Situation humanitaire au Mali : Il y a urgence !

2

L’accès humanitaire continue de s’améliorer dans les régions centrales et certaines parties du nord, et les partenaires humanitaires intensifient leurs activités dans ces zones. Toutefois, l’accès général au nord reste limité en raison des menaces dues aux mines, aux récentes violences et aux opérations militaires toujours en cours.

deplaceC’est ce qui ressort du rapport en date du 20 février 2013 de l’Office de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.

Selon ce rapport, alors que le segment Douentza-Gao sur la route Mopti-Gao a été ouvert, les tentatives faites par les acteurs humanitaires d’accéder au nord par le Niger ont été retardées pour des raisons de sécurité. Les partenaires humanitaires continuent de s’appuyer sur le transport par bateau sur le fleuve Niger pour accéder à la région de Tombouctou.

La protection reste une priorité urgente au Mali, notamment en termes de risques posés par les restes des explosifs de guerre et les mines, de respect des droits de l’homme, de violence basée sur le genre et de protection des enfants. Peu de nouveaux déplacements ont été rapportés, mais il reste impossible d’obtenir un aperçu complet des déplacements internes, en particulier dans les régions du nord.

Les retours observés de personnes déplacées de longue date demeurent extrêmement limités : 2 309 personnes au 10 février selon l’OIM. D’autres retours ont eu lieu, mais ils sont presque entièrement le fait de personnes déplacées par les récents combats et qui ne s’étaient pas beaucoup éloignées de leurs foyers.

Alors que les quelques 6.600 déplacés bloqués à la frontière algérienne à Tin Zaoutin reçoivent maintenant diverses formes d’assistance, y compris une assistance médicale, des abris et biens non alimentaires et des Aquatabs pour l’eau potable, ils n’ont pas encore reçu d’aide alimentaire.

Côté financement des projets, à la date du 19 février, le CAP Mali a reçu 15.594.485 $, soit 4% des 373.131.447 $ demandés. A ce jour, cinq clusters sur neuf ont reçu des financements: abris d’urgence et biens non-alimentaires (34,1% du montant demandé par le cluster), Nutrition (1,1%), Protection (8,3%) et sécurité alimentaire (5,8%).

En outre, certains bailleurs ont engagé ou promis environ 34.5 millions de dollars pour des besoins humanitaires liées à la crise au Mali qui ne sont pas, ou pas encore, alloués à des projets du CAP. Ce montant inclut 20 millions d’euros (26,5 millions de dollars) engagés par la Commission européenne pour des projets liés à la malnutrition et à l’assistance aux réfugiés.

Quant aux besoins et selon les estimations de l’Organisation Internationale des Migrants (OIM), 15 973 nouveaux déplacés sont arrivés dans les régions de Mopti, Ségou et Bamako en provenance des régions du nord (Gao, Kidal, Tombouctou) entre le 12 janvier et le 10 février. Cette estimation est basée sur le suivi de mouvements de passagers dans les gares routières et sur les pinasses (transports fluviaux) du fleuve Niger. En outre, environ 6.600 personnes déplacées sont bloquées à la frontière algérienne à Tin Zaoutin. Selon le cluster Protection, ces personnes déplacées sont autorisés à se rendre en Algérie à pied, mais aucune information fiable n’est actuellement disponible sur le nombre d’entre elles qui l’ont fait.

Une évaluation multisectorielle menée à Diabaly a mis en évidence la présence d’armes ainsi que des dommages causés par les combats. La réponse nécessitera des mesures de prévention et de restauration pour prévenir les risques physiques pour les enfants retournant dans leur milieu d’origine.

Ainsi, les besoins des populations des régions nord du Mali sont de nos jours extrêmement divers et il urge d’agir rapidement.

 

Dieudonné Tembely 

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Oui, il y a plus qu’urgence. Il faut désarmer le MNLA en plus de la coloniale française et ses Rafales. Et libérer le pays par la guerre populaire. Non seulement, il y a urgence, mais il y a aussi désillusion. Il y a même un crime silencieux contre l’humanité que mène la France contre le Mali, les Maliens et l’Afrique.
    Voici une importante information que je ne commente pas. J’en laisse le soin aux Maliens; aux patriotes de la relayer, et à tous les débilités d’en profiter pour élever un peu le niveau de leur conscience politique.

    Suivez le lien: http://www.legrandsoir.info/exclusif-utilisation-d-armes-a-l-uranium-appauvri-au-mali-les-choses-avancent-un-peu-question-du-depute-andre-chassaigne-et-de.html

    Le pompon si on y ajoute les touristes armés de l’ONU cette institution devenue criminelle.
    De la part de la pourriture qui est aux affaires à Bamako et dans la zone CEDEAO, le cadeau est joli pour les populations et l’environnement.
    Pour l’instant, dans les médias occidentaux aux ordres de l’impérialisme et ses bras armés de l’OTAN, c’est silence radio. Sauf bien sûr dans les réseaux sociaux militants.
    A méditer sur la coloniale libératrice accueillie avec des drapeaux et des you !you ! A méditer ses objectifs pour le Mali et l’Afrique.
    Ils ont réussi le même crime en Libye dans l’indifférence générale de toute l’Afrique officielle maffieuse. Pourquoi pas au Mali où la presse aux ordres se préoccupe essentiellement du folklore électoral à l’horizon?

  2. Bonjour amis Maliens de maliweb.Le salaire de Sanogo vous passionne plus que la misère de vos réfugiés. Il serait peut être temps de faire des collectes de nouriture pour vos frères qui n’ont plus rien qu’un peu d’espoir en votre humanité. :mrgreen:

Comments are closed.