Le Ramadan : Mois de la révélation du Coran

0

Le mot de "Ramadan" vient du nom du neuvième mois du calendrier islamique, et implique le respect d’un ensemble d’obligations religieuses visant à célébrer un événement central dans la vie du croyant musulman : la révélation du Coran.

  D’un point de vue linguistique, la racine ramida signifie en arabe "être brûlant" (concernant un astre, ou le soleil) ; et irtamada signifie l’action de se consumer. Le mot "Ramadan" fait donc également référence au fait de brûler ses péchés par l’intermédiaire du jeûne et de l’abstinence. Un hadith authentique affirme ainsi que : " Celui qui jeûne le mois de Ramadan, en connaissant et en respectant avec vigilance les règles du jeûne, expie son passé".

Ainsi, l’obligation la plus connue et la plus impérative du mois de ramadan est le jeûne, tel que cela est indiqué dans le Coran :

"ش croyants ! Nous vous avons prescrit le jeûne (siyâm) comme Nous l’avons prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété."1

Certaines personnes sont cependant dispensées de l’obligation de jeûner, notamment les malades, les voyageurs, les femmes enceintes… et toute personne pour qui le jeûne endommagerait la santé. Pour ces gens, le jeûne est même considéré comme prohibé.

Il implique également, de l’aube au coucher du soleil, de ne pas fumer, avoir de relations sexuelles, et éviter d’avoir un comportement violent, de médire, ou encore de proférer des injures. Il vise ainsi à rapprocher le comportement de tout musulman des principes originels de l’Islam.

Ce mois est également celui de la commémoration d’événements centraux de l’Islam telle que la nuit du destin (laylat al-qadr) qui célèbre la première nuit où le Coran aurait été lu au prophète Mohammad (psl). On ne sait pas le jour exact de cette première révélation, mais juste qu’elle a eu lieu durant les dix derniers jours de ce mois.

De façon plus générale, le mois de Ramadan est aussi une période durant laquelle les croyants sont conviés à mieux percevoir tous les bienfaits spirituels offerts par Dieu, en échange de tout acte d’adoration accomplit pour Lui.

"Si les croyants avaient véritablement conscience de la bénédiction qu’il y a dans le fait de jeûner durant le mois de Ramadan, ils souhaiteraient que ce mois dure toute l’année", a ainsi déclaré le Prophète de l’Islam à propos de ce mois de jeûne.

Durant cette période, une ambiance plus sereine est donc sensée régner sur la communauté des croyants. Dans l’Islam, le jeûne a également pour but d’enseigner au croyant la patience et l’endurance, et ainsi d’améliorer sa personnalité ainsi que ses relations avec autrui. Ainsi, en forçant son corps à se plier à des contraintes et à des restrictions, le jeûne aide le croyant à résister à ses instincts naturels pour renforcer sa volonté, sa morale et sa spiritualité. Cette période est aussi celle de la solidarité et de l’entraide, et invite chaque musulman à porter davantage d’attention à son prochain. Il permet notamment de se rapprocher de la condition des plus démunis en s’imposant des restrictions alimentaires et en supportant un sentiment de faim.

C’est aussi une période considérée comme propice à un recueillement plus approfondi, un temps pour se poser ou reposer des questions essentielles, une pause permettant de réfléchir et de remettre en cause certaines orientations de vie.

Pour le croyant musulman, cette période est donc l’occasion de multiplier les bonnes actions, de penser aux autres, de les aider à tout point de vue, matériellement, moralement…

Le Ramadan s’achève par la fête de "Fitr" (aïd al-fitr) qui marque la fin de la période de jeûne et se traduit par d’importantes fêtes au sein de l’ensemble des pays musulmans.

 

Boubèye Maïga

 

Source revue de Téhéran

 

 

Le mois de Ramadan est arrivé

 

Bonjour les maladies imaginaires !

 

Pour les plus frileux que sont, on le sait bien, mes cousins Dogons et leurs acolytes Keita, Touré et les autres, le Ramadan est un véritable cauchemar ; et c’est là qu’il faut retrouver les malades imaginaires du Ramadan. Hasard ou coïncidence, tous parlent de gastrite. 

 

Aujourd’hui, avec l’annonce du mois saint, les visages jusque-là rayonnants, se crispent soudainement, la pénitence ayant fait perdre presque à tous le sourire. Un seul mal: « J’ai la gastrite, donc je ne pourrais pas jeûner », entend-on ça et là. Sauf que le soir venu, ces malades d’un mois s’invitent sans se faire prier autour du même bol que ceux qui ont réellement jeûné.

Quand le repas est copieux on le dispute même à ceux qui ont passé la journée de galère. L’aube annoncée ils arborent à nouveau la tunique du malade. A moins que des protecteurs ne viennent du côté de leurs maitres que sont les Maïga qui n’ont jamais la gastrite !

Bon Ramadan à tous les musulmans et que Dieu nous protège et veille sur  tous.

 

Boubèye Maïga


Commentaires via Facebook :

PARTAGER