Assassinat en 2012 de 21 bérets rouges : Le coup de colère des familles des victimes

68
Les bérets rouges
Les bérets rouges (photo à titre illustratif)

Des funérailles nationales pour les 21 bérets rouges et la comparution de tous les accusés : telle est la raison d’être de l’Association des parents des  bérets rouges assassinés (Apembra). En conférence de presse, hier à la Maison de la presse, elle s’est interrogée sur le silence des autorités sur l’assassinat de leurs proches et la nouvelle tournure judiciaire en cours.

Arrêtés  dans l’enquête dite “affaire des bérets rouge”, le représentant du procureur général  a demandé récemment un non-lieu pour les généraux Yamoussa Camara, Ibrahim Dahirou Dembélé et Sidi Alassane Touré, respectivement ministre de la Défense, chef d’état-major des armées et chef des services des renseignements au moment des faits. Ce qui, selon les familles des victimes, est en contradiction avec les recommandations du juge d’instruction en charge du dossier qui avait retenu ces hauts gradés compagnons de l’ex-junte de Kati dans les liens de l’accusation.

Révoltées par cette nouvelle tournure, les familles endeuillées ont estimé que si cette demande était agréée, la seule certitude serait que l’on se dirigerait à un non-lieu en faveur de ces trois anciens responsables militaires. Et pour fustiger un tel acte, l’Association des familles des victimes a sonné l’alerte. Son  secrétaire général, Yacouba Dembélé, est revenu sur les faits.

“Avant leurs disparitions, nous avions vu et parlé avec nos proches à Kati pendant les journées du 1er et 2 mai 2012. Ils étaient détenus dans des conditions inhumaines. Ils étaient humiliés, enchaînés aux pieds et aux cous puis menottés aux mains”, a-t-il témoigné. Pis, a expliqué M. Dembélé, les détenus de la junte d’Amadou Aya Sanogo ont subi toutes sortes de violations et de traitements inhumains et dégradants avant d’être jetés dans une fosse commune à Diago. Cependant, il a fallu plusieurs mois d’intenses tractations pour aboutir à une plainte le 6 mars 2013 auprès du procureur de la République près du Tribunal de première instance de la Commune III.

Des préalables

De cette date à nos jours, le dossier a évolué à travers les enquêtes qui ont conduit à plusieurs arrestations et à la découverte d’un charnier à Diago identifié comme recelant les ossements et les crânes des 21 bérets rouges disparus. Cette découverte a permis d’effectuer les tests ADN sur les parents des victimes qui ont confirmé que les crânes exhumés à Diago sont ceux des 21 bérets rouges, fera remarquer notre interlocuteur.

Pour tourner cette page sombre, la présidente de l’Association, Mme Sagara Bintou Maïga, a plaidé la comparution de tous les accusés sans exception. “Nous croyons en la justice et nous lui demandons de faire comparaître tous les accusés devant la Cour d’assises pour qu’ils y répondent et permettent à la partie civile de démontrer leur implication dans l’assassinat de nos époux et nos fils”, clamera-t-elle.

En plus, l’Association exige de l’Etat du Mali, à travers le chef de l’Etat, l’organisation des funérailles nationales pour les 21 bérets rouges assassinés dans le but de permettre aux familles de faire leur deuil, ce qui constituera du reste, pour les parents des victimes, un préalable pour la réconciliation.

C’est l’attitude silencieuse des plus hautes autorités qui agace les membres de l’Association, car elle est convaincue que ni le président de la République, ni le Premier ministre, ni le ministre de la Défense ni son collègue de la Justice n’en fait pas une urgence.

Créée suite aux affrontements  du 30 avril au 1er mai 2012 entre bérets et bérets verts, l’Association regroupe parents et épouses des éléments du camp para.

