Arcanes politiques : L’Adéma minée par des crises

0

Au moment où le comité exécutif  de l’Adéma/PASJ se prépare pour la présidentielle de 2012 en désignant son porte-étendard en la personne de son président, Dioncounda Traoré, certaines sections à l’image de celles de Kati, Koulikoro, Ségou, Niono et Macina, continuent de se diviser.

C’est le constat fait depuis des lustres par la Commission de discipline qui a produit différents  rapports sur la situation qui prévaut dans certaines sections du Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma/PASJ). En attendant la réaction  du comité exécutif, on apprend qu’à  Koulikoro deux tendances se livrent à une bataille rangée depuis plusieurs mois. On n’y hésite plus à réclamer le départ du secrétaire général de la section qui se serait rendu coupable de comportements contraires aux intérêts du parti. La tendance hostile au ségal presse le C E à trancher le différend le plus rapidement possible. Le jeudi 6 janvier 2011, elle avait dépêché une délégation au siège du parti pour rencontrer la direction de la Ruche qui était à ce jour en réunion. Elle compte bénéficier du soutien de la direction nationale du parti pour  déposer purement et simplement leur secrétaire général.

La situation est identique à  Kati, Macina et Niono où on veut aussi se payer la tête des  secrétaires généraux.

A Ségou, la guerre de tranchées sévit entre le camp de l’ancien secrétaire général, Zakariya Dembélé et le successeur, l’ancien ministre de l’Agriculture, Mohamed  Hamed El Madani Diallo accusé de complot. C’était lors d’une réunion ordinaire de section que l’ex- secrétaire général, Zakariya Dembélé fut écarté à la suite d’un remembrement de la section.

Après son forcing, le camp d’El Madani Diallo a cherché à faire entériner leur « putsch » par le C.E qui ne l’a pas suivi. Bien au contraire, le comité exécutif du parti majoritaire a purement et simplement frappé d’inégalité les remembrements de sections intervenus à Kati, Koulikoro et Ségou. Mais cela n’a pas pu mettre fin à la crise et c’est fort justement que la commission de discipline a été commise à la tâche pour mener des investigations de fond. Ce travail est terminé et les rapports sont à présent déposés sur la table de l’instance dirigeante. Reste à savoir ce que celle-ci va en faire.
Abdoulaye Diakité
 

PARTAGER