Trucage des compteurs de Baseydou Sylla et de Salikou Traoré: Mme Touré Ami et Mme Diakité Lily mises en cause

    0

    Rien ne va à l’EDM SA de façon générale, mais particulièrement à l’agence de Djélibougou. Pourtant, il y a un peu plus de quinze jours, les responsables de cette subdivision, en l’occurrence, Mme Touré Ami responsable clientèle et Mme Diakité dite Lily responsable exploitation avec à leur tête Ely Kéita, avaient rencontré notre rédaction. Ils avaient promis de solutionner les problèmes qui nous ont été signalés par des pauvres abonnés. Mais en réalité, Mme Touré Ami et Mme Diakité Lily ne constituent-elles pas la racine du mal à l’agence EDM de Djélibougou?

    Rares sont des responsables Maliens qui font du bien. Pour preuve, après la privatisation de l’EDM consécutive à sa mauvaise gestion qui a fait des victimes sur le plan social, il y a encore des gens qui veulent la mettre dans un autre gouffre. Ont-ils des intérêts à gagner en voyant le géant de l’eau et de l’électricité au Mali tomber dans une autre agonie? Certainement oui! Sinon, comment interpréter le comportement scélérat de Ami Kéita et de dite Lily?

    Respectivement responsable de la clientèle et de l’exploitation, ces deux dames d’un abord facile ont des choses à expliquer à la commission éthique de l’EDM. Car selon nos sources, en complicité avec certains techniciens bien placés, les compteurs de l’éternel opérateur économique Baseydou Sylla et ceux de Salikou Traoré tous domiciliés au quartier Djélibougou seraient truqués. Le but cleptomane de cette opération viserait à faire réduire les consommations de ces deux chefs de famille. Baseydou est sur la rue 136 porte n°8. Salikou se trouve à l’est de l’école fondamentale du quartier non loin d’un terrain de foot.

    Pour y parvenir et faire disparaitre les traces, nos sources indiquent que chaque trois mois, lesdits compteurs sont mis à jour. C’est-à-dire, réinitialiser l’index. Par contre, d’autres sources soutiennent que les compteurs « quatre fils » de Baseydou Sylla et de Salikou Traoré sont réinstallés en moyenne tension (M.T). Responsables irresponsables de la clientèle et de l’exploitation, les dames Ami Kéita et Diakité Lily, au moyen de leur machine du bureau qui ne s’ouvrent qu’avec « des mots de passe » tripatouilleraient les données. Du coup, il est difficile voire impossible pour un contrôleur, de déceler des anomalies et des incohérences entre les factures réelles reçues et les sommes encaissées. Cette sale pratique du vol est techniquement faisable, quand on sait qu’une machine ne saurait rien faire sans la volonté de celle ou de celui qui la manipule.

    Si la Direction générale de l’EDM veut établir la véracité de ces informations scandaleuses, elle peut, tout de suite, envoyer une équipe pour enlever les discs durs internes ou externes de Mme Touré Ami et de Mme Diakité. Si un génie de l’informatique parvenait à accéder aux données secrètes, la Direction générale va certainement découvrir des choses à crever les yeux. À titre de rappel, c’est grâce au disc dur d’ordinateur qu’un Britannique a pu grappiller les malversations qui seraient commises au Centre de développement des entreprises (CDE) par notre compatriote Ahmed Sow peu avant la nomination de celui-ci à la tête du ministère Malien des mines, de l’énergie et de l’eau. Faut-il souligner au passage que ce centre est une structure de l’Union européenne.

    Par ailleurs, à signaler qu’il y a quelques années, cette agence EDM de Djélibougou a été victime de cambriolage. Et quelques années avant cela, le coffre fort de la commission éthique a été mystérieusement volé, la nuit. Ethique où es-tu? Pas quand même à l’EDM. Car, les enquêtes ouvertes par rapport à ces deux faits n’ont jamais abouti à quoi que ce soit. Or, la dignité et la réputation de certaines personnes ont été à tort salies dans ces affaires. Les vrais voleurs de l’EDM seraient ses travailleurs, au sens propre et figuré. Pour faire face à cet état de fait à la fois déplorable et condamnable, on suggère à la Direction de faire souvent des contrôles inopinés dans ses agences. Elle doit aussi procéder à la vérification physique des compteurs et celle des installations.
    Enfin, où et comment les compteurs de la société Métal Soudan ont été enfouis? Qui sont les agents et responsables de l’EDM impliqués dans ce réseau mafieux? En plus de Métal Soudan à Djicoroni et de Luna parc à l’Hippodrome, quelles autres sociétés font réduire leurs consommations eau et électricité en complicité avec les agents et responsables de l’EDM?
    À suivre…
    Issa Santara

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER