Dessous féminins : Des petits pagnes aux nuisettes

0

Depuis bien des temps, la séduction a toujours fait partie de la vie des hommes. Hommes et femmes utilisent beaucoup de moyens afin de séduire l’autre. Ainsi, côté jardin secret, les moyens de séduction féminine ont évolué avec le développement des sociétés.

 En effet, pour garder son homme, il faut recourir à un moyen qui est la séduction. Concernant cet aspect, les dessous y jouent un rôle important. Bien avant notre époque, nos mères et grand-mères utilisaient ce qui est communément appelé en bambara « péndélou ». Il s’agit d’un bout de pagne  que la femme porte avant d’aller au lit. Ceci, dans le but d’attirer le regard du conjoint. Ce bout de tissu, simplement conçu autrefois avec du coton a aujourd’hui plusieurs conceptions. Plusieurs tissus et accessoires sont notamment utilisés pour donner un aspect plus moderne au « péndélou ». Avec entre autres du satin, de la  popeline associée à des perles. En plus de cela, les moyens ne manquent pas pour encore attirer de plus son mari. En plus du choix des tissus, il faut ajouter certaines écritures plus ou moins provocantes comme « je t’aime chéri », « mon amour » ou plus brulantes de la tranche des « fais-moi plaisir » ou « embrasse-moi ». Ces dessous sont conçus chez nous  mais la préférence  est faite sur ceux venant du Sénégal.

En plus de nos petits pagnes, les lingeries venues de l’Europe attirent de plus en plus de femmes. Il s’agit particulièrement des nuisettes, des ensembles de soutiens-gorges. S’y ajoutent les sex-toys beaucoup moins connus de la majorité des femmes maliennes.

La tendance est donc ainsi inversée car les lingeries importées constituent la préférence des femmes. Les « péndélou » à base de coton sont toujours d’usage mais servent à d’autres fins à caractère mystique comme par exemple protéger d’un djinn celle qui le met.

 

Saly KANE

 

 

PARTAGER