Alpha Mahamane Cissé

PARTAGER

68 COMMENTAIRES

  1. « Les victimes ont droit à la justice, à la vérité et à la réparation des préjudices subis »
    En effet, afin que la réconciliation puisse être effective il faut que les parents puissent avoir justice pour être un temps soit peu soulagés. Et pour cela il faut que notre justice soit libre ; équitable et transparente comme le veut les autorités de ce pays.

  2. Je présente mes condoléances aux familles de ces hommes qui ont été assassinées pendant qu’elles servaient la patrie. Je souhaite que ce crime ne reste pas impuni. Que la justice fasse tout son possible pour faire la lumière sur ces et que les responsables payent pour leurs actes.

  3. Moi je pense que les parents des bérets rouges doivent patienter le temps que justice soit rendu avant que des funérailles dignes de ce nom soient rendus à ces hommes qui sont morts servant notre pays.

  4. Je voudrais dire seulement que les décisions de justice sont des choses qu’il faut prendre très au sérieux car d’elles dépendent la vie de personnes et même souvent la vie des peuples à l’image de celle de l’affaire des bérets rouges alors une enquête doit prendre le temps qu’il faut pour ne pas prendre le risque de se tromper et prendre de décisions qui feront plus tard regretter.

  5. Sans vouloir cautionner le fait que cette enquête ait mis du temps je dirai qu’il y des enquêtes qui font plus de 2, 3 voire 5 à 10 ans donc pour dire que quelques soit le temps la justice fini par agir mais je souhaite que nous n’en arrivions pas là. Que notre justice soit efficace et rapide dans ces décisions pour que les parents de ces hommes soient en paix.

  6. Moi je pense que la justice fait et fera toujours son travail. Les enquêtes peuvent piétiner mais elles donnent toujours des conclusions. C’est dans l’intérêt même de la nation que les gens qui posent des actes répréhensibles payent de leurs actes donc je crois que la volonté des autorités ne seraient nullement être que ces faits restent totalement impunis.

  7. Je pense que la volonté du président de la république de faire de la justice malienne une justice crédible n’a jamais changé. Il l’a affirmé lors de la campagne et tient toujours à cette promesse qui était à l’ordre du jour des consultations du conseil de gouvernement. Il faut donc accorder le temps nécessaire pour que ces enquêtes puissent se terminer et que cette affaire et bien d’autres qui n’avaient pas encore eu de dénouement puissent être tirées au clair.

  8. Je pense que la justice est en train de faire son travail et par conséquent nous devons la laisser faire. Nous sommes dans un pays de droit et la justice s’applique à ceux qui sont reconnus coupable et ceux qui ne le sont pas sont relaxés. Soyons donc patient car la justice parlera.

  9. La cause de ces familles est noble car quelques soit ce qui s’est passé ce sont des personnes qui sont mortes et donc leurs parents ont le droit de demander à les enterrer. Cependant, il faut attendre la décision de la justice avant qu’on puisse demander à l’état d’entreprendre une quelconque démarche car toutes les responsabilités n’ont pas encore été situées dans cette histoire.

  10. Mais tous cela ne sont qu’une façon de semer autre chose, ou de concevoir la douleur en nous. Restons juste en position de paix et de pardon, certes le mal est là en nous, mais c’est à nous le combattre contre nous et d’acquérir le pardon afin que cette justice soit une justice équitable. Le Mali reste toujours une nation de cohésion sociale…

  11. Des larmes ont été coulé, les maliens ont la même douleur que ses parents en tristesse.
    Nous pouvons considérer que ses bérets rouges sont morts dans le service du pays, nous n’avons qu’à avoir confiance ne la justice malienne.

  12. Il faut aussi noter que ses bérets rouges ont été des vrais combattants, le gouvernement ne laisserait pas cette affaire prendre le calme sans que justice ne soit rendu, alors à nous de comprendre le soulagement.

