Adjudant Sitan Ouattara : Pour l’amour du métier des armes

5

Sitan Ouattara s’est forgée une réputation par la singularité de son profil : Pilote d’amphibie, unique personnel féminin à être déployé au sein d’une force spéciale  sur la ligne de front, spécialiste en neutralisation et destruction des explosifs… Les choix hardis de l’adjudant Sitan en disent long sur son amour du métier des armes. Certainement influencée par son père, désormais commandant à la retraite, elle a manifesté dès son enfance cet amour pour le métier des armes. «Je regardais beaucoup les films et documentaires sur la vie militaire, surtout sur le champ de bataille», se souvient-elle. Ce qui l’a d’ailleurs confortée dans sa conviction que c’est le métier le plus noble, au grand dam de sa mère qui a toujours estimé que cette profession était réservée aux hommes.
Le rêve de l’adjudant Sitan Ouattara se concrétise en 2006. En effet, cette année-là, elle est incorporée au compte du Génie militaire, après avoir interrompu ses études secondaires. Elle suit sa formation au Centre d’instruction (CI) de Markala, avant d’être affectée à la 262è FCG (Compagnie de franchissement du Génie). Là, le soldat de 2è classe Sitan suivra la formation de franchissement et de pilotage d’amphibie avec les Allemands. Parmi les sept pilotes à passer le permis, elle était le seul personnel féminin.
Un exploit qui a valu à la jeune dame désignée, avec un autre personnel féminin, pour une mission de franchissement à Kayes en 2009. «Cette mission a été un franc succès», se félicite notre amazone qui a passé au grade de 1ère classe en 2011. La même année, elle a fait le CAT1 (certificat d’aptitude numéro1).
Déterminée, la jeune dame s’est portée volontaire pour la force spéciale qui, de Sofara, avait été redéployée, fin 2012, sur la ligne du front à Konna pour contrer l’avancée des terroristes. Au sein de cette force d’élite, elle était l’unique personnel féminin. Pour l’adjudant Ouattara, les femmes suivent les mêmes formations que les hommes, donc rien ne les empêche d’aller défendre leur pays au front. Une expérience qui lui a permis d’apprécier l’engagement du soldat malien à sa juste valeur. De retour de Konna, Sitan intègre l’École des sous-officiers d’active de Banankoro. «Cela a coïncidé avec l’attaque de Konna où j’ai perdu plusieurs compagnons d’armes», dit-elle, d’un ton triste. Après cette formation, elle a été désignée instructeur pour le CAT1 et 2 en 2014, puis examinateur pour la sortie des contingents 2015.

……….lire la suite sur lessor.site

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Si elle était à KONNA, reconnaissons qu’elle est mille fois meilleure que les héros du CNDERRIÈRE car c’est la peur du combat qui a amené ces derniers à retourner leurs armes contre la patrie. Si la junte avait le culot d’affronter l’ennemi, le pays se serait pas dans la merde actuelle.

    Bravo ma fille, t’es brave et mignon en plus !! 👏👏👏👏👏

  2. Encore la comédie , rien de bon on a vu Nema Sagara aller jouer au cinéma à Gao derrière Didier après rien de potable , pauvre journaliste ta Sitan n’est qu’une copine d’un faux colonel ou général laisse nous en paix, ou elle t’a glissé quelque billets de banque

  3. Encore un cinéma, car cette abnégation n’existe plus au Mali comme ça, les plus aptes pour avoir ce titre sont sous anonymat, ils sont dans les oubliettes de ce métier, ils font l’apologie des plus inaptes par favoritisme, c’est dommage pour ce pays qui va sans nul doute à sa perte.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here