Reconstruction et relance économique du Mali : La Banque mondiale met à la disposition de la FAO 2,5 milliards de F CFA

0

SAMSUNG CAMERA PICTURESAméliorer l’infrastructure de base et les opportunités socio-économiques pour les communautés touchées par la crise au Mali. Tel est l’objectif principal du programme de reconstruction et de relance économique du Mali (PRRE). Pour atteindre cet objectif, il envisage la promotion et la diffusion des technologies performantes d’irrigation et de transformation, la conservation à travers le Fonds d’innovation et d’investissement, d’itinéraires techniques d’intensification pour augmenter la productivité afin d’améliorer la qualité pour mieux répondre aux besoins du marché.

Le programme prévoit aussi l’appui aux investissements productifs, à la promotion de l’élevage, de la pêche et l’amélioration des actifs productifs des ménages vulnérables ciblés à travers l’amélioration de l’accès aux semences, engrais, aliments pour animaux et petits ruminants.

Le directeur général de la FAO, José Graziano Da Silva a salué les efforts du Mali dans l’atteinte des objectifs en matière de malnutrition. Selon lui, durant l’exécution du projet, il est attendu l’amélioration des infrastructures économiques et l’augmentation des revenus des ménages vulnérables. Pour le directeur général de la FAO, le programme de relance économique qui est lancé actuellement est une opportunité pour le Mali de retrouver la paix. Dans la mesure où celle-ci rime avec la sécurité alimentaire.

Le ministre du Développement rural a salué l’accompagnement de la Banque mondiale et la FAO pour aider notre pays durant cette période.

Pour Dr Bocari Treta, le projet aura une portée nationale et ciblera les communautés et les ménages les plus touchés par la crise. Cela se justifie par la pression sur les moyens de subsistance des ménages dans les communautés d’accueil dans d’autres régions du pays. Le volet programme est exécuté par la FAO avec le financement de la Banque mondiale pour 2,5 milliards de F CFA. Il a plusieurs composantes. En ce qui concerne le volet développement rural, il s’attèlera  à relancer l’activité économique et aider les organisations communautaires de base (OCB) à entreprendre des activités productives dans le but d’augmenter leur revenu en répondant aux besoins d’investissement prioritaires.

Moussa  SIDIBE

 

 

PARTAGER