  13. Mais en ce que je sache, cette affaire se déroule même en ce temps actuel, la justice est en train de suivre le dossier.
    Les parents et proches de ses bérets rouges doives garder leurs mal en patience, nous sommes un pays de justice…

  14. Nous avons foi en la justice de ce pays et nous sommes sûre que cette justice sera équitable, mais pour le moment restons comme des maliens nouveaux qui veulent acquérir la paix et la réconciliation en nous avec nos proches pour vivre un Mali en fleur…

  15. Des moments ont été dure très dure, Il faut comprendre que c’est cette situation du pays qui ont amené tous ses problèmes. En ce moment nous accompagnons ses parents et proches des bérets rouge dans leurs douleurs et leurs implores l’apaisement, l’oubli et de passé à une nouvelle vie tout en laissant la justice malienne poursuivre son travail comme il le faut.

  16. Nous avons confiance en notre justice. Si la personne d’Amado Aya Sanogo est toujours en des mains c’est pour ses causes l’Apembra doit essuyer ses larmes et attendre les derniers mots de la justice.
    Le gouvernement et le peuple malien sont conscients de leurs douleurs…

  17. L’APEMBRA traverse un moment douloureux, nous maliens nous sommes fragile à partager leurs pênes ses bérets rouges ont été des maliens braves qui ont servis la nation convenablement, il faut se dire qu’à cause de ses faits la justice malienne ne laisserais pas cette affaire s’éteindre sans résultat satisfaisant.
    Le gouvernement saura prendre ses responsabilités et agir convenablement.

  18. En ce qui concerne la personne est l’auteur de cette atrocité, nous savons tous qu’il est encore en détention à sélingué, la justice malienne travail déçu, nous devons être plus ouvert à l’apaisement et accéder au verdict de cette justice qui nous permet tous de vivre en harmonie.

  19. Je salue la mémoire de ses bérets rouges tombé, je comprends combien les parents de ses hommes vaillants peuvent se sentir mal après une telle tragédie subite sur leurs proches aimé.
    Au Mali nous avons une justice et cette justice est celle qui rend la loi. Nous devons rester calme à notre position et prier que cela ne se répète pas encore dans le même pays.
    Le gouvernement et le peuple du Mali comprend la douleur de ses parents des bérets rouge.

  20. Les plus hautes autorités relèvent du pouvoir exécutif et du pouvoir parlementaire, selon leur rang. Ils n’ont pas la compétence sinon le droit de s’immiscer dans le fonctionnement du pouvoir judicaire. Cela en vertu de la séparation des pouvoirs. Le pouvoir judiciaire est indépendant du pouvoir exécutif et vice versa. Quiconque, qui se rendrai coupable d’une telle infraction sera puni conformément à loi. C’est aussi valable pour le président de l république qui est la première institution. 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  21. Les juges ont pour mission d’appliquer les règles de droit établies par le parlement. Le juge d’instruction de l’affaire des bérets rouges avait accusé les trois généraux, comme étant des complices d’Amadou Haya, dans l’affaire. Depuis ce jour ils ont été mis en garde à vue. De temps que la justice fait son travail, en absence de preuve pouvant les inculper d’avantage ils seront déclarés innocents au nom de la justice. 😀 😀 😀 😀

  22. Toute cette histoire est l’œuvre des journalistes maliens mal informés. Le procureur a fait la part des choses. L’affaire n’a pas, jusqu’à preuve de contraire, pris une nouvelle tournure. Seulement c’est une éventualité qui là. En matière de justice il n’y a pas de sentiments. C’est l’esprit de la loi qui fait la part des choses. Le juge ne peut aller au-delà de ce que la loi dispose. 😀 😆 😆 😀 😀 😛 😛 😛

  23. Les trois généraux accusés dans l’affaire des bérets rouges ne peuvent pas, sans des preuves à l’appui, bénéficier de non-lieu. Si le procureur dit n’avoir pas charge contre eux, je ne vois pas en cela une manière de laisser tomber l’affaire. La justice que les parents des victimes réclament est pour tous les maliens. Les trois généraux ont aussi droit à un non-lieu, s’il s’avère vrai qu’ils sont innocents. 😀 😀 😀 😀

