De quoi je me mêle ? / De vrais snipers, Takiou et C. H. Sylla

0

Chahana Takiou, on savait déjà qu’il était un cascadeur. Vous vous souvenez de sa question plus qu’embarrassante au grand-frère après duquel il voulait savoir quand le Beau Ténébreux alors Premier ministre allait être lourdé. Vent glacial dans la salle, on entendait les mouches voler et des ministres fixaient le sol. Même le grand-frère confessera que le perturbateur frangin venait de gâcher sa journée. Tant pis pour le grand-frère. S’il m’avait pris moi qui suis du même village que lui, je lui aurai garanti le schéma Poutine-Medvedev. Sous le nez de l’Otan qui n’y aurait vu que du feu (ce qu’il a d’ailleurs le plus allumé dans la Libye martyr).

 Après la salade russe, l’alternance Tovarich. Mais revenons à notre turbulent frangin. Après avoir donné des insomnies à la ministre de la Santé, il ressort un autre cas flagrant de népotisme : la DAF du ministère de l’Artisanat et du Tourisme dont la famille aurait déménagé, avec armes, bagages, bons de commande et coffre fort dans les locaux du très hospitalier département. 

Contrat après contrat à l’aînée, à la benjamine, à la nièce : la République des neveux prend du galon et a pignon sur rue. Mais la dose de courage et de froideur nécessaires au bon journalisme également. Takiou devra, à cet égard, partager sa palme avec un autre tireur d’élite : Cheick Hamallah Sylla. Pour un article paru hier et que Soumeylou Boubeye Maiga, le chef de notre diplomatie ne goûterait que très modérément.

 Le patron de l’Aube n’a pas joué au sniper sur ce coup-là. Citant une note sécuritaire sur la place stratégique du Maroc dans la lutte contre Aqmi, il regrette la marginalisation du royaume chérifien dans ce combat. Et ne trouve qu’un responsable : SMB dont l’offensive, dès sa prise de fonction, a pourtant été saluée de partout. C’est à peine si le «Tigre » ne passe pas pour le gouverneur malien de la Wilaya algérienne la plus méridionale. Si j’avais le courage de mes deux cadets, je me mêlerai plus souvent des affaires du pays.                                  

Adam Thiam

 

PARTAGER