Fétichisme et élections : L’autre face de la bataille

0
0

Par ces temps de pré-campagne électorale, nombre de marabouts, charlatans et autres se frottent les mains. Cela, grâce à la "générosité" de certains candidats à l’élection présidentielle d’avril prochain.


Tous les grands événements qui ont lieu sur le continent africain (surtout) donnent lieu à des préparatifs physiques, psychologiques et mystiques.
En effet, les Africains font partie des peuples les plus superstitieux au monde.


C’est dans ce cadre que se situent les fréquentes consultations de marabouts, de féticheurs, surtout dans le sérail politico-administratif.
Il faut le dire, les voyants devins et autre "professionnels" similaires ne chôment point, par ces temps.
Il semble que par ces moments décisifs de veille du scrutin présidentiel d’avril prochain, certains candidats se bousculent auprès de ces "diseurs de bonnes nouvelles".


A titre d’exemple, d’informations dignes de foi nous relatent qu’un candidat à la magistrature suprême de notre pays se serait fait dire par ces enchanteurs, qu’il lui faut occuper une certaine position sur le bulletin unique de vote, (au cas où ce serait le cas) pour espérer passer le cap du premier tour, le 29 avril prochain.


En outre, certains marabouts et "magiciens" conseillent également les prétendants au fauteuil présidentiel, avec des instructions du genre, "ne pas occuper la même salle ou la même place de réunion, de meeting de tel ou tel candidat concurrent", "ne pas serrer la main à tel ou tel adversaire politique, ne pas tenir de meeting de campagne tel ou tel jour"…
Ce phénomène de mysticisme tend à se généraliser et conduit souvent à des actes répréhensibles tels, les crimes crapuleux et immondes en période électorale.


L’on se rappelle, la découverte horrible tôt un matin d’une période électorale (2002), du corps d’une dame âgée d’une vingtaine d’année, sur l’axe Bamako-Moribabougou. Un corps cruellement mutilé : privé des seins et de l’appareil génital de la victime !
Qui a oublié, la même année à Gao, cette scène atroce de l’enterrement vivant d’un enfant de 7 ans par des inconnus ?
A cela, on ajoutera tous les autres crimes commis à la veille des élections dans notre pays ; comme l’enlèvement d’une jeune mineure de 7 ans en 2007 à Sikasso.


Devra-t-on  accéder au palais présidentiel avec, sur la conscience tous ces "sacrifices" ?
Dans ce mysticisme, n’y a-t-il pas place pour des sacrifices plus acceptables comme ceux de moutons, bœufs ou même des lions et des singes ?
Tout compte fait, on annonce que les ventes des "jadgets" de fétichismes tels les ossements, les plumes, de différentes pièces de corps d’animaux (ou d’humain) ont du vent en poupe par ces temps.
Les chiffres d’affaire de ces "commerçants de matières premières" de talismans ou de gris-gris susceptibles de donner la "chance", auraient pris de l’ascenseur, du côté du marché de Dabanani.


Il est notoire de préciser que, bien de nos hommes politiques croient (à tort ou à raison) en la force de ces pratiques occultes, et n’hésitent pas à s’y livrer, surtout par ces temps ?
Des voyantes seraient même "importés" d’autres pays pour, conjurer le sort de tel ou tel candidat.
Et cela, avec des sommes faramineuses d’honoraires, pour services rendus.
Le phénomène prend de l’ampleur et inquiète …
Si le mysticisme ouvre les portes des Palais présidentiels, pourquoi les célèbres devins vodous du Bénin, de Haïti… n’ont-ils pas accédé au pouvoir dans ces pays ?

Malick Camara               

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.