  24. Le juge d’instruction a certes retenus ces trois généraux comme étant des complices d’Amadou haya Sanogo, cela sans preuve. Donc cela ne veut nullement dire qu’ils sont forcément coupables de l’assassinat des 21 bérets rouges. Yaya Karembé est le juge d’instruction, il fait ce qu’il avait à faire. Si l’affaire arrive au niveau d’un autre juge, ce dernier en fonctions des charges qu’il aura donnera son appréciation du dossier. C’est le cas ici, cela n’est pas contraire à l’Etat de droit. 👿 👿 👿 💡 💡 💡

  25. Depuis plus de deux ans l’affaire des 21 bérets rouges assassinés est en cours de justice. Si aujourd’hui on nous dit qu’il y a eu un non-lieu pour les trois généraux accusés dans l’affaire, je ne vois pas pourquoi aller contre cela. La justice ne peut pas aussi sans preuve détenir des personnes pendant des années sans preuves. 😛 😛 😀 😀 😀

  26. Une affaire aussi complexe que celle des 21 bérets rouges assassinés banalement par Amadou Haya Sanogo et ses complices ne peut pas prendre cette tournure. Le Mali est un Etat de droit. Il ne faut pas faire obstacle à cette qualité. La justice est en train de faire son travail. Les parents des victimes sont priés de ne pas trop se fier aux rumeurs. 😛 😛 😛 😀 😀

  27. Sanogo ainsi que les trois généraux restent tous poursuivis dans l’affaire de bérets rouges. Si ces généraux acquièrent un non-lieu ce sera aussi valable pour leur coauteur, Amadou Haya Sanogo. Aucun de ces généraux ne peut être déclaré innocent sans les autres. C’est une affaire les impliquant tous. Il doit obligatoirement y avoir de preuves tangibles dans cette affaire d’assassinat. 😯 😯 😯 😯

  28. La nouvelle qui fait la chronique de ces deux derniers jours de notre pays semble irriter les familles des 21 bérets rouges assassiné par l’ex-putsch. Les journalistes sont en train de marteler le fait que le procureur en charge du dossier s’est déclaré en carence de ^preuve contre les trois généraux inculpés dans l’affaire des bérets rouges. Les autorités sont sollicitées de donner une vraie tournure à cette affaire. Le ministre de la justice et son équipe sont à l’épreuve. 🙄 🙄 🙄 💡 💡 💡

  29. Les familles des 21 bérets rouges assassiné en 2012 lors du putsch conduit par Amadou haya Sanogo de la ville garnison de Kati. Surtout l’affaire est en train de prendre une nouvelle tournure en faveur des trois généraux inculpés avec Haya Sanogo. Il me semble que, à l’honneur de quoi je ne sais pas, ces généraux sont sur le chemin de bénéficier d’un non-lieu dans cette affaire, ce qui me semble impossible pour le moment.

  30. Les familles des 21 bérets rouges assassiné en 2012 lors du putsch conduit par Amadou haya Sanogo de la ville garnison de Kati. Surtout l’affaire est en train de prendre une nouvelle tournure en faveur des trois généraux inculpés avec Haya Sanogo. Il me semble que, à l’honneur de quoi je ne sais pas, ces généraux sont sur le chemin de bénéficier d’un non-lieu dans cette affaire, ce qui me semble impossible pour le moment.

  31. Il ne peut pas y avoir de non-lieu pour le moment pour les trois personnes dont les noms sont mentionnés dans cet article. Si le procureur se désintéresse du dossier, le ministre tutelle demande à qui de droit de le remplacer en suivant les règles de droit. Cela n’est pas synonyme du fait qu’ils doivent bénéficier d’un non-lieu. Il est demandé aux familles des victimes de ne pas se faire de soucis, justice sera rendue dans cette affaire. 💡 💡 💡 💡 😆 😆 😆

  32. Il ya trop de confusion dans ce pays, je veux dire même trop de laisser aller. Comment organiser des funérailles national pour des soldats assermentés qui ont trahi la nation. Jamais y pensez même

  33. C’est une histoire antérieure au pouvoir IBK donc c’est la justice qui se charge de ce dossier. Vous agissez combien c’était des héros. Vous marchez pour rien Mesdames

  34. Nous déplorons l’attitude de sanogo en tuant ces soldats mais c’est pour autant que la nation doit organiser des funérailles nationales. Ils ont trahi notre pays.

