Qui gagne perd à l’Adéma: Dioncounda comme Soumaïla Cissé en 2002 ?

0

Samedi dernier, la direction nationale  de l’Adéma/PASJ a plébiscité la candidature de Dioncounda Traoré à la présidentielle de l’année prochaine, conformément à la proposition faite la veille par la commission de bons offices. Un triomphe qui rappelle celui d’un autre candidat, Soumaïla Cissé en 2002 à l’issue d’une convention nationale, mais qui fut par la suite sabordé par ses propres partisans. Un même sort qui attendrait Dioncounda Traoré quand on sait que de nombreux barons du parti de l’Abeille flirtent avec l’ancien  Premier Ministre, Modibo Sidibé.

Les membres du comité exécutif et les 7 candidats aux primaires du parti ont choisi le weekend dernier à l’unanimité, la candidature  de Dioncounda Traoré à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Et un sacre qui sera fêté le samedi prochain  lors d’une conférence nationale d’investiture au cours de laquelle, tous ses camarades lui réitéreront leur confiance et leur soutien pour une victoire éclatante en 2012. Une rhétorique qui rappelle les bons discours qui avaient été tenus le 6 janvier 2002 à l’issue de la Convention nationale de l’Adéma et qui avait investi Soumaïla Cissé comme porte-étendard du parti à la présidentielle. Soumeylou Boubèye Maïga, le candidat malheureux, avait même félicité les délégués pour "l’exemple de maturité politique" dont ils avaient fait preuve et avait lancé un appel à l’unité et à la cohésion du Parti, en martelant : "dans cette affaire, c’est l’Adéma qui a gagné".Soumaïla Cissé très heureux avait abondé dans son sens : " Mon ami, cette victoire est la tienne". Malgré toutes ses professions de bonnes intentions, il fut au nombre de ceux qui ont tourné le dos à l’homme tout comme  le président sortant, Alpha Konaré, qui bien que fondateur de l’Adéma qui  déclarait à qui voulait l’entendre, qu’il n’avait pas de préférence parmi ceux qui étaient en liste.  "Je ne soutiens pas le candidat de mon parti qu’est Soumaïla Cissé", avait-il lancé.

Le même sort est redouté par le camp de Dioncounda Traoré qui a dû faire bloc la semaine dernière  avec les partisans  d’Iba N’Diaye pour faire échec aux manœuvres des partisans de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, qui voulaient faire échouer ces primaires. Tout comme Soumeylou Boubèye Maïga lequel comptait sur un blocage pour revenir dans la course et se poser en recours. On reste convaincu que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale ne renoncera pas facilement à ses ambitions présidentielles et a déjà élaboré et mis en route un agenda politique qui prépare sa candidature. Il est peu favorable à Dioncounda Traoré tout comme les ministres du parti qui ont réapparu samedi dernier après plusieurs semaines de boycott des réunions du CE et qui travailleraient toujours à faire triompher la carte de l’ancien PM, Modibo Sidibé. Comme quoi, si Dioncounda a gagné la bataille des primaires, il est loin d’avoir remporté la guerre de l’unité et de la cohésion du parti autour de sa candidature.
Abdoul Karim Maïga

Commentaires via Facebook :

PARTAGER