le besoin, sans que des problèmes du mariage permanent ne leur soient imposés, pour ainsi diminuer le nombre des actes illégitimes qui sont contraires aux enseignements islamiques.  Tout comme l’ont fait les vénérables compagnons du Prophète Mohammad (PSLF), avant que le calife Oumar n’en vienne à interdire ce que Dieu et son noble Prophète ont autorisé. Cela, il faut le souligner fortement. Soulignons-le avec force tout en  sachant que les raisons qui ont amené notre Créateur Allah sont les seules qui valent et que les circonstances dans lesquelles le noble Prophète a révélé le verset coranique dans le cadre strict du licite et de l’illicite dans l’Islam demeurent toujours et deviennent même beaucoup  plus actuelles.

 

Dans le prochain numéro, je viendrai avec les références sunnites authentiques sur le mariage temporaire. Inchallah !

 

Chérif Mballo

Président du Mouvement Ali Yacine

Dakar : Sénégal

mballosherif@yahoo.fr

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Le mariage temporaire/gratification sexuelle speciale (debauche) ne peut etre legale en Islam. Le mariage reel n’est pas un contrat a une duree definie; cest une responsabilite permanente (meme s’il peut subir une fin inattendue etc..) a la femme et famille , a la societe etc..

    Dieu refuse la fornication/adultere chez les humains parce que cest irresponsable. Imagine donc le “mariage temporaire”!: une femme qui peut contracter un mariage chaque 2 jours/ 182.5 mariages/hommes par an! Cest bien socialement propuce a la paix, a la sante, a l’harmonie, au respect aux femmes et a la famille, ne est ce pas? 🙄 🙄 Mariage temporaire cest ridicule!

  2. ‘L’homme est la mesure de toute chose’. disait ProtagoraseLe sicle appeler la lumiere est bien apres tout ce qui est relater ici par le cherif.
    les relations humaine represent 75% entre l’homme et la femme si cela va mal tout le reste de la vie de l’Homme est affectee.
    Alors ma question: le mariage temporaire est il preferable a l’homosexualite ? ou “same sex mariage?” .
    Alors que ferons nous de viviser cette pensee qui n’est pas a mon avis un theme nouveau de cette belle religion?
    merci

  3. voila un debat d’idées loin des diatribes fanatiques et infondées que nous déversent à longueur de journée les radios de la place à travers les interventions des autoproclamés cheick, professeur, cherif !!!!!!!!!!!!.

Comments are closed.