  35. La justice suit son cours. Elle est certes lente situera les responsabilités. Toutefois, il faut savoir que le dossier n’est pas clos 😆 😆 😆 😆

  36. Le général Sanogo a mal agité en tuant ces bérets rouges qui ont certes trahi mais devaient emprisonner que de les tuer de la sorte. Nous savons plus ou moins les auteurs mais la justice doit rendre son verdict. Les parents doivent faire preuve de patience car ce n’est pas du ressort du président de rendre cette justice.

  37. Cette situation mérite un dialogue et le pardon sinon ce n’est pas facile vraiment à gérer. Comme déjà la justice est toujours sur les dossiers, restons derrière les décisions de la justice. Ce qui est le sujet des funérailles nationales laissons cela à côté, parce ce que cette affaire n’est pas un problème général c’est un problème particulier.

  38. Le pouvoir exécutif n’a pas de main mise sur le pouvoir judiciaire donc IBK n’a pas d’ordre à donner à la justice sur cette affaire des bérets rouges. Le dossier sera rendu publique quelque soit le temps.

  39. La population malienne doit apprendre à faire confiance à notre justice. Elle a été renforcé depuis l’avènement d’IBK qui une justice forte et équitable c’est à dire une justice pour les justiciables sans impunité.

  40. Nous devons directement accuser ATT est à la base de carnage. Il doit répondre devant la justice de cette trahison. Il a endeuillé ces familles par son immaturité en envoyant ces soldats à l’abattoir

  41. Je pense que c’est pour toutes ces raisons que le général sanogo ne peut être libéré. Il a trop commis de crime donc le mettre en liberté c’est trahir toute la nation malienne.

  42. Nous devons la retenue et la patience des parents des bérets rouges car il y’a de nos dits dans cette histoire et il est du ressort de la justice d’élucider tous ces points afin de mettre aux arrêts les différents responsables y compris ATT.

  43. Toutes mes condoléances aux familles victimes des évènements tragiques de l’année 2012. Faisons tout pour ne pas revivre une telle situation encore dans ce pays. Restons derrière les décisions de la justice pour éviter toutes situations de confusion.

  44. Si toutes les familles qui ont perdu leurs proches dans des circonstances illégales réclament des funérailles nationales, ce sera du désordre d'une façon. Je pense que l'essentiel est que la justice soit rendue et cela est en train de se faire aussi. Qu'ils évitent vraiment la polémique encore dans ce pays.

  45. Je demande aux familles des bérets rouges de ne pas se laisser manipuler par les hommes politiques pour semer du désordre dans le pays. Ils profitent de votre tristesse pour aboutir à leurs fins personnelles.

  46. L‘assassinat commit sur les bérets rouge était des crimes très grave, se sont des crimes organisés, accompagner par des tortures, des enferment, des assassinats a sang froid et en personnes arrêtés toujours portées disparues, des charniers retrouvés. Dans la constitution malienne la crise organisé étant l’un des crimes les plus graves, le verdict doit être très lourd et sans appel.

  47. Les généraux payeront pour leurs crimes, la justice malienne sous le régime d’IBK est une vraie justice. Les putschistes devraient finir leur vie en prison. Les bérets rouge assassinés ne doit pas rester impuni. La justice malienne essuiera les larmes de ces bérets rouge assassinés de sang froid.

  48. Je pense que tu as raison, les bérets rouges assassinés ont eu toute les considération possible, alors comme on le dit bien ” ne tire pas la main à celui qui te tend e bras”. Le gouvernement a tout mettre en œuvre pour que les bérets rouge aient l’hommage dont il ont droit.

  49. Je pense que cette idée des parents et proches des bérets rouges dont il demandent un funéraille national est un peu complexe. Les bérets rouges morts ne sont pas des martyre il faut le reconnaitre, alors nous ne devrions pas les considérés sur le même pied d’égalité que les martyre 26 Mars 1990.

  50. Mais bien sûr que justice sera rendu, la justice est lente mais précis et juste. La justice sera rendu les coupable du crime payeront pour leur acte. Mais en ce qui concerne un funéraille nationale, je pense cette décision dépend du gouvernement, les proches et parents des bérets rouges ne doivent pas beaucoup se baser là déçus

  51. Il ne s’agit plus de « complicité d’enlèvements » mais de « complicité d’assassinats », a annoncé le juge d’instruction en charge de l’affaire, Yaya Karembé. Il a précisé que cette requalification des charges pesant contre l’inculpé a été décidée à l’issue de son interrogatoire sur le fond et, par conséquent, en fonction des réponses données.
    Depuis des mois, cette requalification était attendue et l’opinion la sentait imminente après la découverte, en décembre, d’un premier charnier contenant 21 corps puis, il y a deux mois, de cinq nouveaux cadavres, tous appartenant vraisemblablement à des bérets rouges. Le résultat des analyses devant confirmer leur identité n’a toujours pas été versée au dossier.

  52. Je ne dirai pas qu’un funéraille à l’honneur des bérets rouges morts lors du soulèvement de 2012 n’est anormal mais, je pense que les proches de victimes ne doivent pas créer des polémiques autour de cela. Le gouvernement malien œuvre à ce que les victimes aient un hommage digne.

  53. La procédure judiciaire menée au Mali contre Amadou Haya Sanogo, l’ex-capitaine promu général et meneur du coup d’Etat militaire du 22 mars 2012, se poursuit avec la requalification et alourdissement des charges contre lui.
    Détenu et poursuivi depuis novembre pour « complicité d’enlèvements » dans le cadre de l’affaire de la disparition des bérets rouges, ces militaires proches de l’ancien régime et dont une tentative de contre coup d’Etat avait été violemment réprimée en avril 2012 par la junte militaire, Sanogo voit se renforcé, les charges retenues contre lui. Une chose est sûr justice sera rendu.

  54. Sous le régime d’IBK nul n’est et ne sera au dessus de la loi, IBK là si bien dit et cela plusieurs fois. Les parents et proches ont tout à fait le droit de réclamer ce hommage pour leur parents ou proches mort lors du soulèvement de 2012, mais la dernière décision revient aux autorités malienne.

  55. Je pense que les parents et proches des bérets rouges doivent mettre un peu d’eau dans leur vin. La justice sera rendu, cet acte ne restera pas impuni. En ce qui concerne les funérailles nationales, je pense que les parents et proches des victimes doivent laisser le gouvernement décidé de cela.

  56. Réclamer la justice c’est votre droit mais aller au-delà jusqu’imposer des funérailles nationales c’est autre chose. Cet évènement ne s’est pas déroulé sur le champ d’honneur et ce n’était pas non plus pour l’intérêt général. Donc c’est vraiment dommage !!!

  57. Personne ne couvre SANOGO. Déjà il est en prison les enquêtes sont toujours en cours aussi qu’est qu’ils veulent de plus ? Nous avons d’autre préoccupation que celles d’eux. Nous avons perdu des milliers de jeunes soldats au nord, il n’y a pas eu des funérailles nationales et vous voulez qu’on fasse pour vos proches qu’ils ne sont pas mort pour la cause nationale.

  58. Personne ne couvre SANOGO. Déjà il est en prison les enquêtes sont toujours en cours aussi qu’est qu’ils veulent de plus ? Nous avons d’autre préoccupation que celles d’eux. Nous avons perdu des milliers de jeunes soldats au nord, il n’y a pas eu des funérailles nationales et vous voulez qu’on fasse pour vos proches qu’ils ne sont pas mort pour la cause nationale.

  59. Il faut que ces familles des bérets rouges disparus comprennent qu’elles ne sont pas les seules victimes. Tous les côtés ont enregistré des pertes et de dommages. Il ne faut pas qu’elles exagèrent trop les choses, la justice en train de faire le boulot et restons derrière celle-là.

  60. Que ces gens nous laissent tranquille. Est-ce que leurs proches sont morts pour la cause nationale et ni sur un champ d’honneur. Pourquoi des funérailles nationales, est ce qu’ils analysent bien ce qu’ils réclament ?

  61. Funérailles nationales c’est un peu trop chers sœurs et frères des familles bérets rouges. Ce que je vous conseille seulement ne vous laisser pas emporter par les manipulations des mains noires. Ils se servent de vous pour leurs objectifs sinon pas pour vous aider.

  62. IBK est venu trouver cette affaire en cours et il ne peut pas sauter sur la justice. Il faut savoir que la justice est libre de faire et indépendante. Même si IBK est le chef suprême du pays mais il y’a le principe de la séparation des pouvoirs.

  63. Ces berets rouges ne sont pas morts pour la patrie ils sont morts en mission pour le FDR bien sûr. C’est bien ce maudit de criminel FDR qui doit organiser leurs funerailles à Diago. La junte etait l’autorite legitime de l’epoque bien sûr. Ils ont pris les armes contre leurs freres d’armes et pour les politiciens aigris comme Iba n’diaye, soumaila le traitre, et cet avocat opportuniste qui se retrouve actuellement aux côtés de Inchallah Bourama. Et les verts et gardes tués à L ‘ ORTM et à Senou sont des Fils et epoux peres pour d’autres. Le faux juge Karambe conseillé de la junte voulait etre ministre de la justice la junte a prefere Malick Coulibaly voila toute sa colere. LIBERER CES BRAVES MILITAIRES DE KATI

  64. Hadama keita vous êtez sans coeur au lieu de soutenir des familles endeuillées vous soutenez des crapules sans coeur de la pire espèce

  65. Nous déplorons les morts mais est ce que ces bérets blancs valent mieux que le Président Modibo KEITA. Il est mort sans avoir reçu les funérailles nationales.

    Cessez de vous moquer du peuple. Ces gens cherchent juste des indemnités financières alors qu’ils se battaient pour eux-mêmes et non pour la patrie. Devons nous organiser aussi des funérailles pour les bérets verts morts.

    Le ridicule ne se tue dans ce pays.

  66. Arretez. Nous deplorons leurs pertes. Ils ne sont pas morts pour la patrie ils sont morts en mission pour le FDR. Demandez au FDR de faire leurs funerailles. La junte etait l'autorite legitime de l'epoque. Ils ont pris les armes contre leurs freres d'armes pour les politiciens aigris comme Iba n'diaye est autres soumaila. Ceux que ces traitres ont tue sans raison a L ' ORTM et a Senou sont des Fils et epoux peres pour d'autres. Le faux juge Karambe voulait etre ministre de la justice la junte a prefere Malick Coulibaly voila toute sa colere

  67. Arretez. Nous deplorons leurs pertes. Ils ne sont pas morts pour la patrie ils sont morts en mission pour le FDR. Demandez au FDR de faire leurs funerailles. La junte etait l'autorite legitime de l'epoque. Ils ont pris les armes contre leurs freres d'armes pour les politiciens aigris comme Iba n'diaye est autres soumaila. Ceux que ces traitres ont tue sans raison a L ' ORTM et a Senou sont des Fils et epoux peres pour d'autres. Le faux juge Karambe voulait etre ministre de la justice la junte a prefere Malick Coulibaly voila toute sa colere

Comments are closed.